web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE TROIS

"JE SUIS LE DÉBUT ET LA FIN".

 

L'HISTOIRE DE DIEU, L'INFINI ET L'ÉTERNITÉ.

INCRÉATION ET CRÉATION

   

Au commencement était le Verbe

Et la Parole était en Dieu

Et la Parole était Dieu

I

Origine et enfance de Dieu

 

L'Éternité, l'Infini et Dieu sont nés ensemble. Il n'y a pas eu d'avant et d'après. Les trois membres de la trilogie incréée ne sont pas non plus nés de la manière dont nous, êtres humains, comprenons le fait de naître.

L'Infini a-t-il un père ? Quelle mère donnerons-nous à l'Eternité ? Quelle date de naissance mettrons-nous dans le livret de famille de Dieu ? Quel âge supposerons-nous pour un Être qui ne fait qu'un avec l'Espace, le Temps et la Matière ? Comment parlerons-nous de l'âge de l'univers sans le rapporter à un fragment de la ligne d'existence de Dieu dans l'Infini et l'Eternité ? Et quelle sera la hauteur de la montagne d'événements créée par un Être qui vit depuis l'éternité ?

Un cosmos incréé par patrie, indestructible par nature, intelligent par vocation, aventurier né, amoureux irrémédiable de la Vie et de ses mondes, sa vie une aventure perpétuelle à travers les mers inexplorées des galaxies. Avec quels mots pourrions-nous dessiner sur la toile de notre entendement l'image de cet Être divin en constante navigation à travers l'océan des galaxies ?

Quelles frontières donnerons-nous à son univers ? Quelles propriétés à son espace-temps ? Combien de pages couvriraient les chroniques de ses aventures ?

Il y va. Les étoiles à sa voix se détournent, les constellations en le voyant passer le saluent. Le lion de Mercure court dans la plaine entre des champs de planètes de toutes les couleurs : atypiques, singulières, élancées, subtiles, son Grand Esprit le rejoint et lui crie : "Vole, créature, suis-moi jusqu'aux confins de l'univers". Une galaxie semblable à un lac de lumière caramélisée, avec en son centre l'aurore de Jupiter, enferme dans ses eaux des dauphins munis de lunettes infrarouges qui sautent de système sidéral en système sidéral ; soudain, ils voient le Grand Esprit, Lui, Dieu, se précipiter à côté du lion de Mercure, et ils se précipitent à sa poursuite à travers les espaces où habite l'Ortho.

Avec quels yeux Dieu verra-t-il les couleurs d'un champ d'énergie qui embrasse de ses bras dix mille constellations ? Avec quels cheveux lâchés au vent des galaxies sentira-t-il la brise qui balaie les espaces infinis ? Avec quelles mains et quels pieds son Grand Esprit escaladera-t-il les sommets lumineux des univers invisibles, parallèles, perdus, couchés, fugitifs ? Comment Dieu sera-t-il affecté par le temps nécessaire pour atteindre la plaine de l'autre côté des amas d'étoiles les plus éloignés ? Dans quelles directions stellaires son cœur répandra-t-il ses joies lorsqu'il se trouvera de l'autre côté des rivages d'une ceinture de galaxies ? Comment son cœur réagira-t-il lorsqu'il sentira la naissance de la vie dans les profondeurs de la mer des constellations submergées ?

La perle de la vie dans son huître sidérale. Un monde, un autre monde, une nouvelle civilisation avec ses singularités typiques, avec ses propres particularités, un autre défi de la boue primordiale au feu créateur et destructeur de toutes choses. Lui, Dieu, avance sur les vagues des mers cosmiques à la découverte de nouveaux mondes ; d'amas d'étoiles en amas d'étoiles, il porte la joie de l'impérissable aventurier vers des rivages inconnus. Il ouvre les ailes de son Grand Esprit et s'élance à une vitesse infinie à travers les plaines cosmiques ; il ressent l'impulsion du vent qui balaie les espaces subtils et tantôt il joue avec la lumière pour être son cavalier et elle son brillant destrier, tantôt il la transforme en un rayon qu'il recueille dans son carquois d'où les flèches lumineuses s'élancent dans le ciel enneigé, s'incrustent au cœur d'une étoile Nova et la transforment en Supernova. Il a l'éternité devant lui ; tout autour de lui s'étend l'infini. C'était son monde, son univers, son paradis originel. Il n'avait pas de début, il n'aurait pas de fin. Partout où son Esprit a tourné, les étoiles et leurs mers lumineuses ont étendu leurs rivages.

Combien de systèmes stellaires peuvent être traversés en une éternité ? Combien de pages devons-nous calculer au livre de Sa vie ? Combien de branches devons-nous compter à l'arbre de Son expérience ? Combien de mondes, combien de races, combien de civilisations Dieu a-t-il connus avant de révolutionner la structure de Son monde et de faire de la réalité cosmique Sa propre création ? Quel est le volume de Sa mémoire ? Combien de souvenirs Son esprit a-t-il stockés avant de provoquer dans Son univers incréé la transformation finale dont nous sommes le fruit ?

II

En effet, l'incréation était l'enfance de Dieu. Tout ce que Lui, Dieu, connaissait et avait été, avait toujours été là. Les formes ont changé, mais Dieu, Lui, ne s'est pas souvenu qu'il y avait eu autre chose auparavant. Et Il ne s'en est pas souvenu parce qu'il n'y en avait pas eu. C'est-à-dire qu'avant la création, il y avait la non-création, mais avant la non-création, il n'y avait rien d'autre. L'infini, l'éternité, Dieu, étaient les membres de la trilogie cosmique. Tout passait, tout coulait, la vie et la mort des mondes, la naissance, la disparition et la renaissance des galaxies. Il en avait toujours été ainsi, les formes disparaissaient mais l'essence restait. La mort réduisait en poussière tout ce qui vivait, mais de la poussière cosmique renaissait toujours le phénix de la vie. Les feuilles sont tombées des branches de l'arbre de vie lorsque le vent de la mort a soufflé, elles sont restées nues, fragiles dans leur nudité, mais à la fin, le feu de la vie a renoué avec la sève des univers et s'est revêtu à nouveau de fruits plus beaux, plus splendides et plus généreux. Dieu, comme il a aimé son monde ! L'infini et l'éternité l'ont tenu en haleine avec leur sagesse. Ils étaient pour Lui père et mère ; et Il était pour eux la raison pour laquelle tout restait en mouvement constant.

Comment donc entrer, où entrer pour traverser et contempler le souvenir de Celui qui fut la raison, la cause, le sens de l'existence de toutes choses ? Et si nous devions comparer chaque univers à la cellule d'un arbre, comment calculer sur le papier le nombre de l'Arbre de Vie ? Ou comment deviner les noms par lesquels Il était connu, Lui qui est resté pour toujours quand tout a disparu ? Et comment ressentir l'expérience divine de Celui qui errait d'univers en univers, apportant avec Lui la joie de l'existence à tous les mondes où Il est allé ?

Quel chemin prendre, quel chemin ne pas prendre, quelle question ! Où que souffle le vent, où que la lumière de l'aube d'un nouvel univers annonce sa naissance, aux confins de l'autre côté de l'Orto, là où l'aventure va, là où elle n'a jamais été auparavant. Parce que le plus beau est toujours à venir, parce que le plus beau est toujours ce qui n'a pas encore été vu, laissons les soleils célébrer et danser la danse des abeilles magiques ! Dieu vole sur les ailes de l'aigle des étoiles, monte sur le cheval des univers lointains, s'approche au trot, se pose sur les rives du fleuve de la Vie, donne à boire à son destrier, regarde l'horizon et sourit car sur les hauts sommets des cumulus lointains, il a découvert la lueur d'une étoile de neige. Rien ne l'arrête. Son pouls ne perd jamais le contrôle. Il ne connaît pas la peur. Il ne connaît rien d'autre que la joie de l'aventure. Il ne connaît ni l'envie ni le mal. Il n'a jamais participé à une guerre. Il n'avait pas besoin de connaître la vérité, car il ne connaissait aucun mensonge.

La vérité était Lui, Dieu ; la vérité était l'Infini, la vérité était l'Éternité. La vérité était les couleurs de l'arc-en-ciel qui brillaient sous un soleil d'été féroce. La vérité était un champ fleuri au printemps. La vérité était un monde naissant sous un soleil de diamants polis, trois lunes orbitant autour de la planète mère, un essaim de vaisseaux partant en voyage dans la galaxie d'origine, puis le silence des âmes retournant à la boue primordiale de la Vie. Comment ne pas s'émerveiller, comment ne pas rire, comment ne pas passer à côté et refuser l'invitation de la Vie à participer à son aventure ! Lui qui était incréé est devenu un personnage, il s'est laissé inscrire dans le registre de l'histoire rêvée et là, il s'est laissé émerveiller par le génie créateur de la Sagesse.

C'est ainsi qu'il a passé son enfance. Telle était l'enfance de Dieu.  

III

Mais un jour, un désir s'est éveillé en lui, Dieu. Ce jour-là, Dieu a eu un désir. Et ce désir portait en son cœur toute l'empreinte du cœur dans le sein duquel il était né.

Voyons voir ; la Sagesse était sa sœur ; elle faisait tout bouger à travers elle, par elle elle convertissait l'énergie en matière et la lançait dans l'espace, illuminant les distances avec ces feux d'artifice à l'origine de nouveaux univers ; puis elle semait la graine de la vie dans les nouveaux champs stellaires et les univers se remplissaient de créatures. À la fin des temps, la Vie a cédé sa place aux vagues de la Mort. Et toutes les créatures ont disparu de l'univers comme des châteaux sur une plage emportés par la marée. Oui ! Toutes sans exception ont disparu entre les doigts du temps comme l'eau, comme la poussière du désert. Tel était le sort de toutes les créatures lors de l'Incréation. Il en avait toujours été ainsi. La Vie et la Mort faisaient partie du système cosmologique incréé. Ce n'est que par Dieu et pour Dieu que l'argile cosmique a pris forme ; la Sagesse a insufflé le souffle de vie dans l'argile des mondes et est devenue des êtres animés. Mais seulement pour un temps. En temps voulu, la Vie a fait place à la Mort et ses vagues ont asséché cette boue primordiale à partir de laquelle toutes les créatures avaient été formées. La poussière retourne à la poussière. Des cendres aux cendres. Lui seul, Dieu, était indestructible. Alors Lui, Dieu, s'est dit :

Ne serait-il pas merveilleux que toutes les créatures de Son univers soient nées pour jouir de l'Immortalité ? Ne serait-il pas formidable que, de retour de Ses voyages sur ces mers lointaines et inexplorées, le cœur chargé d'aventures fabuleuses, Il retrouve, comme celui qui rentre chez lui, Ses amis bien-aimés ?

Oui, l'Immortalité pour toutes les créatures de l'Univers ! C'était son rêve. Tel était son souhait. Un beau désir.

Et il l'a fait avec une telle intensité que, les yeux éveillés, Dieu voyait déjà son univers transformé en un paradis habité par des mondes sans nombre. Des peuples de galaxies et de planètes lointaines partageant à la table de cette Civilisation des civilisations le même pain, les réalisations et les progrès de leurs sociétés d'origine.  Un univers plein de vie et de couleurs. Comme des essaims de petits oiseaux parcourant les forêts à ciel ouvert, comme des foules de créatures chevauchant les plaines. Et Il courait, volait avec eux, leur ouvrant des horizons, leur traçant de nouvelles routes à travers les étoiles. Dans le rêve inspiré par son désir, Dieu se voyait déjà plonger dans les profondeurs de l'océan cosmique à la recherche de nouvelles perles. Et la Sagesse, sa sœur, son amie d'aventures, lui laissant des indices parmi les étoiles, s'émerveillant de lui avec une nouvelle victoire sur la capacité divine à être surpris. Elle ferait de son rêve une réalité. La fille de l'infini et de l'éternité revêtirait tous les vivants d'immortalité.

Tel était le désir qui grandissait dans le cœur de Dieu. La question est : ce rêve pourrait-il se réaliser ?

En ce qui le concerne, il n'avait aucun doute à ce sujet. Sa foi dans le pouvoir de la sagesse créatrice pour surmonter le défi placé sur la table, la création de la vie immortelle, sa foi ne connaissait aucun doute. Pourtant, la question était là, et son implication n'en était pas moins vaste et profonde, car quelles conséquences une telle transformation d'état entraînerait-elle dans le système cosmique incréé ? Naturellement, Dieu était au-delà des implications et de leurs conséquences. Sa foi en la Sagesse créatrice était si aveugle qu'à aucun moment il ne lui est venu à l'esprit de douter de son Pouvoir d'effectuer une telle transformation d'état. Il s'est mis au travail. Maintenant, par où commencer pour réaliser son rêve : par l'Immortalité de l'espèce comme première étape vers l'Immortalité de l'Individu, par exemple ? Bien sûr qu'il l'a fait. Parfait !

IV

Ce que Dieu a vécu à partir de ce moment-là, ce que Dieu a fait à partir de ce jour-là, pouvons-nous l'imaginer, le comprendre, le recréer ? Un Être extraordinaire surgit dans les étoiles ; son but est d'unir tous les mondes qui apparaissent et disparaissent dans l'espace et le temps et de créer une Civilisation des civilisations qui surmonteront tous les problèmes que le défi de l'Immortalité leur a suggéré. Réunissant tous les mondes en un Tout Universel, cette Civilisation des civilisations s'ouvrirait sur le cosmos des galaxies s'étendant à l'Infini. Dieu serait à la tête de cet Empire cosmique. Il conduirait les premiers mondes à la rencontre des derniers, les unirait tous, leur apprendrait à être libres, à profiter des merveilles de l'univers. Et il y en aurait toujours plus. L'expérience de Dieu, qui a rencontré des mondes de toutes sortes, a été mise au service de son rêve. Et amoureux de son rêve, l'immortalité pour toutes les créatures, il se mit au travail. Il a ouvert des routes parmi les étoiles et des portes parmi les constellations, il a découvert de nouveaux mondes et a étendu son sceptre sur leurs civilisations, il a donné aux royaumes qui se sont formés des chartes magna. Il a orienté leurs évolutions technologiques vers la rencontre dans la troisième phase, intégré tous les royaumes ainsi formés en un seul Empire et uni à Sa Personne la Couronne. Il s'est intégré en personne dans ce Monde des mondes en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs dans la Parole duquel tous les peuples ont leur garantie de croissance et de coexistence pacifique et libre. Sa Parole était la Parole, et la Parole était Dieu.  

V

Et ce fut le cas. Avec le temps, cet Empire universel s'est développé et a étendu ses frontières jusqu'aux étoiles les plus lointaines des cieux incréés.

Comment pouvons-nous dessiner sur le canevas de notre imagination les propriétés et la nature de cette Civilisation des civilisations qui a répandu sa gloire sur la mer des étoiles ? Quelle bibliothèque des Origines et de l'Histoire de l'Empire en lequel Dieu avait transformé l'Incréation s'est formée dans le temps ? Avec combien d'Histoires particulières son Histoire universelle a-t-elle été composée ? Quel a été le nombre de sciences que les sages de cet Empire ont maîtrisées, enregistrées, cultivées ?

La Sagesse, invisible et belle, aimante et joyeuse, du haut de son trône lumineux et transparent sur toutes ses créatures, étendait sa protection et son intelligence, et en toutes choses son âme merveilleuse se manifestait, déplaçant tout dans un seul but : découvrir pour Dieu les lois qui régissent l'Univers. Cet univers, le sien, était rempli de mondes joyeux et aventureux qui n'avaient qu'une seule préoccupation dans la vie, profiter du temps d'existence que chaque individu avait reçu. Car bien que la vie soit belle, magnifique, à couper le souffle, et que la volonté de vivre soit sans fin, le fait est que le temps est limité et le passage des créatures dans le monde éphémère. Comme les nuages de printemps qui pleurent leurs derniers jours sur leur tombeau de mai avant le berceau de l'été, comme le flux du fleuve qui traverse la terre d'Est en Ouest mais s'approche de l'océan de la soif inextinguible, ainsi était la vie de tous les êtres de cet Empire que Dieu avait élevé de ses mains et qu'il aimait tant. La douleur de la dernière étreinte, la perte de l'ami qui a disparu pendant votre voyage, la larme que vous n'avez pas recueillie de ce rossignol qui est mort avec le chagrin de ne pas avoir expiré dans vos bras, oh Seigneur, le tendre murmure d'un prince que vous avez aimé avec le sentiment d'un frère et qui s'est évanoui dans les brumes de son innocence, en vous donnant des baisers, des bénédictions et des amours pour les jours que vous lui avez donnés, pour lui avoir donné la chance de vous connaître, pour avoir fait de sa vie une histoire digne d'être vécue même si son souffle était soumis à la loi du silence final. Ah, le bruissement de la rose quand ses pétales meurent dans les doigts de la tempête. L'annonce de la fin du bonheur parfait écrit en lettres de sang sur un avenir sans défenses contre la flèche qui cherche sa poitrine avec certitude. Elle blesse son cœur, déchire sa pensée, la lance atteint son cœur.  

VI

Un jour, la Mort s'est réveillée de son sommeil et a réclamé pour elle-même la couronne et le sceptre. Je veux dire, si l'on vous dit que Celui qui prétend être Dieu ne peut pas réaliser son souhait, alors que vous dites-vous ?

Si vous êtes sage ou si vous aspirez simplement à la sagesse, vous répondrez que ce désir divin, l'Immortalité pour toutes les créatures, ce désir impliquait une révolution structurelle dont les conséquences devaient atteindre Dieu lui-même. Si vous êtes de ceux qui optent toujours pour les choses faciles et choisissent l'option de l'ignorant, vous répondrez que cet Être ne peut pas vraiment être Dieu, car pour un Vrai Dieu rien n'est impossible.

Eh bien, c'est ce qui s'est passé. Avec le temps, Dieu a surmonté la première phase de son désir et a transformé son univers en un Empire des mondes dont les origines se trouvent dans les étoiles les plus diverses des systèmes solaires les plus éloignés. Il se dirigeait vers la dernière phase de Son projet - l'immortalité pour l'individu - lorsque le doute a été émis. Je veux dire, les Mondes avaient atteint l'Immortalité et comptaient leurs années par millions qui ne finissent jamais, mais l'individu était toujours mortel. Et c'est là que le problème est né. Tant que l'individu était né pour mourir, et que l'Immortalité n'entrait pas dans la structure formelle de sa logique, la vie ne souffrait pas de la Mort. Mais à mesure que l'individu savait que la possibilité de l'Immortalité existait et découvrait que l'origine de cette possibilité se trouvait dans le Roi des rois et Seigneur des seigneurs de cet Empire des étoiles, Lui, Dieu, l'idée de vivre immortellement et de devoir mourir irrémédiablement a provoqué dans la structure mentale d'une partie des vivants un choc violent.

"Car s'il est le Vrai Dieu, et qu'à un Vrai Dieu rien ne peut être refusé car pour Lui tout est possible, comment se fait-il qu'en nous souhaitant l'Immortalité nous soyons soumis à la Mort ?", demandaient les ignorants, violents ignorants.

Cette question, si élémentairement logique, si rationnellement simple, a été le terreau où s'est développé le Doute. Et le doute a conduit à la négation de l'existence de Dieu. Et dans la chair de ce déni a incubé le virus de la guerre.

Le Roi des rois et Seigneur des seigneurs de l'Empire des étoiles n'étant pas Dieu dans tous les sens théologiques et existentiels du terme, il y avait sûrement un moyen de le détruire. La seule chose à faire était de trouver l'arme qui le détruirait.  

VII

Cette guerre universelle a eu lieu avant la création de notre Cosmos. Cette guerre apocalyptique a eu pour origine le doute, et le doute a conduit tout le monde à la destruction. C'était une guerre qui divisait tous les mondes et les opposait les uns aux autres jusqu'à la mort. La partie violente, celle qui a nié l'existence de Dieu et qui a cru le Roi des rois mort dès qu'elle a découvert l'arme ultime, cette partie a choisi le destin des ignorants, a aimé la folie des fous et a entrepris une évolution sur des lignes tortueuses dans le sens de la transformation de l'être en une nouvelle espèce de créature infernale, accro au Pouvoir, amoureuse de la Guerre, de sa volonté de loi, de sa loi au-delà du bien et du mal. Ils ont découvert la science du bien et du mal et l'ont portée jusqu'à ses ultimes conséquences. La partie qui a choisi le sage, la Foi, l'amour de la Vérité même s'ils ne pouvaient pas la comprendre, cette partie a aimé Dieu et a refusé d'accepter l'argument de l'athéisme matérialiste des violents. Ils étaient d'accord pour dire que l'argument des ignorants enfonçait un coin dans la Foi universelle en l'origine de l'Empire des Mondes, car on ne pouvait certainement pas comprendre que la Mort ne plie pas les genoux devant Dieu. Et pourtant, qui étaient-ils ? Qui étaient-ils exactement pour comprendre comment ce conflit entre la Vie et la Mort que Dieu avait provoqué par son désir affectait la structure de la Réalité Universelle ? Bien sûr que non, les sages, pacifiques pour les sages, n'ont jamais accepté la légalité de l'argument à la base de l'athéisme scientifique des violents. Qu'y avait-il derrière ce déni irrationnel de l'Existence de Dieu sinon une passion incontrôlable pour le Pouvoir ? Là où les apôtres de l'athéisme voulaient les conduire, c'était dans une guerre universelle, dont ils espéraient, contre toute sagesse, sortir vainqueurs afin d'imposer à tous un statu quo démoniaque. Et il ne devait plus y avoir de discussion. C'était la vérité et peu importe la science des arguments tordus que les Pères du Doute ont inventé, c'était la lumière de la vérité qui brillait au fond de leurs systèmes de pensée. Quelle était la différence entre le Doute et la Folie ? L'ignorance de comprendre la nature du conflit cosmique que, dans son innocence, Dieu avait provoqué : les Pères du doute par méthode l'ont déguisé en science, puis ont fait de la science une nouvelle religion, l'athéisme scientifique, et ont ensuite déclaré la guerre à la Foi. Cette dernière, parce qu'elle connaissait Dieu, et bien que dans son cœur elle ne puisse comprendre la nature du conflit que son désir avait provoqué dans l'Incréation, savait qu'une telle guerre serait le début de la fin de toutes choses. Cet argument des sages, pacifique au nom de la sagesse, ne servit à rien aux Seigneurs de la guerre.

Le doute était la vérité,

le Doute était en eux,

ils étaient la Vérité.

Avec une telle structure logique, corrompant la Logique au point de la tordre et de la transformer en une irrationalité typique des bêtes démoniaques, les méchants ont répondu aux bons.

VIII

Lorsque Lui, Dieu, a découvert ce qui se passait, ses yeux se sont figés dans leurs orbites. Et ils étaient figés dans leurs orbites parce qu'Il ne comprenait pas et ne pouvait pas comprendre ce qui se passait.

Quelle était la guerre, quelle était son origine, quel était son but, que cherchaient les ennemis de Son Empire, et quelle force mystérieuse habitait leurs cœurs rebelles et incorrigibles ?

Puissance. L'exercice du pouvoir était devenu la folie du pouvoir. Le pouvoir rendait fou celui qui le détenait. Ah, la folie du Pouvoir. Comment était-il possible qu'une créature née pour être un soupir de matière puisse oser élever la voix vers Dieu ? Cette folie du Pouvoir était-elle un des effets de la Science du bien et du mal ?

IX

Au début, c'était comme un feu qui démarre, vous l'éteignez et vous pensez que le problème est résolu. Mais vous vous retournez et voyez un autre feu qui grandit et dévore une autre partie de votre monde. Vous courez, vous arrivez, vous mettez celui-là aussi dehors et vous pensez à nouveau que cela ne se reproduira jamais, parce que tout le monde voit que la fin à laquelle mène toute personne qui tombe dans les filets de la Science du bien et du mal est de retourner à la poussière d'où elle a été prise. Il n'y a pas de pitié, pas de destin. Aucune larme ne suffit à éteindre ce feu.

La violence de l'opposition entre le Bien et le Mal croît selon la même progression géométrique que les incendies qu'elle crée autour d'elle. À peine en sortez-vous un que deux fois plus naissent au-delà. Vous les éteignez et la progression géométrique continue. Deux feux renaissent un peu plus loin. Vous courez là-bas, vous les mettez dehors et ils ressortent deux fois plus nombreux au loin. Lorsque vous en prenez conscience, la progression géométrique elle-même vous a encerclé et vous vous retrouvez en enfer. Ses flammes dévorent tout ce que vous avez élevé de vos mains. Vous vous opposez, vous résistez, vous déclarez la guerre finale à vos ennemis, car vous êtes l'ennemi, la cible que l'enfer recherche. Les mondes ne sont que des pions dans un jeu qui vous échappe mais qui est aussi réel que la destruction massive des mondes qui faisaient autrefois la fierté de vos yeux. Que sont devenus ces mondes ? Des poussières errant comme des nébuleuses sans but qui portent dans leurs entrailles tout ce qui reste de ce que vous avez aimé autrefois.

C'était donc le cas. Cet Empire des mondes qui avait le Dieu de l'infini et de l'éternité pour fondateur et Roi des rois a péri dans la guerre de sa propre apocalypse.

X

La rapidité avec laquelle j'ai traversé le souvenir de la forge et de la destruction de cet Empire ne doit pas aveugler l'intelligence des calculs aux pieds desquels j'ai posé les limites de ma pensée. Ce qui était ne peut être changé, seul ce qui sera a été placé entre nos mains, et s'il est déjà difficile d'orienter le cours de ce qui est vers ce qui sera, comment oserions-nous pénétrer dans les choses qui étaient avant la naissance de la première galaxie qui remplit notre Cosmos !

Le fait est que, avec le goût dans la bouche de celui qui a mangé une sucrerie et que le gâteau a éclaté dans son estomac, Dieu s'est retrouvé seul sur les cendres de ce cimetière que la Science du bien et du mal avait laissé dans son sillage. Cet arbre - de la science du bien et du mal - a offert son fruit à Dieu et Dieu ne l'a pas pris. Il n'a pas tendu la main. Il a été tenté par la Mort et ne s'est pas laissé tromper. Pour rien au monde, Il n'a voulu devenir un Dieu de dieux, tous en dehors de la loi, tous immunisés contre le bras de la justice. Plutôt la destruction que de voir son Empire devenir le Royaume des Enfers.

XI

La sagesse et la science de la création

 

LE COEUR DE MARIE