web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE DEUX

JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA

14

L'Alpha et l'Omega

 

Contre l'horizon, l'océan lève sa bouche, dévorant le ciel. Les vents bruissent, les requins s'enfoncent dans les profondeurs obscures en fuyant les ronces de feu qui, comme des fouets d'eau, fouettent les bras forts qui préfèrent mourir en se battant plutôt que de vivre en mourant. Quelle force inconnue venue des lointains autels de l'univers arrose de son nectar de courage rieur les yeux des hommes qui vont pieds nus et marchent à poil sur le chemin des épines en cherchant à réchauffer leurs os au feu qui ne se consume jamais ? Quelle énergie durcit les os de l'alouette des distances entre les deux pôles de l'aimant parcourant les courtes saisons de sa vie éphémère ? Pourquoi la terre souffrante, écrasée, épuisée et brûlée de sa boue primordiale donne-t-elle naissance à des esprits nés pour tourner le dos à la plage des cocotiers et s'en aller solitaires dans les profondeurs des forêts noires ? Quel mystère se cache dans l'âme humaine, que tant de gens cherchent et que si peu atteignent ? Dans quel berceau le firmament des cieux a-t-il allaité le sein qui montre à la flèche la fente qui lui servira de carquois entre ses côtes ?

Les plaisirs de la vie ne sont-ils pas des vagues de crème et de chocolat sur les lèvres desquelles des pétales parfumés déposent leurs baisers ? Le roi de la jungle est assis dans la plaine et admire la danse de sa reine dans la vallée des gazelles. L'indomptable condor promène son vaisseau de plumes sur des sommets qui coupent le ciel comme les épées des héros à travers les rangs de l'ennemi. Le dauphin des océans est emporté par les courants chauds, rêvant de rencontrer les caravelles de la mer, caravelles de colons ivres de rêves. Pourquoi est-ce le lot de l'homme d'avoir le barattage des ambitions, le choc des intérêts, le bruissement des passions ?

Que ferons-nous de cette partie de la nature de notre genre ? Lui chanterons-nous une berceuse avant le requiem ? Bannirons-nous de notre avenir la naissance de nouveaux héros ? Ferons-nous avec les enfants du futur ce que d'autres ont fait, leur donner une tombe pour la liberté ? Ou les enfermerons-nous dans une cage pour qu'ils errent tristement comme ces petits oiseaux stupides qui meurent si on leur vole leur liberté ?

Chaque homme a devant lui une vie de danger et une vie de confort en oubliant le sort des autres. Chaque époque a eu ses avocats du diable et ses procureurs du Christ. La seule chose que nous savons, c'est qu'une fois que vous vous êtes engagé sur cette voie, vous ne pouvez plus revenir en arrière.

Le coursier de New Babylon qui a apporté la réponse à la Saga des Précurseurs s'appelait Hillel. Hillel était un jeune docteur de la Loi dans l'écriture de l'école des Mages de l'Orient. Comme Siméon le Babylonien en son temps, Hillel a fait son entrée à Jérusalem en portant la dîme dans une main et dans l'autre une sagesse secrète propre à cette classe d'hommes que la terre arrête bien que leurs semblables les condamnent.

La terre aussi pleure, et ses enfants aussi apprennent. On a toujours dit que l'homme en sait plus sur l'enfer, parce qu'il vit dans ses flammes depuis qu'il a été chassé du paradis, que le diable lui-même et ses anges rebelles, car leur avenir étant notre destin, ces enfants maudits n'ont pas encore goûté le goût amer des feux du terrible monde souterrain qui les attend au coin de la rue.

Les sages hellénistiques se croyaient supérieurs aux Hébreux dans leur capacité à pénétrer le mystère de toutes choses. Alors, celui qui trébuche sur la pierre des ânes est-il plus savant que celui qui n'est jamais tombé ? En d'autres termes, nous sommes tous condamnés à apprendre en trébuchant comme les ânes à deux reprises. Et donc nous devons condamner systématiquement tous ceux qui ont appris la leçon sans avoir à mordre la poussière où se tord le Serpent.

En ces jours de dragons et de bêtes, de scorpions et de scorpions, deux voies s'offraient aux hommes. Si l'on choisissait la première voie : oublier de regarder les étoiles et se consacrer à son travail, l'existence n'exigeait pas plus de discours que "vivre et laisser vivre", que le tyran écrase et que le puissant coule, c'est son destin, et celui du faible d'être écrasé et de couler.

Si la deuxième voie était choisie, toute la sagesse était faible et toute la prudence insuffisante. Zacharie et ses hommes avaient choisi cette dernière voie. Tout comme Hillel, le jeune docteur de la loi que les mages d'Orient leur avaient envoyé de la Nouvelle Babylone avec la réponse à leur question.

Hillel ne leur a pas seulement apporté les noms des deux fils de Zorobabel qui l'avaient accompagné de l'ancienne Babylone à la patrie perdue. Seul avec la Saga des Précurseurs, il leur a dit ce qu'ils n'avaient jamais entendu, il leur a fait connaître une doctrine dont ils n'auraient jamais pu imaginer l'existence dans leurs rêves les plus fous.

Le fait que Zorobabel soit l'héritier de la couronne de Juda, et qu'en sa qualité de prince de son peuple, il ait conduit la caravane du retour de captivité est un classique de l'histoire sainte. Sur la base de ce fait bien connu, supposant que le fils aîné de Zorobabel avait le droit d'aînesse des rois de Juda, Zacharie s'est frayé un chemin à travers les chaînes de montagnes généalogiques de sa nation. Finalement, l'impossibilité de surmonter ces chaînes de montagnes d'archives sans fin l'a conduit à regarder de l'autre côté du Jourdain. Et de ce qui était autrefois la terre du paradis terrestre est venue la réponse sur les lèvres du Docteur de la Loi, le protagoniste du discours suivant.

"Me voici avec les deux fils que le Seigneur m'a donnés," commença Hillel le message qu'il apporta de l'actuel chef des mages d'Orient, un homme nommé Ananel.

"Nous avons tous ici, à maintes reprises, lu ces paroles du prophète. Cependant, David n'a pas eu deux fils. Il en avait beaucoup. Mais deux seulement, comme en témoignent ses paroles, il les a inclus dans son héritage messianique. Nous parlons de Salomon et de Nathan. Le premier était un sage, le second un prophète. Entre les deux, David a partagé son héritage messianique.

Ce faisant, David a retiré à l'héritier de la couronne l'idée qu'il était le fils de l'Homme, l'Enfant qui naîtrait d'Eve pour écraser la tête du Serpent. En d'autres termes, Salomon ne devait pas se laisser influencer par le cri de sa cour en faveur du royaume universel, car il n'était pas le roi-messie des visions de son père David.

Digne fils de son père, le roi sage par excellence a suivi le Plan Divin à la lettre. Tout comme son frère Nathan le prophète. Ce dernier, dès le lendemain du couronnement de son frère, s'est retiré de la cour et s'est fondu dans le peuple, laissant derrière lui une trace jamais oubliée et jamais atteinte.

(De nombreux doutes peuvent surgir ici quant à savoir si Nathan, fils du roi David, et Nathan le prophète étaient une seule et même personne. Je ne veux pas me perdre dans les divagations typiques d'un historien des choses du passé. Lorsque les preuves documentaires nécessaires à la reconstitution de l'histoire d'un personnage font défaut, l'historien doit recourir aux éléments d'une science infiniment plus exacte, nous parlons de la science de l'esprit. Le roi des prophètes, à quel autre prophète aurait-il ouvert la porte de son palais sinon à celui qui est né dans sa propre maison, né de sa propre cuisse comme diraient les Grecs ? Son Dieu ne l'a-t-il pas étonné en le faisant rire de la sorte ? Bien entendu, l'affaire reste à confirmer par une documentation officielle. Mais j'insiste, lorsque les preuves naturelles font défaut, l'enquêteur doit lever les yeux et chercher la réponse auprès de celui qui garde dans sa mémoire l'enregistrement de toutes les choses de l'univers. Mais si la foi échoue et que le témoignage de Dieu est réputé pour rien devant le tribunal de l'histoire, nous n'avons d'autre choix que de passer outre le sujet ou d'errer sans fin après cette sagesse inaccessible des Grecs. Considérant ici que la sagesse des personnes présentes est exempte de tout préjugé à l'égard du Créateur du ciel et de la terre, ceci étant dit, nous continuons).  

"La maison de Salomon et la maison de Nathan ont été séparées. En temps voulu, lorsque dans son omniscience Dieu le déterminera, ces deux maisons messianiques se rencontreront à nouveau, s'uniront en une seule maison, et le fruit de ce mariage sera l'Alpha. Lorsqu'un tel événement s'est produit, ses parents lui ont donné un nom ; ils l'ont appelé Zorobabel. Cette naissance a eu lieu environ cinq siècles après la mort du roi David.

Zorobabel, fils de David, héritier de la couronne de Juda, s'est marié et a eu des fils et des filles. Parmi ses fils, il en choisit deux pour répéter l'opération réalisée par son légendaire père, et entre eux, il partagea son héritage messianique. Les noms de ses deux héritiers étaient Abiud et Résa.

Aimant leur père, craignant leur Dieu, les princes Abiud et Résa ont accompagné leur père de la Babylone de Cyrus le Grand à la Patrie perdue. Ils ont pris l'épée contre ceux qui tentaient par tous les moyens d'empêcher la reconstruction de Jérusalem, et après la mort de leur père, ils se sont séparés.

Chacun d'eux a hérité de son père Zorobabel un rouleau généalogique écrit de la main de David. Le rouleau Solomonic commence sa liste à partir d'Abraham. Le parchemin de Nicée ouvre sa Liste à partir d'Adam lui-même.

Si sur la liste royale de Juda, personne n'ignore la succession de David à Zorobabel, il en va de même pour la liste Nathamite. Sa succession est la suivante : Nathan, Mattatha, Menna, Melea, Eliakim, Jonam, Joseph, Juda, Siméon, Levi, Matti, Jehorim, Eliezer, Jesus, Er, Elmadam, Cosam, Addi, Melchi, Neri, Salathiel.

Toute personne prétendant être un fils de Resa doit soumettre cette liste. Sinon, sa candidature à la succession messianique doit être rejetée".

Mais récapitulons.

 

15

La fille de Salomon

 

Cinq siècles après la mort de David, les deux maisons messianiques se rencontrent dans la Babylone de Nabuchodonosor II. Dans la cour des Jardins suspendus est venu au monde Salathiel, prince de Juda. Salathiel s'est uni à l'héritière de la maison de Nathan, et ils ont eu Zorobabel.

Tous les Juifs se réjouissaient déjà de la naissance du fils des Écritures lorsque Dieu a éveillé l'esprit de prophétie en Daniel. Avec l'autorité du chef magicien de Nabuchodonosor, Daniel a fait taire ce cri messianique en annonçant à tous les Juifs la volonté divine. À savoir que Dieu avait donné l'empire à Cyrus, prince des Perses.

Ce que Daniel a fait et dit est écrit. Je ne serai pas celui qui dira aux sages experts en Histoire Sacrée le nombre des merveilles dans les halos desquelles Daniel a enveloppé le trône des Chaldéens, en prenant la couronne à l'héritier et en la donnant à l'élu de son Dieu.

Le prix que Cyrus a payé pour la couronne témoigne avec une évidence indiscutable de la nature de la participation du prophète Daniel aux événements qui ont conduit au transfert de l'empire de Babylone à Suse. Mais la préoccupation qui nous réunit ici a trait au sort de l'Alpha.

Endoctriné par Daniel, le jeune Zorobabel a répété dans sa chair ce que son père David a fait avec la sienne. Il prit les deux fils que Dieu lui avait suscités et partagea entre eux son héritage messianique. À l'aîné, Abiud, il a remis la liste généalogique du roi Salomon. Au plus jeune, Résa, il a donné celui de Nathan le prophète. Puis il les a séparés pour que l'Alpha suive sa propre voie et devienne l'Oméga.

Nous avons maintenant le porteur du rouleau prophétique", poursuit Hillel, "l'héritier légitime du prophète Nathan, fils de David. Sa réapparition est une manifestation charnelle de la proximité de l'heure à laquelle l'autre bras d'Oméga se brisera et sortira. La parole d'espoir que mes lèvres portent depuis l'Orient est dans vos cœurs : Dieu est avec vous. Le Seigneur qui vous a conduit à la maison de Résa vous ouvrira la voie vers la maison de son frère Abiud. Dans Son Omniscience, Il nous a tous rassemblés pour assister à la naissance de l'Alpha et de l'Oméga, le fils d'Eve, l'héritier du Sceptre de Juda, le Sauveur au nom duquel toutes les familles de la terre seront bénies".

La découverte de la doctrine de l'Alpha et de l'Oméga a stupéfié Zacharie et sa Saga. Il est peut-être aussi étonnant pour vous tous qui lisez ces pages. Les deux généalogies de Jésus sont sous les yeux de tous depuis que les évangiles ont été écrits. Nombreux ont été les maux de tête que ces deux Listes ont causés aux exégètes et autres experts en interprétation des écritures sacrées. Je n'ai pas l'intention, en ce si beau jour, d'élever ma victoire sur la mémoire de ceux qui ont essayé de transformer ces Listes en une sorte de talon contre lequel décocher la flèche qui a tué Achille. Si c'est Dieu qui ferme la porte, qui l'ouvrira contre sa volonté ? Lui seul sait pourquoi Il fait ce qu'Il fait et personne n'entre dans Ses raisons sinon celui qu'Il a engendré dans Sa pensée. Ou bien croit-on que, contre Sa volonté, quelqu'un puisse Lui arracher la victoire qui a été refusée à tant de personnes ? N'est-il pas vrai que Noé avait dans son Arche de puissants aigles capables de battre les vents et de jeter leur regard sur les horizons lointains ? Et des faucons rapides comme des étoiles filantes, nés pour défier les tempêtes. Et pourtant, c'est le plus frêle de tous les oiseaux qui a défié la Mort.

Mais revenons à notre histoire.

La découverte du fils de Résa, fils de Zorobabel, fils de Nathan, fils de David, a élevé le moral de Zacharie et de ses hommes à des hauteurs fantastiques.

Ils avaient déjà le porteur du parchemin. C'était un nouveau-né qui venait de venir au monde à Bethléem. Ses parents l'avaient appelé Joseph.

D'après ceci, le fils de Nathan dans des langes, la recherche du fils de Salomon est devenue la recherche de la Fille de Salomon. Une femme qui aurait pu être née ou pas encore née. Imaginant qu'ils la trouveraient, et supposant dans le meilleur des cas qu'ils obtiendraient de ses parents le rapprochement de sa famille avec celle de son frère Résa et par conséquent l'union de leurs héritiers, Zacharie et Siméon le Jeune étaient devant la naissance du Fils de David, fils d'Abraham, fils d'Adam. Dans le fruit de ce mariage entre le fils de Nathan et la fille de Salomon, l'Alpha et l'Oméga s'incarneraient dans l'Enfant qui leur serait né.

Ils n'ont pu que se féliciter et se mettre au travail.

Mais il y avait encore un problème. Si, comme cela avait été démontré avec la maison du Fils de Nathan, les parents de la Fille de Salomon appartenaient aux classes humbles du royaume, comment la trouveraient-ils ? La réponse devrait à nouveau être recherchée dans les archives de la Nouvelle Babylone. Quelque part sous la montagne de documents de la Grande Synagogue de l'Orient se trouvait l'indice qui les mènerait à la Fille de Salomon. Des deux aiguilles dans la botte de foin, ils en avaient trouvé une, maintenant ils devaient aller chercher l'autre.

Zacharie et ses hommes ont bientôt envoyé un courrier à la Nouvelle Babylone avec la question suivante : Où Abiud, le fils aîné de Zorobabel, s'est-il installé en Terre Sainte ?

Parmi cette montagne de parchemins dans la Grande Synagogue de l'Orient, il devait sûrement y avoir un document signé de l'écriture d'Abiud.

Il fallait le croire, ils étaient sûrs que, suivant la doctrine messianique, les deux frères se séparaient et mettaient l'avenir de leur rencontre aux pieds de Dieu.

À cette époque, la communication était constante entre ceux qui avaient quitté Babylone et ceux qui étaient restés sur place. Pour trouver une lettre scellée par Abiud, il devait y avoir un document personnel de son écriture qui leur indiquerait dans quelle partie d'Israël le fils aîné de Zorobabel s'était rendu et où il s'était installé.

La foi déplace des montagnes, parfois de pierre et parfois de papier. Dans ce cas, il s'agissait de papier.

L'année suivante, la réponse a été apportée à Jérusalem par le chef des Mages d'Orient lui-même. Ananel est venu avec la dîme. Il a présenté ses lettres de créance devant le roi et le Sanhédrin. Une fois les protocoles terminés, il a tenu une réunion secrète avec Zecharie et sa Saga. C'était bref.

"En effet, Abiud et Résa se sont séparés. Résa s'est installé à Bethléem et ses descendants n'ont pas bougé du site. Son frère Abiud, quant à lui, poussa vers le nord, traversa la Samarie et arriva au cœur de la Galilée des Gentils. Suivant la politique de colonisation pacifique en achetant les terres de leurs propriétaires, Abiud a acheté toutes les terres qu'il pouvait voir de ses yeux depuis une colline qu'ils appelaient Nazareth.

Ananel répète ce nom, "Nazareth", avec l'accent de celui qui sait que ses auditeurs boivent ses paroles. Nazareth", répètent Zacharie et Siméon.

"Galilée des Gentils, une lumière s'est levée dans tes ténèbres", ont chuchoté les deux hommes à l'unisson.

Sachant comment les choses se passent, Ananel pouvait leur assurer sans aucun doute que la Maison d'Abiud était toujours debout. La question qu'ils devaient maintenant résoudre était de savoir comment approcher la Fille de Salomon sans éveiller les soupçons à la cour du tyran.

 

16

La naissance de la fille de Salomon

 

Sur la ligne d'horizon, Jacob de Nazareth a écrit les mots d'un poète : "O femme, que dois-je faire si personne ne m'a enseigné les lois et les principes de la science de la tromperie ? Pourquoi ne veux-tu pas que je sois innocent ? Si j'ai mal à une côte et que de la blessure tu pousses comme un rêve, que veux-tu que je fasse ?

Jacob avait l'âme d'un poète perdu dans une galaxie de vers de Saron, ce muguet qui chante une sagesse insaisissable et peinée par les amours de son roi. Mattan, son père, a épousé Marie, ils ont eu des fils et des filles. Jacob était leur fils aîné.

En ces temps d'insurrections contre l'Empire d'Occident et d'invasions de l'Empire d'Orient, la Galilée soumise au pillage et à la rapine, champ de bataille de toutes les ambitions des autres peuples, Jacob de Nazareth devient le bras droit de son père. Le garçon, bien qu'il ne soit pas si jeune, je dirais plutôt qu'il était déjà un homme, ne s'était pas encore marié. Pas parce qu'il avait passé son temps à sacrifier sa jeunesse pour la prospérité de ses frères et sœurs. Au village, on disait ça. Je ne dirais pas ça. Lui non plus. Comme ils le connaissaient peu ! Il n'a pas pris de femme car il rêvait de cet amour extraordinaire et paradisiaque des poètes. Réaliserait-il son rêve dans ce monde de métal et de pierre ?

Peut-être que oui, peut-être que non.

La vérité est que Jacob de Nazareth a eu le bois de l'Adam qui a conquis Eve au prix de se faire arracher une côte. Pour Jacob, le premier poète du monde était Adam. Jacob a imaginé le premier patriarche nu parmi les bêtes sauvages de l'Eden. Qu'il fasse la course avec la panthère ou qu'il s'interpose entre le tigre et le lion lors d'une dispute sur la couronne de leur amitié. Pour Jacob que lorsqu'Adam est allé se baigner dans la rivière, les grands lézards de l'Eden sont sortis de l'eau. Et s'il voyait les oiseaux du Paradis se poser sur l'Arbre Interdit avec une pierre, il les ferait fuir pour qu'ils puissent vivre et non mourir. Puis, à la nuit tombée, il s'allongeait sur le ventre en rêvant d'Eve. Il la verrait courir à côté de lui avec ses longs cheveux comme une couverture d'étoiles, nue dans le soleil du printemps pérenne de l'Eden. Lorsqu'il s'est réveillé, la côte de Jacob souffrait de la solitude.

Comme cet Adam de l'Eden, Jacob de Nazareth s'est assis contre le tronc d'un des arbres de l'esplanade de la Cigogne, rêvant d'elle, son Eve. Un de ces après-midi de rêverie poétique, un docteur de la Loi, qui se faisait appeler Cléophas, apparut sur la route du Sud.

Pendant ce temps, de l'autre côté du royaume d'Hérode, en Judée, l'entrée en scène du chef de la Grande Synagogue d'Orient, un magicien du nom d'Ananel, révolutionne la scène lorsqu'Ananel est élu au grand sacerdoce.

Pour beaucoup, l'élection de Ananel a clos la décapitation du Sanhédrin qu'Hérode a effectuée le lendemain de son couronnement. Il a juré et il l'a fait. Il a juré à tous ses juges ce qu'il lui viendrait à l'esprit de leur faire le jour où il deviendrait roi et, lorsque contre toute attente il est devenu roi, Hérode n'a pas oublié sa parole. À l'exception des hommes qui lui ont annoncé son avenir, il les a tous tués. Il n'a pas laissé échapper un seul des lâches qui ont laissé passer l'occasion de l'écraser alors qu'ils l'avaient sous leurs pieds. Puis il est allé confisquer tous leurs biens.

L'entrée en scène du chef des mages venu d'Orient - en pensant à sa réconciliation avec le peuple - a simplifié la tâche d'Hérode. Encore plus lorsque, en tant que président du Sanhédrin, Ananel met sur la table un plan de reconstruction des synagogues du royaume, qui ne coûterait pas un euro au roi et apporterait à sa couronne le pardon de l'histoire.

Vous savez qu'à la suite de la persécution d'Antiochus IV Épiphane, la grande majorité des synagogues d'Israël ont été rasées. La guerre des Maccabées et les exploits ultérieurs des Hasmonéens ont empêché la reconstruction des synagogues depuis lors en ruines.

Maintenant que la Pax Romana avait été signée, c'était l'occasion.

Il est clair que si le financement de ce projet de reconstruction avait dépendu d'Hérode, la plantation de synagogues dans tout le royaume ne se serait jamais concrétisée. C'était une autre affaire si le financement avait été assuré par des capitaux privés. En l'état, le projet a été mené à terme par ses promoteurs.

Quant aux clans sadducéens, la coutume des classes sacerdotales d'administrer les trésors templiers au profit de leurs propres poches aurait également empêché l'exécution du projet de reconstruction de toutes les synagogues du royaume. Comme Ananel a été élu président du Sanhédrin et que son projet avait le soutien des hommes de Zacharie, dont dépendaient à l'époque les décisions finales du Sénat juif, le projet pouvait aller de l'avant et l'a fait. Ni Hérode, ni personne en dehors du cercle de Zacharie n'a pu imaginer quel objectif secret se cachait derrière un plan si généreux de reconstruction synagogale. Si Hérode avait soupçonné quoi que ce soit, un autre coq aurait chanté. Le fait est qu'Hérode a mordu à l'hameçon.

L'histoire juive raconte que peu après la signature du projet, Ananel a été écarté du grand sacerdoce à l'instigation de la reine Mariana en faveur de son jeune frère. Eh bien, il ne le dit pas en ces termes car l'historien juif a enterré ce projet dans le marais de l'oubli. Ce qu'il dit, c'est que la reine a rendu un bien mauvais service à son jeune frère, car à peine avait-il été élevé au rang de grand prêtre qu'il était assassiné par le même homme qui l'avait élevé. Mais bon, ces détails, si typiques du règne de ce monstre, ne sont pas pertinents pour cette histoire. Le fait est que Zacharie et ses hommes ont bénéficié d'une totale liberté de mouvement pour mener à bien ce généreux projet de reconstruction des synagogues du royaume. 

Le problème que Zacharie a dû surmonter était de choisir la bonne personne pour diriger la reconstruction de la synagogue. Il est clair qu'ils ne pouvaient pas envoyer à Nazareth un maladroit. Si l'envoyé découvrait l'objectif d'un projet aussi vaste et coûteux, et s'emportait, l'avenir de la Fille de Salomon serait condamné. L'élu devait être un homme intelligent et ambitieux pour qui le choix signifiait une sorte de bannissement. Aveuglé par ce qu'il considère comme une punition, toute son énergie sera dirigée vers la fin de sa mission et le retour à Jérusalem dès que possible. Et c'est là qu'entre en scène ce docteur de la Loi qui prétendait s'appeler Cléophas.

 

Cléophas de Jérusalem

 

 

LE COEUR DE MARIE