web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE UN

LE PREMIER ET LE DERNIER

 

LA MORT DE JOSEPH

La vie de Joseph le charpentier a éteint sa flamme peu après celle de Cléophas.

Si la vie de Cléophas était belle et digne d'être vécue, celle de Joseph le charpentier était celle du guerrier toujours au bord du précipice, les muscles constamment tendus, les nerfs aiguisés jusqu'au dernier atome, toujours vigilant, toujours prêt à s'adapter au prochain coup du sort.

"Rien n'est prédéterminé, qui sait ce que demain nous réserve ? Lorsque le livre de la vie tournera la page, vous verrez ce qu'il contient. Et que chaque jour suffise à son jour".

"Le lot des enfants de l'Esprit est de répondre promptement au son de la trompette qui appelle à l'action.

"La mort attaque toujours par derrière, mais celui qui tourne son visage vers elle prend de sa main cet as appelé l'élément de surprise".

Les proverbes de cette nature étaient le pain quotidien de Joseph le charpentier. Zacharie, le futur père du Baptiste, son précepteur, son tuteur, son mentor, son enseignant, tout le bien en un, a consacré son talent, son génie, sa sagesse, son art, tout ce qu'il avait de meilleur à façonner l'esprit du jeune Joseph. Grâce à sa patience et à son dévouement, le guerrier intrépide qui coulait dans le sang du jeune Joseph a appris à regarder la Mort en face, et, avec la lueur dans les yeux du héros qui se sait invincible, même l'enfer.

Mais ce pour quoi il n'a jamais articulé son esprit, c'est d'être pris dans les filets de Dieu lui-même.

De même, leur conception de la naissance du fils de David était la conception classique habituelle, papa, maman, ils se marient, ils s'unissent, deux personnes différentes et une seule chose, l'appel du sang, la puissance de la chair. Imaginer que Dieu s'implique dans l'Incarnation de son Fils par le biais de son Fils ? Eh bien, non, pas vraiment ; ce qui s'est passé ensuite n'a jamais été imaginé.

En regardant en arrière, en revivant ces jours, Joseph le charpentier rit de bon cœur.

Cette fois, le guerrier avait atteint l'autre côté du champ de bataille. Autour de son lit de mort, ses neveux et son peuple pleurèrent l'adieu du chérubin qui n'avait jamais baissé sa vigilance, la mort du héros qui n'avait jamais perdu son casque et son armure. Il était prêt à abandonner son âme.

Ils pensaient tous que sa force était arrivée à son terme, que son souffle s'évanouissait dans les distances entre le Ciel et la Terre, lorsque Joseph le charpentier sortit de son sommeil. Il fut réveillé par le souvenir de sa réponse à son Maître Zacharie le jour où Elisabeth leur annonça la nouvelle du vœu de la Vierge.

"Que la volonté de Dieu soit faite. Mille ans que mon peuple attend ce jour, autant en attendre dix", dit Joseph.

Dieu, quel tour inattendu tu as donné à la vie de ton serviteur !

Le jeune Joseph a grandi en rêvant du jour où il verrait le roi Messie né de sa femme, le propriétaire de l'épée des rois, le détenteur légitime des deux rouleaux messianiques.

Ses frères et sœurs ne comprenaient pas pourquoi leur Joseph ne s'était pas marié à l'âge auquel tout le monde était habitué. La vie était courte. La vie était dure. À ce stade de l'histoire, personne ne pouvait se permettre de laisser passer les années à la manière des patriarches, qui se mariaient à partir de la quarantaine. Beaucoup étaient déjà grands-pères à l'âge de quarante ans, alors qu'attendait le chef du clan des charpentiers de Bethléem pour choisir une épouse et les honorer tous d'un sang frais ?

Joseph le charpentier est resté silencieux. Il répondit à ses frères avec le silence de celui qui semblait, contrairement aux autres mortels pris dans l'argile, avoir été formé dans le fer.

Loin de lui l'idée d'avoir un cœur de pierre, mais tu ne lui as laissé, Dieu saint, aucun autre choix que d'adopter cette attitude pour le bien de tous, car si la moindre nouvelle du complot davidique qui se tramait dans son dos était parvenue aux oreilles des sicaires d'Hérode, combien de temps aurait-il fallu à ce serpent pour ordonner la mort de tous les frères de ton serviteur ?

Joseph le charpentier est sorti de son sommeil, revivant ce jour inoubliable, le jour où il s'est rendu chez sa belle-mère Anne pour lui demander d'expliquer la rumeur qui avait scandalisé tout le monde à Nazareth.

Que se passait-il ?

Qu'est-ce qui parvenait à ses oreilles ?

Les voisins laissaient des indices formidables.

"Comment appellerez-vous l'enfant, M. Joseph ? Parce que ce sera un garçon.

Le charpentier a finalement ressenti le pincement, a cessé de contempler et est allé directement parler à sa belle-mère.

La Veuve, qui s'attendait à cette visite, alla ouvrir la porte.

La mère de la Vierge s'était préparée à cette rencontre.

Elle l'avait craint. Elle l'avait désiré. Elle rêvait de lui, soupirait pour lui, tremblait à sa pensée.

Serait-elle à la hauteur, la grâce de l'innocence de sa fille aurait-elle déteint sur elle, sa mère ?

En tant que mère, elle était prête à arracher les yeux de quiconque prononçait le mot adultère. Son gendre Joseph était un saint, un homme très bon, mais quel mâle ne serait pas scandalisé d'entendre que sa femelle était en état de grâce par l'action du saint esprit ?

Le cœur lourd, la Veuve ouvre la porte à son gendre.

Assieds-toi, mon fils, dit-elle, c'est un grand jour pour toutes les familles de la terre.

Quelle façon d'ouvrir l'entaille !

Le charpentier s'est assis. Il n'a pas ouvert la bouche. Il n'en aurait pas eu besoin non plus. Son regard en disait long.

Homme, mille images peuvent valoir moins qu'un mot de Dieu, et une image peut valoir plus que mille mots de l'homme. Dans la situation présente, la mère de la Vierge face à l'homme directement touché par l'Incarnation du Fils de Dieu par l'œuvre et la grâce de l'Esprit Saint, ni les mots ni les images ne semblaient suffisants à cette mère prise dans les filets d'un Dieu qui ne demande à personne la permission d'entrer dans la vie des créatures qu'il crée à partir de l'argile.

Les regards étaient suffisants. Les regards en disaient long.

La Veuve savait ce que son beau-fils venait chercher et son beau-fils savait qu'elle savait ce qu'il était venu chercher. La question était de savoir qui allait briser la glace.

La mère de la Vierge, inspirée par l'amour infini qu'elle portait à sa fille, d'une part, et par la sagesse de l'Esprit Saint lui-même, d'autre part, éclata :

"Mon fils, crois-tu que Yahvé est Dieu ?" a-t-elle lâché à son gendre sans lui laisser le temps de dire "c'est ma bouche". Une telle entrée, elle le savait, était la dernière chose à laquelle son Joseph pouvait s'attendre.

Le charpentier n'a même pas bronché. Un homme de glace aurait déplacé plus de nerfs que le charpentier à ce moment-là.

Eh bien, il connaissait déjà sa belle-mère Anne, il savait quel tampon elle avait apposé sur l'âme de cette femme. Zacharie l'a éduqué, Joseph ; mais sa belle-mère Anne a été formée de ses propres mains par Elisabeth, la femme de son Maître. Donc, si la Veuve de Jacob de Nazareth défendait sa fille Marie, et c'était certainement le cas, la mère de la Vierge commençait bien. Il fallait voir ce qu'il adviendrait de toute cette philosophie.

La mère de la Vierge, sans perdre son sang-froid ni se sentir désarmée par le sérieux rocailleux de son gendre, poursuit :

"Pardonnez-moi, homme de Dieu, d'entrer par cette porte, mais les événements l'exigent de moi. Je veux dire, croyez-vous que quelque chose est impossible pour Dieu ? Puis il fixa son gendre comme si, à cet instant, le mystère des yeux de Dieu lui avait été révélé et lui avait permis de lire dans l'esprit de Joseph le charpentier.

Un autre homme aurait ressenti ce regard comme une intimidation. Le charpentier l'a tenu sans bouger un muscle.

Bien qu'il n'ait pas encore compris où sa belle-mère voulait en venir, José est resté assis calmement. Il était venu pour un seul mot, un Oui ou un Non. Point final. Et il n'allait pas quitter la maison sans un Oui ou un Non. Sa femme était-elle en état de grâce ? C'est tout ce qu'il voulait savoir.

La mère de la Vierge jouait avec un avantage, elle savait que son gendre Joseph ne bougerait pas de sa place jusqu'à ce qu'elle lui donne le Oui ou le Non. La vérité, toute la vérité, et seulement la vérité.

La vérité, toute la vérité et seulement la vérité, était un Oui, un Oui merveilleux, un Oui divin, un Oui éternel, infini, un Oui absolu, indescriptible, inexplicable.

C'était aussi un Non, un Non total, un Non sans concessions, sans arguments d'aucune sorte, un Non profond, non négociable, la Vie du Messie dans une main, la Mort du Fils de David dans l'autre.

Que choisirais-tu, mon ami, choisirais-tu la moquerie, te moquerais-tu de Dieu en face, refuserais-tu à Dieu son pouvoir d'accomplir cette Œuvre extraordinaire, surnaturelle ?

Mon ami, tout n'est rien quand tout est petit. Mais si la créature devait refuser la connaissance de son Créateur et la soumettre à son niveau d'intelligence naturelle, le travail extraordinaire serait de tirer un tel âne de la fosse aux fous.

Les dés - car la grâce souffle au gré du vent - attendent toujours le prochain coup. C'est au tour de chaque homme et femme de souffler sa réponse. S'affirmer dans le Oui ou dans le Non.

Si vous aviez tout ce qui est bon dans une main et tout ce qui est mauvais dans l'autre, laquelle choisiriez-vous ?

Joseph le charpentier a un jour tenu dans sa main les dés de la fortune du fils de Marie. Jamais dans l'histoire de l'univers, aucun homme n'a traversé une situation semblable ou similaire. Sa décision allait changer l'avenir du monde. Son Oui ou son Non soulèverait ou coulerait l'ensemble du plan de salut universel de son Créateur.

De ses lèvres, cependant, la mère de la Vierge ne pouvait attendre que des paroles de sagesse. Avec cette force et ce courage dignes d'une fille d'Eve, la mère de la Vierge poursuivit sa révélation

"Voyons voir, homme de Dieu. Imaginez que le Seigneur vous mette au défi de le mettre à l'épreuve. Oui, comme il se doit. Imaginez que notre Seigneur vous offre l'opportunité d'être défié par vous pour vous prouver qu'Il est Dieu pour de vrai, pas seulement en parole et parce qu'Il peut faire quelques tours de plus que les magiciens de Pharaon.

Disons qu'il ne vous suffit pas de croire en parole qu'Il est Dieu, et vous voulez, vous devez le voir de vos yeux. Vous voulez voir Sa Toute-Puissance et Son Omniscience, vous voulez les voir en action, surmontant le plus difficile encore, surmontant le plus grand test auquel vous pouvez penser.

Homme de Dieu, je sais que ta foi est plus forte que le roc, que sans voir tu es content et satisfait de la Parole qui voyage de bouche en bouche à travers le firmament des siècles pour croire en la véracité de notre Seigneur. Pourtant, accordez-vous cette opportunité. Répondez-moi sans préjugé. Dites-moi, par quel test engageriez-vous Dieu à s'employer au maximum ? Quel test mettriez-vous à Dieu qui serait digne de sa toute-puissance et qui l'obligerait à mettre son omniscience sur la table ? Fils, ne te retiens pas, ne garde pas ta langue collée au ciel de ton cœur par peur de trouver les mots. Ose, défie ton Créateur, car tu le mérites, pour tant de souffrance, pour tant de douleur et tant de cruauté que nos pères ont subies. Qu'étions-nous, fils, avant que l'Esprit de Dieu ne plane sur les eaux de nos mers ? Animaux sans intelligence. Puis un jour, nous avons été aimés par notre Créateur et avons reçu le don de la parole. Maintenant donc, ne vous en privez pas, parlez, levez la tête vers le Tout-Puissant, déposez votre âme à ses pieds, demandez-lui d'accomplir une œuvre extraordinaire, unique, irremplaçable, merveilleuse, à la mesure de son Grand Esprit, pour étancher votre soif de connaissance et votre faim de sagesse. Il est pour vous. Demandez-vous quelle épreuve vous poseriez à votre Créateur, une et plus, saint Isaac ; mais une épreuve qui remplira votre âme d'un bonheur infini et votre être d'une joie éternelle. Venez, ne soyez pas timide. Et la mère de la Vierge s'est tue.

Aussi étrange que cela puisse vous paraître, Joseph le charpentier était encore dans l'admiration. Il est venu chercher la réponse à quelque chose d'aussi simple que la vérité sur la rumeur de l'état de grâce de sa femme, et sa belle-mère est sortie avec une discussion théologique à part entière.

Joseph la fixait, essayant de deviner ce qui se passait - était-ce un Oui ou un Non ?

Sa belle-mère a profité de la confusion pour pousser sa révélation un peu plus loin.

Fils, réponds-moi", a-t-elle supplié. Ne me mentez pas et ne gardez pas le silence de peur d'offenser le Seigneur. Dis-moi la vérité, oserais-tu défier ton Dieu, ou te rétracterais-tu et n'ouvrirais-tu pas ta bouche de peur d'offenser ton Créateur ?

Sans reprendre son souffle, la Veuve a respiré. Elle est immédiatement retournée sur le champ de bataille.

"Homme de Dieu, je sais que je vous surprends ; mais accordez-moi ces minutes de votre vie. Je vous le demande à nouveau, que feriez-vous pour mettre Dieu à l'épreuve ? Ou disons-le autrement : quel serait le plus grand test pour un Dieu qui puisse arriver à un homme ? Par exemple, vous voulez qu'Il vous prouve une fois pour toutes qu'Il est vraiment Dieu, qu'Il ne s'est pas arrogé la gloire de l'Être incréé. Voulez-vous qu'Il fasse disparaître toutes les étoiles du ciel ? Voulez-vous que le soleil ne se couche jamais ? Voulez-vous que les ânes volent ? Voulez-vous que les baleines marchent ? Je ne sais pas, qu'est-ce que tu veux ? N'importe qui peut devenir empereur. À Midas tous ceux qui le peuvent. Ne demandez pas à Dieu des choses qu'un homme peut faire. Vous allez Le défier avec un travail extraordinaire, supérieur, vous allez Lui soumettre un travail que même Hercule dans la plénitude de sa gloire n'aurait pas pu faire. Dois-je vous expliquer ? ... Et qu'est-ce que je voulais vous dire ? Ah oui, vous voyez, ce qui m'inquiète, c'est que connaissant la nature des hommes, êtes-vous sûrs qu'une fois les étoiles effacées du ciel, vous ne chercherez pas une explication naturelle à un phénomène aussi divin ? Êtes-vous sûrs que les hommes ne retourneront pas un soleil figé dans la coupole du firmament pour y trouver une cause naturelle qui rentre dans votre tête ?

Ayant envoyé la balle dans le camp de quelqu'un d'autre, la Veuve de Jacob de Nazareth s'est tue. Joseph le charpentier n'est pas entré dans le jeu.

Je dirais que quiconque l'a vu assis en face de sa belle-mère à l'époque aurait juré que l'homme de Dieu avait de la glace au lieu du sang dans ses veines.

Joseph le charpentier n'a pas bougé un sourcil. Avec son regard figé sur sa belle-mère, il ressemblait plus à une statue de pierre qu'à une créature de chair et de sang.

La Veuve a soutenu son regard. Elle savait pertinemment que son gendre ne dirait pas un mot ; ce n'est pas pour rien que le mari de sa fille a été fait par le mari de sa Tante Elizabeth.

Inspirée par le grand amour qu'elle portait à sa fille, la Veuve a agi comme si le silence de José était une reconnaissance de la valeur de l'idée sur la table.

José, qui commençait à s'étonner de la tournure que prenait la conversation, a agrémenté son silence des premiers mots :

"Dis-moi, mère, pourquoi devrais-je refuser à mon Créateur la gloire de son bras ?". Et elle s'est tue.

La mère de la Vierge a fait le dernier pas. Le moment était venu.

"Fils. Je ne suis pas un homme.

Elle avait fait le pas en avant, oui, mais dans la direction qui lui convenait.

Je ne sais pas comment vous, les hommes, pensez", a-t-elle insisté, "J'ai été créée à partir de la côte d'un homme. Ce qui pour un homme peut être le plus grand test de l'Univers peut ne pas être aussi grand aux yeux d'une femme. La seule chose que je me demande, c'est si, aux yeux d'une femme, Dieu peut être mis à une plus grande épreuve que de concevoir sans l'intervention d'un homme. Je veux dire, pas à la manière de ces fils de Dieu qui ont couché avec les filles des hommes et ont eu une descendance. Vous savez que chez les Grecs, les Romains et les barbares, leurs dieux couchaient avec leurs femmes et leur donnaient naissance à des héros, le dernier étant Alexandre le Grand lui-même. Non, fiston, je parle d'autre chose. Qu'une Vierge donne naissance à un Enfant sans connaître d'homme".

Les yeux de Joseph le charpentier s'écarquillèrent. À quoi sa belle-mère faisait-elle allusion ? Où l'emmenait-elle avec ce détour métaphysique ? Était-elle en train d'envelopper le Oui qu'il était venu chercher dans une sorte de nœud théologique impossible à défaire ? Le sujet était si époustouflant que Joseph est resté immobile.

"Fils, penses-tu qu'un tel test dépasserait les limites du Pouvoir Divin ?" La Veuve a continué à attaquer sans laisser à son gendre le temps de préparer une stratégie de contre-attaque.

Enfin, son gendre a parlé. "Non. Jamais." Il a dit très sérieusement.

Et immédiatement, il est retourné à son rôle de gendre dans un état d'hallucination avec les circonvolutions que sa belle-mère lui faisait subir à la réponse simple et courte qu'il était venu chercher : Oui ou Non.

Ça ressemblait à du Oui, mais c'était du Non.

Apparemment, le Oui a été édulcoré pour qu'elle ne soit pas trop amère face à la pilule des événements. Mais l'idée avec laquelle sa belle-mère le mettait au défi semblait si fantastique que son corps refusait de partir sans d'abord écouter avec ses oreilles la conclusion de l'argument qu'ils fabriquaient pour lui.

Je n'en attendais pas moins de toi, mon fils", interrompit le train de pensées de la mère qui était prête à défendre sa fille bec et ongles. Faisons maintenant un autre pas en avant. Le Seigneur relève votre défi. Le Seigneur va te donner la preuve à laquelle tes os aspirent : il va faire en sorte qu'une vierge conçoive un fils par la puissance et la grâce du Saint-Esprit. Te souviens-tu, mon fils, de la prophétie ? Je sais que oui.

-Isaïe le prophète dit au roi Achaz : "Demande à l'Éternel, ton Dieu, un signe dans les profondeurs du Shéol ou en haut.

-Et Achaz répondit : "Je ne lui demanderai pas ; je ne veux pas tenter l'Éternel.

-Esaïe lui dit : "Ecoute maintenant, maison de David : Est-ce une petite chose pour toi de troubler les hommes, que de troubler aussi mon Dieu ? Le Seigneur lui-même vous en donnera le signe : Voici que la vierge enceinte est enceinte, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel.

La Veuve arrêta son discours et regarda dans l'âme de Joseph.

Le Charpentier n'en croyait toujours pas ses oreilles. Était-elle en train de lui dire que le Signe avait eu lieu ? La Veuve était-elle devenue folle, ou essayait-elle de le rendre fou ?

Comme si elle lisait dans son esprit, la Veuve a rouvert le sujet.

"Fiston, tu te dis : "Au fait, madame. Et je vous demande de ne pas être impatient. Nous ne parlons pas d'une affaire banale, la gloire de l'Éternel est en jeu. Accordez-vous la patience. Si l'athlète, parce qu'il court trop vite, manque les panneaux de signalisation et saute par-dessus pour atteindre la ligne d'arrivée sur une route non balisée, alors qu'il aurait de toute façon gagné s'il avait couru sur la piste officielle, le jury lui donnera-t-il la couronne de lauriers ? Ne le fera-t-il pas ? En effet, mon fils, l'Éternel est déjà en marche, à la recherche de la Femme, de la Vierge dans le sein de laquelle son Signe prendra forme. Je vous le demande, sur quelle bienheureuse Dieu fera-t-il reposer son bras ? Sur quelle femme unique et spéciale parmi toutes les filles de David le Très-Haut étendra-t-il le manteau de sa Gloire ? Laquelle aimera-t-il comme on aime l'épouse unique et adorée ? Vous me direz que le Très-Haut Lui-même l'engendrera et la prédestinera dès le sein de ses parents à être la Mère. Ou bien ne précède-t-il pas celui qui demande en l'engendrant pour qu'il puisse faire cette demande ? C'est l'Omniscience du Seigneur qui émeut chaque âme qui respire en Sa présence. Son Esprit n'est-il pas la source qui inspire chaque mot qui parvient à Son oreille ? Bien sûr que oui, mon fils. Il ouvre la bouche de celui qui demande : "Qu'une Vierge puisse enfanter sans l'intervention d'un homme ! Le Seigneur sourit. Il ouvre la bouche et dit : "Voici, je vais vous halluciner tous en faisant une œuvre dont on se souviendra à jamais : Le fils d'Eve naîtra de cette Vierge. C'est fait, mon fils. Dites-moi maintenant, parmi toutes les femmes, quelle femme le Très-Haut choisira-t-il pour être cette Vierge bénie ?"

Pendant un instant, Joseph le charpentier a cru avoir entendu tout ce qu'il était venu chercher, mais l'idée que sa belle-mère mettait sur la table était si ahurissante qu'il est resté immobile.

Que lui disait la Veuve, que sa Fiancée était en état de grâce par l'œuvre et la grâce du Saint-Esprit ?

La mère de la Vierge ne lui a pas laissé le temps de trop réfléchir.

"Mets-toi sur l'affaire, fils. Dieu annonce quel sera le signe dans lequel il démontrera la Gloire de son Fils devant toute la création. Du sein de ses parents, il forme le couple qui portera dans ses bras l'Enfant né de la Vierge. Mais il y a maintenant un problème à surmonter, un dernier obstacle à franchir. Oui, fils, l'orgueil du mâle, vas-tu laisser l'orgueil du mâle t'aveugler sur ton intelligence ?

Joseph a finalement compris l'argument de sa belle-mère.

"Vous me dites, mère, que c'est arrivé ?"

"Ne tirez pas de conclusions hâtives, mon fils. Permettez-moi de récapituler le chemin que nous avons parcouru jusqu'à présent. Regardons les choses sous un autre angle : qu'a dit le Prophète plus tard, en parlant de l'Enfant né de la Vierge ?

-Un enfant nous est né, un fils nous est né, qui a la souveraineté sur ses épaules, et il sera appelé Prince de la paix, Conseiller merveilleux, Dieu puissant, Père éternel....".

"Qu'est-ce qui est né, dites-vous, mère ? Il l'a interrompue. Pour la première fois, Joseph le charpentier a bougé, montrant un épuisement de sa patience. La mère de la Vierge a repris son attaque avant de perdre sa proie.

"Ne laisse pas la fierté du mâle aveugler ton intelligence, mon fils. Car s'Il ne trompe ni ne ment et tient toutes Ses promesses, que dirons-nous ? Que les prophètes d'Israël étaient tous des menteurs et des imposteurs ? Que pour se glorifier, ils ont écrit les Saintes Écritures sans autre but que de réciter des poèmes ? Vous me le dites. J'attends votre réponse.

Joseph le charpentier a suivi le fil. Il pensait que vu sous cet angle, la Veuve avait tout à fait raison. Soit son peuple était une nation d'imposteurs avec une capacité infinie d'auto-illusion, soit il ne devait certainement pas y avoir de Naissance. Jusqu'à présent, tout va bien. Ce qui lui restait déjà en travers de la gorge était la conclusion que la mère de sa femme lui mettait sous le nez. Elle lui disait que la Vierge était sa Marie. Elle ne lui avait pas encore dit en ces termes, mais il était clair que tout ce discours avait enfin cette déclaration finale.

Intelligente comme elle l'était, inspirée par la foi, sa belle-mère lui a coupé les vivres. On peut dire qu'elle était plus qu'inspirée, elle était divine. Elle lisait ses pensées plus vite qu'il ne se les lisait à lui-même. Profitant de cette situation, la mère de la Vierge est arrivée en force.

"Ma fille, votre épouse, est l'Élue qui a conçu dans son sein l'Enfant qui devait naître de cette Vierge dont le Prophète nous a parlé. Vous, Joseph, êtes l'Homme.

Pendant un instant fugace, Joseph a été sur le point de se lever et de clore cette conversation inoubliable par "ça suffit". Mais il est resté assis. Sa belle-mère a poursuivi.

"Devant toi, mon fils, Dieu a ouvert deux portes. Ces deux portes resteront ouvertes devant les générations qui nous suivront lorsque vous et moi ne serons plus qu'un souvenir dans la mémoire des siècles. L'une est celle de la foi, l'autre celle de l'incrédulité. Si vous choisissez la seconde option, vous agirez comme celui qui a défié son Dieu et qui, lorsqu'il a découvert que la Vierge choisie pour lui démontrer sa gloire était sa propre femme, s'est rebellé contre Celui qu'il a lui-même défié. Mais je sais que vous ne le ferez pas. Mon fils, à l'innocence immaculée de ma fille, je suis son témoin devant tous. Son ange vous conduira hors de l'obscurité du doute qui vous saisit. L'autre, mon fils, est la porte de la foi. Mon cœur me dit que vous choisirez celui-ci. Et que vous courrez à la recherche de la Mère du Messie que notre peuple attend depuis tant de millénaires".

Inexplicablement, sur son lit de mort, Joseph le charpentier a souri. Y a-t-il une mort plus belle que celle de la créature de Dieu qui dit adieu à ce monde avec un sourire sur les lèvres ?

Eh bien, tous ses neveux et nièces et son peuple pensaient que Joseph allait fermer les yeux pour toujours lorsque Joseph s'est assis et a supplié tout le monde de sortir et de le laisser seul avec sa femme et son fils. Partis, tous les trois seuls, Joseph respire et commence à parler.

"Femme, ma bouche est restée scellée jusqu'à ce jour pour des raisons que tu comprendras toi-même à la fin des choses que rien ne m'empêche maintenant de porter à ta connaissance et à celle de ton Fils.

Mon fils, que dirai-je à mon Seigneur ? Mon âme est devant mon Dieu. Je vais rencontrer mon Juge, devant lequel je devrai rendre compte de ma vie. Mais il y a quelque chose que vous devez savoir avant que je ne quitte ce monde.

Votre mère vous a déjà parlé de ses arrière-arrière-grands-pères, Elizabeth et Zacharie, que vous n'avez pas connus et à qui votre mère et moi devons tant. Sois patient avec moi en cette dernière heure et souviens-toi de mes paroles en ton Jour.

Par où commencer, comment vous ouvrir la porte à la connaissance des hommes et des femmes qui ont mis leur vie aux pieds de leur Dieu pour que votre Lumière puisse se lever sur les ténèbres ? Si je ne vous ai jamais fait connaître les faits que je vous dévoile maintenant, c'était pour votre bien. Ne me reprochez pas de vous avoir tenu à l'écart de l'histoire de ces hommes et de ces femmes qui ont vécu leurs jours sur le fil du rasoir, la tête suspendue à un fil tous les jours de leur vie, afin que votre Venue soit accomplie. Tu sauras, mon fils, ce que tu dois faire lorsque ton Père éternel prononcera l'ouverture de ton Jour".

 

CHAPITRE DEUX

JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA

 

LE COEUR DE MARIE