web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

L’HISTOIRE DIVINE JÉSUS-CHRIST

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

 

CHAPITRE UN

LE PREMIER ET LE DERNIER

Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham...fils de David...fils de Zorobbabel, fils d'Abioud, fils d'Eliakim, fils d'Azor, fils de Zadok, fils d'Aquim, fils d'Elioud, fils d'Eleazar, fils de Matthan, fils de Jacob...

 

1.- LE VOEU DE MARIE

MARIE DE NAZARETH . LA MORT DE JACOB DE NAZARETH

2.- LA TANTE ELISABETH À NAZARETH

LA MAISON DE JOSEPH . MADAME ELIZABETH .  MADAME MARY . JOSEPH LE NOMAD . NAISSANCE DE L'ENFANT

3.- L'ENFANT JÉSUS À ALEXANDRIE DU NILE

LA COLOMBE MUETTE DES TERRES LOINTAINES . LA CHARPENTERIE DU JUIF . LE RETOUR À NAZARETH

4. RENAÎTRE.

L'ÉPÉE DE DAVID . TU ES POUSSIÈRE, ET TU RETOURNERAS À LA POUSSIÈRE . LA PENSÉE DU CHRIST

5.- CHRIST JÉSUS .

LA MORT DE CLÉOPHAS

6 . LA MORT DE JOSEPH ...

CHAPITRE DEUX

JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA

7.- La saga des restaurateurs

Le massacre des six mille

8.- Les Mages d'Orient

Parti sadducéen contre Union pharisienne . Siméon le Juste

9.- Histoire des Hasmonéens

Aristobulus I "le fou" . Alexandre Jannaeus . Guerre civile

10.- Après les 800 . La Saga des Précurseurs

11.- La généalogie de Jésus selon Luc

La naissance de Joseph . La grande synagogue de l'Est

12.- L'Alpha et l'Omega

La fille de Salomon . La naissance de la fille de Salomon

13.-Cléophas de Jérusalem

Jacob de Nazareth . Anne, la nièce d'Elizabeth et Zacharie

14.- Naissance de Marie.

La vie de la Sacrée Famille . La naissance de Jésus

15.- Le mystère des disparitions de Jésus

Mort et résurrection de Jésus-Christ

CHAPITRE TROIS

"JE SUIS LE DÉBUT ET LA FIN".

L'HISTOIRE DE DIEU, L'INFINI ET L'ÉTERNITÉ.

INCRÉATION ET CRÉATION

16.- ORIGINE ET ENFANCE DE DIEU

17.- LA SAGESSE ET LA SCIENCE DE LA CREATION

18.-L'ORIGINE DES DIEUX

19.-LE LIVRE DE LA VIE

...

JE SUIS… !

 Lorsque ses parents le virent, ils furent étonnés, et sa mère lui dit : "Mon fils, pourquoi nous as-tu fait cela ? Voici, ton père et moi étions dans la tristesse et te cherchions. Et il leur dit : "Pourquoi m'avez-vous cherché ? Ne saviez-vous pas que je dois m'occuper des affaires de mon Père ? Ils ne comprenaient pas ce qu'il leur disait. Et il descendit avec eux, et vint à Nazareth, et leur fut soumis, et sa mère garda toutes ces choses dans son cœur......

 

À l'occasion du bicentenaire de la Révolution française, à Paris, le Fils de Dieu m'a inspiré cette HISTOIRE DIVINE DE JÉSUS-CHRIST. Je me suis mis au travail immédiatement. J'ai quitté Paris, je suis retourné dans le Sud, je me suis enfermé parmi les livres et j'ai entrepris de commencer par le commencement, c'est-à-dire de découvrir la raison de ce vide documentaire à travers lequel la confusion a trouvé une porte d'accès au cœur du problème et a donné naissance à cette montagne de livres qui, prenant prétexte du Héros des Évangiles, ont donné vie à des personnages d'encre sans aucun contact avec le Vrai Fils de Marie.

En approfondissant le sujet, il ne m'a pas fallu longtemps pour découvrir la cause profonde du problème de l'absence de documents officiels sur l'existence de Jésus. Absence sur le grain de laquelle les siècles ont élevé au Mystère de la Vie du Fondateur du Christianisme cette montagne de livres dont le résultat de la lecture est aussi ambigu que déroutant.

Inspiré par ce fait, le dernier des écrivains du vingtième siècle à apporter son grain à la montagne apocryphe qui, au siècle du Christ, a commencé son voyage, a intitulé son œuvre "le Jésus inconnu". N'est-il pas curieux qu'après vingt siècles sur les lèvres du monde entier et cinq siècles de recherches indépendantes libérées de la tutelle de l'Église, le XXe siècle ait pesé une telle conclusion pour la postérité : "Jésus, cet inconnu".

Mais le fondateur du christianisme, s'il est un parfait inconnu pour certains, ne l'est pas pour d'autres, et il n'était pas non plus aussi inconnu de ceux qui l'ont connu de son vivant que ceux qui ne l'ont pas connu voudraient nous le faire croire. Mais le problème est là, là où il a toujours été, dans le silence de ceux qui l'ont connu dans la vie et ont emporté avec eux dans la tombe la biographie du Fils de Marie de Nazareth. Or, si l'on tient compte de la Foi, le secret du problème réside dans le fait de coller, d'entrer et de voir. Car celui qui était est toujours celui qui est.

Ces considérations, que j'ai faites au début de mes recherches, la cause profonde du manque de documentation officielle sur Jésus en tant que personnage historique, je l'ai trouvée dans les deux incendies qui, la même année selon certains, à des années différentes selon d'autres, ont détruit les Archives du Temple de Jérusalem, dans un endroit, et celles de la Rome impériale du César Octave Auguste, dans l'autre.

Le hasard ? Le pur hasard ? Une partie d'un plan machiavélique conçu par des puissances de l'ombre ? Comment pouvons-nous savoir, comment pouvons-nous dire avec certitude ? Ce qui ne fait aucun doute, c'est que l'antichristianisme violent de cette génération du premier siècle de notre ère a allumé la mèche et déclenché l'étincelle qui a fait sauter les murs du Temple de Jérusalem.

Dans le cas de l'incendie du Temple de Jérusalem, en particulier, on sait que la destruction des Archives d'Israël a été causée par les fils de ceux qui ont jugé Jésus. Une brève incursion dans les événements de la révolte anti-romaine suffit pour découvrir l'identité du bras qui, bâton en main, a dirigé l'orchestre de la destruction des Archives du Troisième Royaume d'Israël.

Logiquement, dans ce livre, nous n'allons pas sauver la mémoire de ces événements du sarcophage des souvenirs, où les derniers Hébreux ont jeté la véritable histoire de la seconde chute. Juste pour dire, tel père, tel fils ; Adam est tombé, ses enfants sont tombés. Avec la merveilleuse différence que, cette fois, les fils n'ont pas entraîné le reste du monde dans l'enfer d'une damnation méritée. Dans tous les cas, concentrons-nous sur les faits.

Malgré les regrets, sans tenir compte de l'avis des experts, il faut reconnaître ici que, d'un point de vue psycho-historique, la raison pour laquelle on a mis le feu aux Archives, documentairement parlant d'une valeur incalculable, lors de la reconstruction de la période hasmonéenne par exemple, avait en ligne de mire l'élimination physique de toute preuve sur laquelle l'avenir pourrait fonder l'existence historique du Christ, et enracinait la Fondation de l'Église au sommet des processus internes vécus par l'esprit de l'Israël messianique.

Peu de doute est laissé à l'auteur, et moins d'espace est laissé au lecteur, pour insérer la personnalité de l'historien officiel des Juifs, un homme nommé Flavius Josèphe, dans le genre le plus représentatif de son époque. Formé à la vieille école impériale romaine, la plus représentative en termes de manipulation du passé, comme le démontre l'Enéide de Virgile, Flavius Josèphe a appliqué la même méthode à l'Histoire de son peuple, donnant naissance à une Histoire sans lumière prophétique d'aucune sorte et encore moins de valeur messianique. Le résultat fut ce pathétique exorcisme qu'est son Histoire ancienne du peuple juif, contre laquelle les historiens modernes ont été élevés par des chrétiens sans droit de critique, et dont découle le bannissement de la conscience de ce qui fut autrefois "le peuple élu" de cette nature qui le rendait spécial et unique parmi les autres peuples de notre monde.

Malheur sur malheur, si de la falsification des origines du peuple romain par Virgile les fondateurs de cette Rome née d'une vocation éternelle sont sortis glorifiés des pages de l'Énéide, des mains de Flavius Josèphe un peuple est né à nouveau, pour son plus grand malheur encore, privé de toute gloire et de tout honneur aux yeux de Dieu et des hommes.

Terrible fut donc le prix que les enfants d'Adam étaient prêts à payer et ont payé pour l'extermination de tous les premiers chrétiens, sans distinction d'âge ou de sexe.

Bien qu'il s'agisse d'un sujet toujours laissé en arrière-plan, nous ne devons pas oublier que si Jésus était le fils d'Adam et Eve, ceux qui l'ont jugé et condamné à mort ne l'étaient pas moins par le sang. Ainsi, ce dont on a toujours parlé et dont on ne parle jamais, c'est du fratricide commis sur le nouvel Abel, dont l'ancien était le modèle, en partie parce qu'on parlait de déicide et en partie parce que le Caïn de l'époque, contrairement à l'ancien, ne semblait jamais se repentir de son crime. Mais laissons ici l'examen critique de la valeur historique de l'œuvre littéraire de Flavius Josèphe. On sait aujourd'hui que l'historien des Juifs a réussi à imposer sa version des Actes au prix de plier les genoux, non pas devant le Dieu de ses pères, mais devant les dieux de l'Empire. Et revenons à l'autre feu.

Dans le cas de la destruction des Archives de l'Empire par Néron, le fait que le but recherché était de mettre fin à une telle opération anti-chrétienne n'est plus aussi crédible. Mais en fin de compte, c'est ce à quoi a abouti la destruction des archives de la Rome augustéenne. Les documents du recensement universel, ainsi que toute autre preuve physique susceptible d'éclairer l'affaire, ont été définitivement réduits en cendres.

C'est-à-dire que depuis l'Année du Feu (son numéro est-il celui de la Bête, 666 ?), les Évangiles et seulement les Évangiles canoniques sont restés les seuls documents sur lesquels reconstruire l'Histoire de Jésus.

Cette conclusion a été découverte dès leur époque par les contemporains des Apôtres. Cette découverte a inspiré nombre d'entre eux à écrire les soi-disant "évangiles apocryphes".

Certains disent que ce sont d'abord les évangiles canoniques, puis, en travaillant avec eux, les auteurs apocryphes ont assemblé leurs histoires. Mais je dirais que c'était d'abord la Parole, puis la Parole a été mise par écrit. En fait, lorsque l'un des évangélistes dit dans son prologue qu'avant lui, beaucoup avaient tenté de composer un récit de la vie de Jésus, en disant "beaucoup", n'étant que quatre évangélistes (deux à cette date), Luc faisait sans doute référence aux auteurs apocryphes.

Il n'est pas surprenant que, scandalisés, les Apôtres se soient élevés contre ces récits. Et ils ont décidé de mettre par écrit ce que les premiers chrétiens savaient déjà de bouche à oreille. Imposant au passage, par l'Autorité que leur confère le Saint-Esprit, la Divine Authenticité de ces Évangiles, ils ont décrété dans un Concile Universel et Œcuménique - c'est-à-dire catholique - que tous les Chrétiens du monde devaient se conformer aux Quatre et seulement à ces Quatre Évangiles.

Ceux qui ont agi ainsi et ont banni de leurs yeux la lecture des "évangiles apocryphes", et ont fermé leurs oreilles aux récits gnostiques si à la mode dans les deux premiers siècles du christianisme, ont rapidement commencé à être appelés "catholiques". Car si les premiers disciples du Christ, sans distinction entre leurs positions plus ou moins divergentes, ont commencé à être appelés "chrétiens", tous ceux qui s'en tenaient au Texte des Évangiles canoniques ont rapidement commencé à être appelés catholiques. Car contrairement aux autres, qui, dans le cas de la Vierge, par exemple, ont corrigé les Apôtres eux-mêmes, excusant leur crédulité enfantine en matière de conception virginale du Christ, les catholiques ont cru aveuglément à la Parole écrite.

Telle fut, sans aucun doute, l'origine du catholicisme. Lorsque saint Paul reprochait à certains fidèles de se définir comme étant de tel ou tel sujet, il faisait sûrement référence aux dommages que les premiers récits apocryphes causaient déjà à l'unité du christianisme. Car leur origine était aussi la Parole, et ce n'est que plus tard que ces faux récits sur Jésus, sa famille et ses disciples ont été mis par écrit.

Autrement dit, les églises issues de la Réforme n'ont pas été les premières à nier l'Incarnation du Fils de Dieu et sa naissance par l'œuvre et la grâce du Saint-Esprit. Avant la Réforme, les gnostiques du premier et du deuxième siècle de notre ère niaient déjà l'existence de la Vierge. Sans parler de l'opinion des Juifs eux-mêmes sur le sujet, bien sûr.

À partir de cette position consistant à déterrer des courants morts aux origines du christianisme, il est logique que la Réforme, en niant l'Incarnation, ait entrepris de détruire tous ceux qui vivaient de la Parole et qui ne pouvaient soutenir leurs déclarations que par la Foi des Apôtres.

Nous le savons positivement, les Apôtres ont construit l'Église sur la Parole. Cette Parole était et est que le Fils de Dieu est devenu homme dans le ventre de la Vierge Marie sans l'intervention d'un homme. Et nous savons, parce que nous l'avons entendu, que les branches nées de l'arbre de la Réforme ont nié cette Incarnation, niant ainsi le Pouvoir de Dieu de faire concevoir une femme sans "l'intervention d'un homme". Au vu de ces éléments, on peut à juste titre se demander ce que la Réforme est venue détruire : l'œuvre du Diable ou l'œuvre du Christ ? Car quiconque ne croit pas que le Fils de Dieu s'est fait homme par l'œuvre et la grâce du Saint-Esprit et qu'il est né sans l'intervention d'un homme, même s'il répète à l'infini que Jésus est Seigneur, Jésus est Seigneur, n'est pas chrétien,

Selon les Évangiles : le chrétien est celui qui vit de la Parole et confesse, comme il est écrit, que le Fils de Dieu s'est fait homme par la puissance et la grâce de l'Esprit Saint, qui était en Lui, car la Parole est Dieu et la Parole s'est faite homme. Celui qui croit cela est un chrétien.

Or, si l'on confesse que le Fils de Dieu s'est incarné par l'œuvre et la grâce du Saint-Esprit et que l'on nie que le Saint-Esprit soit venu du Père et du Fils, on nie que le Verbe se soit fait homme, car comment le Fils peut-il vivre dans le Père et ne pas être un avec le Saint-Esprit ? C'est-à-dire, qu'est-ce que l'orthodoxie russe a nié et continue de nier, que le Fils et le Père ne sont pas un, que le Fils n'est pas le Fils unique ?

La foi sur laquelle les Apôtres ont construit l'Église que leur Seigneur a fondée sur le Rocher avait deux piliers principaux. Premièrement, le Fils s'est incarné dans le sein de la Vierge Marie par la puissance et la grâce du Saint-Esprit. Toute personne qui nie cela n'est pas chrétienne. Et deuxièmement : le Fils et le Père sont un dans le même Esprit, qui est Saint ; de sorte que tout ce que la création reçoit de Dieu, elle le reçoit par son Fils. Et quiconque nie en Christ la Porte par laquelle la création reçoit toute grâce de Dieu n'est pas chrétien. Et si celui qui croit au Père mais nie qu'entre Dieu et l'homme se trouve son Fils n'est pas chrétien, qu'est-il ?

Lorsque Dieu a déclaré que les Justes vivraient par la Foi sans aucun doute, il faisait référence à cette Foi.

Mais revenons à l'enquête. Car bien sûr, c'est la Foi. Mais l'Histoire exige des faits, des documents, des pièces avec lesquelles composer le puzzle. Alors comment mener une enquête récréative sur l'Histoire de Jésus si les éléments indispensables à son articulation sont introuvables ? En d'autres termes, qui peut composer un puzzle sans les pièces du puzzle pour le composer ?

Pour ces raisons, alors que le printemps tombait sur Londres, j'ai cessé de chercher dans les livres ce que je ne pouvais y trouver.

Au printemps, je suis allé à Jérusalem. J'ai traversé l'Europe à la lumière d'une étoile brillante et traversé la mer sur les vagues d'une colombe d'argent.

Terre Sainte ! Au fond de la Grande Mer, une Tour brillait à l'aube comme le plus puissant phare du monde. C'était Haïfa.

Je suis descendu à Nazareth. J'ai visité le temple de l'Annonciation. Après un bref arrêt à Tel Aviv, j'ai poursuivi ma route vers la Ville sainte.

Lorsque je suis arrivé à Jérusalem, la ville était dans un état d'alarme. L'Irak venait d'envahir le Koweït. Le discours antisioniste du nouveau héros de l'Islam, utilisant la haine universelle du monde musulman contre les Juifs comme hyperlien pour rallier tous les fondamentalistes du monde arabe à sa cause, exigeait - selon les journaux paramilitaires israéliens - l'utilisation d'armes nucléaires, en particulier la bombe à neutrons.

Alors que l'Irak soulevait des vagues d'acclamations dans les territoires palestiniens, parmi la foule qui se promenait le long de la rue David, un publicitaire habillé en prophète marchait avec une très grande pancarte, sur laquelle on pouvait lire : "La fin du monde est proche, venez boire une bière".

Ce fut un voyage très instructif. Je suis remonté sur les ailes de la Colombe d'Argent et j'ai navigué sur les eaux de la Grande Mer pour retourner sur le Vieux Continent.

Je mets le cap sur Londres. Je me suis installé à Finsbury Park, j'ai fermé la porte, j'ai ouvert ma vieille machine et je me suis assis, déterminé à ne pas quitter le studio avant d'avoir obtenu l'Histoire pour laquelle je m'étais battu ces dernières années.

Ce fut un automne très long, mais très fructueux. Un jour de novembre de cette année-là, j'ai atteint la ligne d'arrivée. Le but après lequel je courais pendant toutes ces années était le trésor que la Mère gardait dans son cœur, "le cœur de Marie".

Comment Marie a rencontré Joseph, qui étaient Zacharie et Elizabeth, qui étaient réellement les fameux frères et sœurs de Jésus. Tout, absolument tout, elle savait tout sur son Fils. Elle l'avait vécu et gardé tout cela dans son cœur. Et elle était toujours là où elle était.

Ce que moi, Christ Raoul, j'ai vu dans le Cœur de la Mère est ce que vous lirez ci-dessous.

 

 

L’HISTOIRE DIVINE JÉSUS-CHRIST