web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE UN

LE PREMIER ET LE DERNIER

CHRIST JÉSUS

Nous ne savons pas à quel moment de la vie nous franchissons la frontière entre l'enfance et l'adolescence ; ni à quel moment nous avons cessé d'être jeunes pour devenir adultes. Il ne semble pas y avoir de règle générale ; c'est quelque chose que chacun découvre pour lui-même et vit à sa manière.

Ceci étant le cas parmi nous, combien plus complexe est d'appliquer notre psychologie à quelqu'un comme le Jésus des évangiles !

Ayant adopté la position de le voir tel qu'il se voyait, ayant expérimenté dans la mesure où notre compréhension nous le permet ce qui se passait dans sa tête, avançons. Il existe encore de nombreux domaines fermés à l'intelligence des siècles passés, et qui, soumis à la fantaisie de ceux qui ont voulu percer ses entrailles, sont parvenus jusqu'à nous déformés comme des tableaux viciés par les passions des copistes.

Si, à un moment donné, j'ai laissé libre cours à mes propres passions, le lecteur, en tant qu'être libre, se doit de recréer la ligne historique sur la base des caractéristiques de sa propre intelligence. L'auteur ne peut que pointer l'horizon et peindre ce qu'il voit avec ses yeux, et bien que la configuration de l'œil soit la même pour tous, la façon de voir les choses prend une forme personnelle et non transmissible. C'est à partir de cette plate-forme de vision personnelle et de compréhension individuelle que l'auteur recrée les choses qu'il écrit ; le lecteur devra les adapter à sa propre façon de rire, de pleurer, de haïr, d'aimer, de comprendre et même d'ignorer.

Retournons donc avec Jésus dans la maison de ses parents à Nazareth, et à partir de ce qu'il a découvert, sachant maintenant ce qu'il venait de découvrir, la Croix du Christ, sa Croix, essayons d'ouvrir l'horizon de ses souvenirs aux purs reflets de la réalité telle que lui et les siens l'ont vécue.

L'Enfant qui est descendu à Jérusalem était à tous égards, vu des yeux d'un étranger, un gentleman. Son cousin James, par exemple. Jacques avait quelques années de plus que son cousin Jésus, et pourtant, alors que ce dernier n'avait pas encore pris un marteau et ne savait pas comment planter un clou, Jacques de Cléophas était déjà une hache, bien installé dans son rôle d'apprenti charpentier. En tant que père de ce grand garçon super-intelligent, Joseph a dû supporter plus d'une critique sur sa façon d'élever son fils unique. Il le gâchait, disaient-ils.

Nous n'allons pas parler d'envie ou évoquer des passions que nous souhaiterions tous ne jamais avoir connues. Ce qui est vrai, c'est que la mentalité des petites villes a toujours été un foyer de l'ignorance la plus ostensible et la plus ennuyeuse.

La critique de Joseph pour la façon dont il a élevé son premier-né ne disait rien à Marie, et ne pouvait pas non plus être poussée plus loin que cela, car l'Enfant était ce qu'il était. Cet enfant qu'ils critiquaient était l'héritier de la fille de Jacob. Une grande partie de tout ce que les nazaréens voyaient autour d'eux appartenait au "petit seigneur Jésus". Si ses parents ne voulaient pas qu'il touche aux clous et aux marteaux, qui était là pour leur faire des reproches ?

Ce qui est certain, c'est qu'à son retour de Jérusalem, l'Enfant a brisé le scénario du "petit seigneur" qui était censé être le sien et s'est attaché à son père avec l'obéissance et la diligence du garçon bon et dynamique que tout père souhaite pour son fils.

Marie l'a regardé finir la journée en prière. Jamais de sa vie son garçon n'avait soulevé une planche, et soudain il demandait du travail. C'était suffisant pour que son père ouvre la bouche pour lui obéir. Joseph lui-même l'a regardé et a dit : "Qu'est-ce qui te prend, mon fils ?

Mais pas seulement dans l'atelier de menuiserie. Si Tante Jeanne avait besoin d'un travail à faire, le fils de sa soeur était là pour tout ce qui était nécessaire. Si elle devait aller aux champs pour cueillir des amandes ou faucher le blé, son neveu Jésus était là le premier à l'aube. Il ne s'est jamais plaint, n'a jamais répondu, ne vous a jamais donné un "non". Mais ni aux siens ni à quiconque lui demande une faveur, comment ne pas lui faire de reproches !

C'était comme s'il ne voulait pas penser, comme s'il avait besoin d'oublier quelque chose. Il devait s'adonner à une activité physique. Ses bras lui faisaient mal et ses tendons tremblaient de fatigue, mais il ne disait jamais non et n'abandonnait jamais. Il se levait le premier et se couchait le dernier. Il ne jouait plus avec les enfants du village. Il ne parlait même pas, sauf quand on lui demandait. Le changement était si soudain, si colossal, si surprenant que sa mère s'asseyait sur le bord de son lit pendant que son garçon dormait, se demandant ce qui se passait dans sa tête. Avant, son Enfant lui parlait, lui disait tout. Depuis leur retour de Jérusalem, son Enfant était une personne différente, il était comme un étranger pour elle. Pour tous les autres, il était ce qu'il aurait dû être, un garçon obéissant et tranquille qui ne parlait jamais aux adultes et ne répondait jamais quand on le grondait pour quoi que ce soit. Mais pour Ella, son garçon était en train de devenir un étranger.

Il devient un homme. ils lui ont dit. Ce n'était pas suffisant pour Ella. Elle savait que ce qui arrivait à son Enfant ne pouvait être expliqué par l'expérience humaine. N'avait-elle pas vécu le naufrage de son Enfant à Alexandrie ? Pour ceux qui l'ont vu assis à la porte de la menuiserie du Juif, la tristesse de l'Enfant s'expliquait par quelque caprice que son père lui refusait et lui interdisait de le redemander. Juste comme ça ? Pas question ! Elle savait que son fils ne fonctionnait pas comme les autres enfants.

À cette occasion, à Alexandrie, Marie a trouvé le moyen de se frayer un chemin dans le cœur de son Enfant. Mais cette fois, c'était totalement impossible pour elle. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était de s'allonger à côté d'elle et de s'endormir, en gardant ses rêves, car quoi qu'elle traverse, cette fois-ci, son Enfant ne lui ouvrirait jamais la porte de son esprit, ou ne lui permettrait pas de trouver le chemin de son coeur.

Ce n'est pas qu'elle était triste, ou qu'elle portait un chagrin si grand que l'idée même de le partager semblait impossible à l'Enfant. Elle savait que c'était quelque chose de plus profond ; si profond que même en le regardant dans les yeux, son regard se perdait dans le champ des yeux de Jésus sans jamais atteindre l'horizon derrière lequel son Fils cachait sa pensée.

"Qu'est-ce qui te prend, mon fils ?" se demandait-elle, sachant que son Enfant ne lui donnerait jamais la réponse.  

 

 LA MORT DE CLÉOPHAS

Cléophas, le père de Jacques le Juste et de ses frères, a été béni. S'il est vrai qu'avant la mort les êtres humains revivent les années vécues dans ce monde, les derniers moments du frère de Marie ont été heureux.

Le seul chagrin qui aurait pu assombrir ses souvenirs lumineux est la mort de son père peu après sa naissance, mais même ce chagrin n'a pas pu assombrir ses derniers moments. Sa sœur Marie avait transformé cette absence physique en une présence angélique veillant toujours sur son enfant.

Maintenant qu'il était à un pas de franchir le seuil de la mort, Cléophas se souvenait en souriant de la façon dont sa sœur aînée avait atténué l'absence de son père en le transformant en son propre ange gardien. Comment aurait-il pu douter de l'innocence de sa sœur Marie le jour où sa mère lui a annoncé l'Annonciation ?

Il fut le premier homme au monde à connaître le Mystère de l'Incarnation, et le premier à croire les yeux fermés en la Vierge qui concevrait le Roi Messie. C'est sa mère qui l'a pris seul et lui a dit dans chaque mot. "Fils, passe ceci, ceci et cela, et je veux que tu fasses ceci, ceci et cela."

Cléophas oublia sa femme et ses deux petits enfants, sella son cheval, la jument de sa sœur, et, sans donner plus d'explications que nécessaire à son beau-frère, prit le chemin de la Vierge à travers Samarie.

Mon Dieu, comme il était beau, chérubin sur son cheval fougueux, le regard de l'aigle scrutant l'horizon, l'épée prête et tranchante pour tracer autour de sa sœur le cercle que le soldat romain inconnu a tracé autour du grand roi d'Asie. "Si vous franchissez la ligne, vous déclarez la guerre à Rome, si vous faites demi-tour, partez en paix. Si vous voulez la guerre, vous l'aurez."

Son beau-frère lui a donné pour compagnie deux de ses chiens, Deneb et Kochab. Ces derniers semblaient avoir été infectés par la tension du jeune frère humain ; Deneb avançait en tête, Kochab gardait l'arrière.

La Vierge serait descendue seule en Judée, sans autre protection que la confiance placée dans le Seigneur par son ange Gabriel. Mais elle était si belle que Cléophas la couvrait du manteau de sa foi absolue en son innocence.

Quelque temps avant que l'état de grâce dans lequel se trouvait la femme du charpentier ne soit découvert à Nazareth, un état de grâce sur les lèvres de tous les voisins, il arriva à Nazareth un jeune homme de Judée, de Jérusalem même, à la recherche de Joseph. Il a apporté un message de Zacharie. Joseph a été étonné et réfléchi par son contenu. "Elizabeth était enceinte.

Lorsque sa belle-mère décide bientôt d'envoyer Marie chez Elizabeth pour l'aider dans les derniers mois de la grossesse de Jean, Joseph considère que c'est naturel. Mais ce qu'il ne considère plus comme logique, c'est que c'est Cléophas qui l'a précédé et a accompagné Marie vers le sud. Maintenant, sur son lit de mort, Cléophas se souvient avec émotion du regard de surprise sur le visage de son beau-frère lorsqu'il l'a entendu lui parler, un garçon dans les yeux, les mots d'un homme entier.

"Ne dites rien de plus. Les discussions sont terminées. Ma mère dispose, sa fille obéit, et moi, son fils, je me conforme. Jusqu'au jour de votre mariage, votre fiancé est soumis à l'autorité de ma mère. Il n'y a plus rien à dire, José. À notre retour, nous nous reverrons. Joseph le fixait avec les yeux de celui qui découvre l'homme dans le garçon et se réjouit qu'il en soit ainsi, car c'est ainsi que les choses doivent être.

Zacharie et Elizabeth s'étaient retirés dans leur maison de campagne dans les montagnes de Juda, loin de Jérusalem. Cela faisait un certain temps que le fils d'Abijah s'était retiré de sa position officielle de toute une vie dans la hiérarchie bureaucratique du Temple. Et il ne l'avait fait que quelques mois auparavant depuis le Temple lui-même car, comme le sacerdoce était à vie et qu'il n'avait pas d'enfants, il était obligé par son tour de le faire jusqu'à la mort ou jusqu'à ce que la maladie l'en empêche.

En bonne santé et d'une grande longévité à une époque où la durée de vie moyenne d'un homme dépassait à peine la cinquantaine, Zacharie, bien qu'il aurait pu mettre le tour de son père à la disposition du Temple, a préféré rester à son poste sacré jusqu'à ce que la mort ou la maladie l'oblige à se retirer. Et c'est exactement ce qui s'est passé. Car lorsqu'il est devenu muet, il ne pouvait plus maintenir la position d'immobilité qui lui avait valu tant d'ennemis.

L'administration du trésor du Temple était sous la responsabilité des familles sacerdotales qui possédaient les vingt-quatre rondes du culte. Le président de ce conseil d'administration était le grand prêtre, qui était à son tour choisi parmi ces vingt-quatre familles. En règle générale, le fauteuil est transmis de père en fils. Mais il arrive parfois que ce qui est arrivé à Zacharie se produise.

Zacharie n'avait pas de fils à qui donner sa place. La chose naturelle à faire dans un tel cas était de mettre le Shift à la disposition du conseil des saints et de choisir un successeur parmi les familles. Comme vous le comprendrez, les personnes prêtes à mettre l'argent sur la table pour acheter le poste vacant ne manquent pas.

Inutilement et inutilement, Zacharias s'est fait de nombreux ennemis lorsqu'il a refusé catégoriquement de vendre son tour. Personne ne pouvait le forcer à rendre le tour de son père disponible pour le Conseil. Et il ne l'a pas fait.

Personne n'a jamais su ce que l'ange a dit à Zacharie, mais les conséquences de cette Annonciation ont été miraculeuses pour ses ennemis. Mute, le fils d'Abijah a été contraint de se mettre à la disposition du Conseil, de signer sa démission et de se retirer du Bureau.

Zacharie s'est retiré dans la villa que lui et sa maîtresse possédaient dans les montagnes de Juda. C'était une maison de campagne, loin du monde et de son agitation, à laquelle seul Siméon le Jeune, le seul de la Saga des Précurseurs encore en vie, avait accès. En dehors de Siméon le Jeune, ils n'ont reçu aucun visiteur. La raison ?

Eh bien, la cause en était le miracle que les parents de Jean Baptiste vivaient dans leur chair.

Sur son lit de mort, Cléophas se souvient de l'émerveillement du jour où il a rencontré ses "grands-parents". Zacharie rebondissait sur les murs, et s'il n'y avait pas eu les cheveux blancs comme neige d'Elizabeth, personne n'aurait pu jurer que la femme avait plus de soixante ans. Le garçon lui ressemblait, son grand-père. Il n'a pas parlé, mais il n'a pas arrêté de bouger. Un seul autre couple dans l'histoire du monde avait vécu un tel miracle, Abraham et Sarah bien sûr.

Depuis le porche de la chaumière de ses grands-parents, Cléophas se souvient avoir regardé l'horizon et s'être dit : "Qu'est-ce qu'il y a, Joseph, qu'est-ce qui te prend si longtemps ? Comment recréer la joie de ce garçon lorsqu'il a vu Joseph apparaître dans la vallée, traversant la plaine au galop ! Les larmes ne lui sont-elles pas montées aux yeux lorsqu'il a vu ce géant agenouillé aux pieds de la Vierge lui demandant pardon d'avoir douté de son innocence ?

Le jour où Joseph a annoncé qu'il emmenait Marie et Jésus loin d'Hérode, Cléophas l'a regardé dans les yeux comme pour dire à l'autre : "Et tu pensais que j'allais rester derrière pendant que tu emmenais ma sœur au bled".

Dès la première fois qu'il a vu le garçon longiligne, José a beaucoup aimé Cléophas. Et ils n'ont plus jamais quitté le côté de l'autre.

Père d'une grande famille qui semblait s'éterniser, Cléophas n'a jamais critiqué Joseph pour le comportement de son fils Jésus ou la façon dont Joseph l'a élevé. Si son fils Jacques tapait du poing contre les coins des planches tandis que son neveu Jésus s'en allait gambader dans les collines, c'est ce que Cléophas voyait à travers les yeux de l'homme qui, après tout, avait été autrefois le maître. C'est ainsi qu'il a lui-même été élevé par sa propre mère.

De tous les enfants de Nazareth, Cléophas était le petit prince qui ne travaillait pas et n'avait pas besoin d'aider la famille. Sa soeur Jeanne était assez seule pour gérer les champs ; sa soeur Marie dirigeait l'atelier de couture le plus rentable de la région. De temps en temps, l'arrière-grand-mère Elizabeth arrivait de Jérusalem chargée de cadeaux. Allait-elle oublier l'enfant de la maison ?

Quelle était sa mission dans la vie, vivre la vie !

Son neveu Jésus lui rappelle tellement lui-même que Cléophas a ri en voyant Joseph avoir tant de mal à défendre son Jésus devant ses amis et voisins.

Lui aussi a été pris par surprise et étonné par le changement soudain du caractère de son neveu à son retour de Jérusalem. Et tout comme sa sœur, il ne pouvait pas comprendre ce qui se passait dans l'esprit de son neveu. Le seul qui semblait comprendre l'Enfant était Joseph.

Joseph était le seul qui semblait ne pas être surpris. Il était le seul qui semblait savoir exactement ce qui lui arrivait, et, comme l'Enfant lui-même, il suivait sa politique de ne pas dire un mot à personne. Avec sa mère et son oncle Cléophas, Jésus se sentait mal à l'aise car il lisait dans leurs yeux ce qu'ils pensaient. Avec Joseph, en revanche, l'Enfant était à l'aise. Il était le seul qui ne le regardait pas avec des questions dans les yeux et le seul qui savait comment le manipuler de telle sorte que Jésus oubliait ses problèmes et devenait le garçon actif, intelligent et travailleur pour lequel tout le monde louait ses parents.

Oui, bien sûr, Cléophas a vécu une vie merveilleuse avant de rencontrer Joseph. Mais ce nomade géant sur son cheval ibérique parcourant les provinces du royaume, ses trois chérubins assyriens tirés d'une fresque perdue dans quelque palais de Ninive, ce nomade a donné à sa vie ce qui lui manquait, l'image du père, du frère qu'il n'a jamais eu. Et maintenant, sur son lit de mort, il sera pour ses fils et ses filles le père qui leur manquera.

Oui, s'il est vrai qu'avant de mourir l'esprit passe en revue les années vécues, une par une, Cléophas a revécu des années uniques, merveilleuses. La Vierge pour une sœur, le roi Messie pour un neveu, un Chérubin pour un beau-frère, une femme merveilleuse qui lui avait donné des fils et des filles, tous sains et forts.

-Joseph...," commença-t-il en disant sur son lit.

-Frère -Joseph s'est avancé-. Vos fils sont mes fils, vos filles sont mes filles. De nous tous, vous êtes en ce moment le béni. Notre père David attend son prince Cléophas au sein de cette lumière qui s'allumera lorsque vous fermerez les yeux. Nous nous y retrouverons, mon frère. Venez me serrer la main quand ce sera mon tour de fermer la mienne.

Et ce fut le cas. Cléophas est mort jeune, comme son père Jacob.

-Juste comme notre père, Jeanne, dans la fleur de l'âge. Comme tu vas nous manquer, mon frère, s'écria la Vierge.

Ils l'enterrèrent à Nazareth, dans la tombe de son père Jacob, à côté de son grand-père Mattan, sur la dépouille d'Abiud, fils de Zerubbabel, fils de Salomon, fils de David.

 

LA MORT DE JOSEPH

LE COEUR DE MARIE