web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE UN

LE PREMIER ET LE DERNIER

L'ENFANT JÉSUS À ALEXANDRIE DU NILE

Peu après ces faits, Joseph le charpentier et son beau-frère Cléophas ont pris leurs familles, ont obtenu des billets et se sont embarqués pour Alexandrie du Nile.

Cette question du fuite a toujours été un mystère. D'un point de vue documentaire, la vérité est qu'il n'y a aucune indication nulle part que l'Alexandrie du Nile était le lieu choisi par Joseph pour sauver le fils de Marie de la persécution contre lui décrétée par Hérode. Si l'on me presse, on pourrait donc accuser l'auteur de cette Histoire d'avoir inventé le sort des fugitifs pour répondre à des besoins littéraires. Ce qui me semble logique dans une certaine mesure. Pour ma part, je ne peux oublier que l'iconographie classique sur le sujet est plutôt clairsemée, voire prudente, dirais-je ; et j'oserais même avouer qu'elle est prudente à la limite de la lâcheté.

Le choix d'Alexandrie sur le Nile n'était pas fortuit de la part de Joseph ; il ne l'est pas non plus de la part de ceux qui recréent ses mouvements dans ces pages. Heureusement ou malheureusement, la seule preuve que je peux apporter est le témoignage de Dieu sur cette affaire. Malheureusement, il s'agit d'une figure de style, bien sûr. Pour ceux qui connaissent Dieu, une seule de ses paroles vaut plus que tous les discours de tous les sages de l'univers réunis au sein d'interminables dissertations. Malheureusement, la parole de Dieu ne vaut pas la parole de tout le monde.

Le fait est que la seule véritable preuve que l'histoire nous donne est le témoignage de Dieu, selon lequel "de l'Égypte j'ai appelé mon fils".

Nombreux sont ceux qui, avant moi, ont mis leurs mains dans le feu pour défendre la réponse affirmative que la question mérite. Depuis les distances apocryphes de l'incroyant, il y a cependant deux objections invincibles contre les murs à l'épreuve des bombes desquelles notre rhétorique se fend la poire. L'une d'elles est que l'Égypte que j'ai appelé mon Fils a été écrite bien avant qu'aucun des événements que nous racontons n'ait encore eu lieu, de sorte que s'arrêter à croire que des siècles et des siècles avant la Naissance, la Fuite avait déjà été configurée pour entrer dans le programme messianique est, en vérité, exagéré.

L'autre objection est que cette note prospective n'a pas été écrite "a futuriori" mais a posteriori. Selon ces génies, ce ne serait pas la première fois que les Juifs falsifient leurs textes sacrés. Ne le faisaient-ils pas depuis des siècles ? Ninive tomberait et ils viendraient écrire sur ses ruines qu'ils l'avaient déjà dit. Et comme Ninive, toutes les autres choses. Le prophète Daniel a également vu l'arrivée au pouvoir de Cyrus le Grand. Et même la chute de son empire sous les sabots du cheval d'Alexandre le Grand. Pour l'amour de Dieu, qui voulaient-ils tromper ? Y a-t-il une nation plus insensée que celle qui se trompe elle-même ?

Quoi qu'il en soit, cette posture consistant à créer des textes prophétiques après coup a fait de nombreux adeptes à l'époque de sa gloire. Passant outre à son intelligence, comme il est naturel pour ceux qui ont été immunisés contre l'intelligence des génies, les autres, ceux d'entre nous qui maintiennent encore la valeur divine des textes prophétiques, maintiennent encore que de telles façons de penser seraient logiques chez un penseur ancien, parce que prétendre ajuster la pensée du Créateur à celle de la créature, ce qui est fait en niant l'omniscience divine comme source des Écritures, c'est nier ce qui sépare la créature de son Créateur.

Au niveau du concours, il est vrai que certains hommes voient l'avenir. Dans les étoiles, dans les dés, dans le marc de café, et surtout dans une balle avec un nom écrit dessus. Au niveau de la réalité, la confession de la nature humaine est loin de s'octroyer un tel attribut.

Ceci d'une part.

D'autre part, n'est-il pas vrai que l'histoire est écrite par les vainqueurs ? Eh bien, si c'est le cas, quelque chose doit clocher dans le système quand on voit qu'il est écrit par un peuple de perdants. Ils ont perdu contre les Égyptiens. Quelqu'un croit-il encore que l'on peut passer de la liberté à l'esclavage sans livrer une terrible bataille ? Ils ont combattu les Assyriens et ont perdu la guerre. Ils furent à nouveau écrasés par les Chaldéens de Nabuchodonosor. Ils ont perdu contre Rome. Curieux, très curieux que la mémoire historique de la moitié de la planète soit basée sur les exploits guerriers du peuple perdant par excellence, les Juifs !

Je dirais que l'histoire s'écrit d'elle-même puisque Dieu utilise la main de l'homme comme stylo. Il trempe le stylo dans notre sang et écrit notre avenir selon sa clairvoyance, son omniscience, sa prescience et son génie créateur. En d'autres termes, nous ne voyons pas l'avenir, mais Dieu non seulement le voit mais l'écrit aussi. Or, si cette capacité divine à créer le Futur n'est pas admise, il faudra alors accepter la nature des événements eux-mêmes, ou courir le risque de clore cette Histoire et d'ouvrir un livre totalement différent.

Les adieux ont donc été très brefs. Le Loup du Diable avait senti l'Enfant.

En sécurité en Égypte, Joseph le charpentier ouvre son atelier loin du quartier juif, dans la ville libre. Au fil des ans, on a fini par l'appeler la boutique du charpentier juif.

Sur ce point - l'événement du massacre des Innocents - je dis la même chose. Si le doute est basé sur l'impossibilité de l'existence d'une personne capable de commettre un tel crime, alors nous pouvons prendre le doute et le jeter. Si, par contre, c'est dans l'ignorance des peuples et de leurs habitants, en parlant des circonstances sociales et politiques vécues par le royaume d'Israël à l'époque, dans ce cas, rien ne peut être ajouté à ce qui a été écrit, peut-être seulement pour dire qu'on ne peut expliquer comment, avec le bonheur dans l'ignorance et tant d'ignorants dans le monde, le monde peut continuer à être si brillamment misérable.

Mais revenons à notre sujet.

Était-ce une décision facile pour Joseph de devoir refaire ses bagages et d'émigrer en Égypte ?

Ce n'était peut-être pas une décision facile, mais c'était une décision courageuse.

L'histoire de l'Adoration des Mages ouvre notre esprit au passé et dépeint la Sainte Famille fuyant vers la deuxième plus grande ville du monde, Alexandrie sur le Nile, une ville ouverte et cosmopolite où Joseph et sa Famille sont arrivés le dos couvert financièrement. L'or, l'encens et la myrrhe sont les cadeaux que les Mages lui ont offerts.

Pourquoi Alexandrie du Nile et non Rome ?

Eh bien, Alexandrie était à un jet de pierre des côtes d'Israël. Le massacre des Innocents ayant été perpétré, le meurtre de Zacharias, père du Baptiste, ayant été consommé, la dernière chose que Joseph pouvait se permettre était de mettre en danger la vie de l'Enfant. En effet, entre le moment de la Nativité et sa présentation au Temple, les jours avaient passé ; c'était alors ou jamais. Retour à Nazareth, faire ses bagages, prendre le bateau pour Haïfa et dire au revoir à la patrie.

Cette décision de Joseph, forcée par des circonstances sanglantes, a changé l'homme de manière totale. Parmi les Saints Innocents, les fils de ses frères sont tombés dans le piège. L'homme qui, du pont du navire transportant la Sainte Famille vers Alexandrie, regardait l'horizon, seul, dos à tous, portait dans sa poitrine ce secret qu'il ne découvrirait à son peuple qu'à sa mort. Lorsqu'il débarqua sur la côte égyptienne, le Joseph d'avant le massacre et le meurtre de Zacharie avaient sombré dans les eaux de la Méditerranée.

Ses compatriotes ?

Plus vous êtes loin de lui, mieux c'est. La raison de ce changement total, il ne l'a donnée à personne, ni à sa femme ni à son beau-frère.

Et nous voici dans l'Alexandrie du Nile.

L'environnement dans lequel Jésus a grandi grâce au comportement étrange de son père envers son propre peuple était extraordinaire. Joseph, son père, a refusé de s'installer dans le quartier juif ; il a préféré chercher une place parmi les gentils, au cœur de la Ville libre. Il a acheté une maison et a ouvert son atelier. Avec le temps, son atelier est devenu connu sous le nom de la menuiserie des Juifs.

L'oncle et la tante de l'Enfant, Cléophas et Marie de Cléophas, ont continué à mettre des enfants au monde.

Malin comme il était, dès que Jésus a rattrapé son cousin Jacques, même si Jacques avait deux ans de plus que lui, Jésus l'a pris et l'a emmené au port romain. Le garçon n'a coupé court à personne ; sa soif de nouvelles de l'Empire n'a jamais été étanchée. Son intelligence à apporter aux marins des nouvelles de Rome, d'Athènes, de l'Hispanie, de la Gaule, de l'Inde, de l'Afrique profonde, a suscité la sympathie des chiens de mer. Ils ont regardé les deux enfants de haut en bas, ils les ont vus habillés avec les vêtements des classes supérieures et là, ils ont raconté à Jésus et à son cousin Jacques comment allait le monde.

Grâce à ce naturel, à l'âge de douze ans, l'Enfant parlait parfaitement le latin, le grec, l'égyptien, l'hébreu et l'araméen. J'insiste : ou pensez-vous qu'ils lui ont trouvé un interprète pour l'audience avec Pilate ?

En d'autres termes, Jésus était un enfant prodige dans tous les sens du terme. Un enfant prodige qui a eu la chance d'avoir un homme extraordinaire pour père. Cependant, les phénomènes ressentent aussi, souffrent, ont des moments de faiblesse, sont attristés, pleurent la solitude qui les accable.

  

LA COLOMBE MUETTE DES TERRES LOINTAINES

Jésus a coulé. Cet Enfant divin qui mettait sens dessus dessous les enfants de toute la rue, qui partait, se perdait parmi les bateaux du port et revenait en courant pour s'asseoir le soir sur les genoux de son père parmi ses amis ; ce tremblement de terre d'un Enfant s'est effondré. Jésus a cessé de quitter la maison. Il a commencé à s'asseoir dans l'embrasure de la menuiserie du Juif en regardant la vie passer. L'Enfant a à peine mangé. Jésus se laissait tomber sur les genoux de sa mère parmi ses amies, lorsque le soir les femmes s'asseyaient dans la rue, sous le ciel méditerranéen, cousant, bavardant, et il partait.

C'était comme si la flamme de la ronce brûlait dans les bras de Maria. Au début, elle n'a pas remarqué la solitude qui avait ouvert un trou noir dans la poitrine de son Enfant et l'engloutissait un peu plus chaque jour. Petit à petit, la Mère a ouvert les yeux et a commencé à voir ce qu'il y avait dans le cœur de son Enfant.

Elle ne pouvait pas souffrir l'agonie indescriptible qui lui enlevait son Enfant des mains. Elle l'aimait plus que le monde, plus que le temps, plus que les vagues de la mer, plus que les étoiles, plus que l'amour, plus que sa propre vie. Et il la quittait. C'était nuit après nuit et chaque nuit un peu plus. L'Enfant ne parlait pas, il ne riait pas, il se laissait tomber sur le sein de sa Mère, les yeux perdus dans le ciel de cette Alexandrie du Nil, et là il sombrait.

-Qu'est-ce qu'il y a, mon fils, lui demanda-t-elle.

-Rien, Mary, a-t-il répondu.

-Je sais ce qui t'arrive, petit Jésus.

-Ce n'est rien, Mary, vraiment.

-Mon chéri, ton père te manque. Ne pleure pas, ma chérie. Il est là, maintenant, quand je pose mes lèvres sur tes joues, Il t'embrasse, quand je t'embrasse, Il te serre.

Pour l'Enfant, cette femme qui l'écoutait avec le plus doux sourire de l'univers sur le visage alors qu'Il lui parlait du Paradis de son Père, de la Cité de son Père, de ses frères, les super anges Gabriel, Michel et Raphaël, cette femme... cette femme était sa Mère. Il l'aimait plus que tout au monde. Elle était la seule personne à qui il pouvait tout dire. Il aimait sentir les battements de son cœur quand elle lui parlait de son Royaume, et ce regard lumineux qui illuminait son visage quand elle lui disait toute la vérité ! Il ne s'est jamais effacé de sa mémoire.

-Oui, Marie, lui dit l'Enfant. Je suis Lui.

-Dis-moi encore à quoi ressemble le paradis, mon fils. Elle lui a demandé à nouveau.

-Le ciel, dit l'Enfant, est comme une île qui est devenue un continent, et qui continue à grandir de l'autre côté de ses horizons. Le rocher sur lequel elle repose est le plus haut sommet qu'un homme puisse imaginer. La montagne de Dieu, Sion, élève son sommet vers les nuages, mais là où les nuages devraient être, il y a douze murs, chacun d'un seul bloc, chaque bloc d'une seule couleur, chaque mur brillant comme s'il avait un soleil en son sein. Et ils sont comme douze soleils éclairant le même firmament. Les douze murs sont un seul mur entourant la Cité qu'ils contiennent. Dieu a appelé sa ville Jérusalem, et sa montagne Sion. À Jérusalem, les dieux ont leur demeure, et parmi les dieux, mon Père a sa maison. Depuis les murs de la cité de Dieu, les limites du Ciel se perdent dans l'horizon qui borde l'ortho de l'autre côté des frontières du Paradis.

Vous voyez, le Ciel est comme un merveilleux miroir qui reflète l'Histoire des personnes qui l'habitent. Par exemple, ce monde, la Terre. Vous enregistrez les souvenirs de vos ancêtres dans vos livres ; mais le Ciel les enregistre en direct, car ce qui se reflète à la surface de l'Univers se matérialise à la surface du Ciel. Ainsi, si vous vous rendez à la Demeure des hommes dans le Paradis de mon Père, vous constaterez que tous les âges de l'homme sont enregistrés dans sa géographie. Lorsque vous irez au Ciel, vous verrez de vos yeux que toutes les sortes d'animaux, d'oiseaux, d'arbres, de plantes, de montagnes et de vallées qui ont existé ici existent pour toujours là-haut.

Comme mon Père a créé d'autres mondes, et continuera à en créer d'autres, le Paradis est un paradis rempli de merveilles qui ne finissent jamais. Pour la parcourir en entier, il faudrait marcher pendant une éternité, et chaque pas serait une aventure. Comment vous l'expliquer ? Mon Père sème la vie dans les étoiles. Les étoiles de l'Univers sont comme l'océan qui entoure l'île, et aussi cet océan de constellations grandit, étendant ses rivages au rythme des frontières du Ciel. La vie est faite dans un arbre, et mon Père et moi la recueillons dans notre Paradis pour y vivre éternellement. Les espèces d'animaux et d'oiseaux sont innombrables. Un grand fleuve prend sa source sur les hauteurs de la montagne de Dieu, et se divise dans la plaine en branches qui couvrent tous les mondes et leurs territoires. Vois-tu toutes les étoiles ? Le ciel est plus haut.

-De là, tu es venu, mon fils ?

-Je vous le dis, Mary.  

 

LA CHARPENTERIE DU JUIF

L'Enfant a dit beaucoup de choses à Marie. Il lui en a raconté tellement que la pauvre immigrante n'avait plus de place dans sa tête et a dû commencer à les garder dans son cœur. Si je devais vous les raconter toutes, je resterais probablement assis là jusqu'à l'année prochaine, et ce n'est pas le plan.

Ce que je peux vous dire, c'est ce que vous savez déjà. Vous savez que la Sainte Famille est retournée dans sa patrie lorsqu'elle avait dix ans ou plus tôt. Mais vous ne savez pas ce qui leur est arrivé pour que le bon Joseph et son beau-frère Cléophas prennent la décision de vendre la Charpenterie du Juif, une entreprise très prospère, à toute vapeur et à pleine voile, coupant la mer, ne naviguant pas, volant, etcetera.

La Charpinterie du Juif se trouvait au milieu de la ville. À cette époque, il n'y avait qu'une seule vraie ville dans le monde entier. C'était l'Alexandrie du Nile. Rome était le plus grand quartier général militaire du monde. À Rome vivaient les sénateurs impériaux. Mais c'est à Alexandrie du Nile que se trouvaient tous les sages de l'Empire. On peut dire qu'Alexandrie était le New York de l'époque. À Washington se trouve le pouvoir, mais à New York se trouve l'argent. C'est une relation de cette nature qu'Alexandrie avait avec Rome.

Pourquoi donc devaient-ils y retourner ? Et juste au moment où les affaires allaient si bien pour eux, la mer ne navigue pas, elle vole, etc. Pour retourner à quoi ? Pour survivre comme la mouche dans la maison de l'araignée ? Il y avait matière à réflexion. Une entreprise qui a moins de dix ans est comme un garçon qui commence à se faire pousser la moustache. C'est de ses yeux que les défauts du monde sont les moins évidents. Le monde peut être aussi mauvais que vous le souhaitez, mais lui, le gamin, est un champion. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas une absurdité. Il avait été difficile pour José et son beau-frère d'aller de l'avant, de faire leur chemin, de trouver une place, et une grande place parmi les Gentils, car José ne voulait rien ou presque rien avoir à faire avec ses compatriotes. Dans ce chapitre, M. Joseph était un juif très étrange. Il ne voulait pas en savoir beaucoup sur ses compatriotes, et n'aimait pas les avoir trop près de lui. Personne ne savait pourquoi, et il ne parlait pas beaucoup. Ce doit être parce que M. Joseph parlait le latin et le grec depuis son plus jeune âge et semblait se retrouver parmi les païens comme un poisson dans l'eau.

Il faut dire que la maîtrise par Joseph des deux langues de l'Empire lui a ouvert la voie dans le monde des affaires. Contrairement à ses compatriotes, qui étaient racistes envers tout le monde, qui pensaient être une race supérieure et élue et méprisaient le reste de la race humaine, M. Joseph était ouvert, intelligent, pas très bavard, mais ses moindres paroles étaient celles d'un homme adulte qui ne manquerait sa parole pour rien au monde.

Comment un charpentier-ébéniste de province, échappé d'un village perdu dans les sierras, avait réussi à maîtriser à ce point les deux langues internationales de l'époque était, en vérité, un autre mystère !

Un autre parmi les nombreux éléments qui faisaient du propriétaire de la Charpenterie du Juif une créature sui generis, introvertie, indéfinissable. Ses compatriotes d'Alexandrie ont critiqué M. Joseph précisément en raison de son éloignement de la compagnie des siens.

Contrairement à Joseph, Cléophas, le frère de Marie, était très attaché à son pays et fréquentait les siens. Cela a permis d'équilibrer la balance et de maintenir les relations de la Chambre avec les nationalistes sur un pied d'égalité. À l'occasion, entre beaux-frères et partenaires, Cléophas a abordé le sujet de leur éloignement et les raisons de leur position inébranlable. Mais José trouvait toujours le moyen de traîner les pieds.

Joseph n'imposait rien à son beau-frère Cléophas ; il était libre d'éduquer ses enfants selon son cœur ; il n'interdisait pas à ses enfants d'aller à la synagogue et de participer à la vie de la communauté juive en remplissant leurs devoirs de bon fils d'Abraham. Seulement que la même liberté que Joseph lui offrait, il la voulait pour lui-même.

Cléophas s'est moqué de cette façon de raisonner et a laissé tomber le sujet. Car si elle interrogeait sa sœur Marie sur le comportement étrange de son mari, elle n'irait pas plus loin.

La même perplexité que le comportement de Joseph avait suscitée chez Cléophas avait tenu Marie en haleine depuis qu'ils avaient quitté leur patrie. Et Cléophas ne devait pas croire qu'elle lui cachait quoi que ce soit. Joseph était aussi bon qu'une miche de pain, mais lorsqu'il s'agissait d'ouvrir son cœur, il ne voulait pas dire un mot à sa propre femme.

En somme, Cléophas et sa femme avaient déjà donné naissance à toute une troupe au moment de ce chapitre. Joseph et Marie, cependant, avaient gardé le premier et le dernier, le premier-né et le seul engendré en une seule personne.

-Qu'y a-t-il, mon frère, voulait savoir Cléophas, pourquoi es-tu si pressé de vendre un navire qui va si vite ?

Joseph ne voulait pas dire à son beau-frère toute la vérité, ou du moins la vérité telle qu'il la voyait.

 

LE RETOUR À NAZARETH

L'Enfant a surmonté la tristesse qui a failli le plonger dans les ténèbres d'un chagrin infini. Sa Mère s'est mise entre l'Enfant et cette obscurité inconnue, a appelé son Mari à son aide et entre eux ils ont chassé le diable de l'enfer. Mais ils n'avaient pas oublié la bataille lorsque l'Enfant a ouvert un nouveau chapitre dans leur vie. Jésus avait déjà neuf ou dix ans. Il était entré dans la tête de l'Enfant de quitter l'Égypte et d'être emmené en Israël.

Vous pouvez comprendre pourquoi Joseph était très en colère. Sa femme était pour son enfant. Logique. Pour Mary, il n'y avait aucun problème. Mais pour Joseph, les choses n'étaient pas si simples.

Bien sûr, Joseph avait entendu la Divine Histoire des lèvres de Jésus dans les bras de sa Mère. Et c'est précisément la raison pour laquelle il ne pouvait pas se permettre de prendre une mauvaise décision, maintenant plus que jamais. Tant qu'il ne savait pas qui il avait chez lui, le problème lui semblait maîtrisé ; mais maintenant qu'il connaissait l'identité du fils de Marie, il pouvait moins que jamais se permettre l'hésitation qu'il avait eue en riant un peu des conseils des mages.

"Va, Joseph, ou les Hérodes le tueront", ont-ils plaidé.

Retourner en Israël alors qu'Hérode le Jeune est vivant ?

-Joseph répondit à sa femme : "Dis à ton fils que le temps n'est pas venu.

Des mots partis avec le vent.

-Dis à ton mari que je dois m'occuper des affaires de mon Père, insiste l'Enfant.

La réponse que le vent a apportée.

-Mary, pour l'amour de Dieu, c'est un enfant. Personne ne bouge d'ici. Au moins jusqu'à ce que ce fils de Satan meure.

Je ferme et je coupe. M. Joseph était comme ça. Très peu de mots, mais lorsqu'il les prononçait, personne au monde ne pouvait le faire céder.

Et ils auraient pu rester ainsi toute leur vie si l'Enfant n'avait pas mis son plan à exécution. Je ne vais pas me perdre dans les détails, mais ce qui est certain, c'est que le fils du charpentier a débouché la bouteille de sa prodigieuse intelligence et s'est amusé comme un enfant, faisant perdre au rabbin de sa synagogue le champagne de sa gloire.

-La liste des rois ? Celle d'avant le Déluge ou celle d'après le Déluge, M. le Rabbin ?

Un monstre. Il savait tout. Le rabbin étonné a fini par s'intéresser de près à l'enfant.

-Et de qui es-tu le fils, mon enfant ?

-Je suis le fils de David, Rabbi.

-Votre père est le fils de David ?

-Et ma mère aussi, Rabbi.

-Et ta mère aussi ? Quelle chose curieuse !

-Et mon cousin ici présent, Rabbi, l'est aussi.

"Vous êtes vraiment un rabbin", pensa l'homme en lui-même.

Le rabbin est donc entré un jour dans la boutique du charpentier juif et a demandé à Joseph de s'expliquer. Comme s'il avait droit à quelque chose parce qu'il était un serviteur des serviteurs de Dieu.

Joseph l'a regardé de haut en bas et l'a jeté sur le trottoir. Et devant l'Enfant lui-même. Parce que, bien sûr, tout le désordre était le fait de l'enfant.

Vous pouvez comprendre qu'après le choc de la naissance, Joseph s'est vu interdire dans sa maison de mentionner les origines davidiques de sa famille. Et si le cas se présentait, ses origines davidiques étaient à éviter comme celui qui ne veut pas mettre la main au feu. Oui, ils l'étaient ; mais que voulez-vous, leurs parents leur ont dit qu'ils l'étaient, et ils n'allaient pas contester l'autorité de leurs parents.

Le garçon enfreignait cette loi familiale. Et il le faisait en parfaite connaissance de cause. Il savait, parce qu'il connaissait Joseph comme s'il était son frère, son ami, son père, que dès que Joseph détecterait le moindre danger qui mettrait en danger la vie du fils de Marie, Joseph fermerait boutique et émigrerait ailleurs.

Joseph avait survécu au premier tour. Mais la deuxième était encore à venir.

L'Enfant a repris ses activités. Non seulement il était le fils de David, mais sa mère était la Fille de Salomon.

-Oui, M. le Rabbin. La Fille de Salomon elle-même.

-Et vous dites que votre père peut le prouver avec des papiers sur la table ?

-Oui, monsieur.

Le rabbin qui a eu la chance ou le malheur de l'avoir comme élève a eu des antennes raides. Confus, perdu, le rabbin étonné a porté le sujet devant le grand rabbin.

-Si c'était un autre enfant, je le prendrais pour une blague, mais je crois tout ce qui concerne le fils du charpentier. Il en sait plus que tous les sages de la cour de Salomon réunis. Y compris le roi sage - avec ces mots, le rabbin de Jésus est allé voir son patron.

Et un beau jour, ils se sont tous deux présentés à la menuiserie du Juif, prêts à aller au fond des choses.

Ils sont allés voir Joseph. Ils sont allés exiger qu'il leur montre les documents dont l'Enfant leur avait parlé. Jésus leur avait dit que son père conservait les documents généalogiques de la Famille, des documents remontant à l'époque du roi David lui-même, réédités par le prophète Daniel à l'époque de la captivité babylonienne.

Joseph s'est soudainement retrouvé face à un coup d'échec et mat magistral. Le Fils de Marie jouait dur. Il voulait les emmener tous à Jérusalem et rien ni personne n'allait l'arrêter.

La discussion que Joseph a eue avec les deux rabbins était très forte. Je ne vais pas essayer de le reproduire afin de ne pas donner l'impression que je me rappelle d'événements fantastiques.

-L'impression que le Fils de Marie a fait sur ses maîtres était si énorme qu'ils avaient donné foi à la parole d'un petit garçon... blablabla. Le charpentier, esquivant la question, les a confirmés.

S'ils l'avaient connu, ils auraient compris que pour José, affirmer, c'était dire le dernier mot.

Joseph a été très clair à ce sujet. Le Fils de Marie pourrait être le Fils de Dieu lui-même, mais c'était à lui, à Joseph, à qui son Père avait confié sa garde, et c'était à lui, et à lui seul, Joseph, de décider quand la Sainte Famille retournerait en Israël.

Pourrait-il s'agir du Fils de Dieu ?

Serait-ce seulement... ?

"A quoi pensez-vous, Joseph ?"

Les rabbins pensaient qu'ils avaient coincé le Charpentier, et même l'Enfant lui-même qui écoutait derrière la porte en est venu à le croire. Les mots se croisaient comme des épées dans un duel à mort lorsque l'Enfant s'est penché vers la porte avec l'air du vainqueur qui demande à son ennemi déchu : "En veux-tu encore ?".

C'était la première fois de sa vie que Joseph voyait le Fils de Marie avec les yeux avec lesquels sa Mère le voyait. C'était le Fils de Dieu en personne. Ce n'était pas une blague. Il se trouve qu'il avait juste le corps d'un enfant. Mais celui qui l'a précédé était le Premier-né de Dieu.

Et c'est Lui en personne qui lui parlait en pensée.

Oui monsieur, Il lui parlait en pensée avec la certitude que vous lisez ce livre.

Les rabbins s'adressaient à Joseph en plein air, dans sa propre maison, et son esprit était ailleurs, ailleurs. Ils exigeaient les documents généalogiques de l'Enfant et il se trouvait dans un autre lieu, à une autre époque. L'Enfant se tenait contre le halo de la porte du Charpentier, lui disant sans ouvrir la bouche : "Tu ne me crois pas encore, Joseph, tu ne vois pas que je dois m'occuper des affaires de mon Père ?

Mais la ruse s'est retournée contre le garçon.

Une fois le moment passé, les rabbins sont repartis, et maintenant plus qu'avant, Joseph s'est rapproché d'eux. Ils ne retourneraient jamais en Israël jusqu'à ce que son Dieu lui donne l'ordre de revenir. Et c'était tout, il n'entendrait plus rien.

Et c'est ainsi que l'Enfant fut à nouveau vaincu. Il a cessé de parler à Joseph. Il avait joué le jeu et l'avait perdu. Personne ne quitterait l'Égypte avant que Dieu ne donne à Joseph l'ordre de retourner en Israël, aussi simple que cela, aussi tragique que cela.

Simple à dire, oui ; simple à vivre, mais pas du tout. Le père et le fils ont cessé de se parler, et même de se regarder. Jésus n'a même pas mangé. Il s'est laissé tomber par terre contre la façade de sa maison, regardant la vie passer, submergé par la tristesse de ceux qui peuvent tout faire et à qui on ordonne de ne rien faire.

Maria ne savait pas qui souffrait le plus. Que ce soit le garçon pour n'avoir pas pu imposer sa volonté, ou son mari pour n'avoir pas pu souffrir du silence et de l'éloignement de son fils. Ils ne se sont même pas regardés. Joseph n'a pas osé, et l'Enfant n'a pas pu.

Cléophas était le seul qui semblait apprécier la situation.

-Qu'y a-t-il, mon frère, pourquoi es-tu si têtu ?" dit-il à Joseph.

-Il n'est qu'un enfant, Cléophas, répondit Joseph.

Et il advint qu'un jour, Joseph rentra chez lui après une transaction. Jésus avait déjà perdu tout espoir de convaincre ce bon vieux Joseph. Depuis combien de temps ne s'étaient-ils pas parlé ?

Joseph le charpentier est revenu de la conclusion de cette affaire tout sérieux, mais avec des yeux très brillants. Dès que Marie l'a vu passer la porte, son cœur a sauté un battement, mais elle ne voulait pas dire un mot. Elle a attendu que son mari lui parle.

-Femme, dis à ton fils que nous partons.

Elle n'a rien dit de plus.

La mère a pris l'enfant et est allée le distraire au marché. Elle allait lui acheter tout ce qu'il voulait, pour lui remonter le moral et les yeux, disait-elle. Jésus l'a suivie comme il aurait pu suivre un nuage sans destination. Depuis l'incident entre Joseph et les rabbins, il ne voulait rien avoir à faire avec quoi que ce soit, il n'avait aucun désir pour quoi que ce soit. Et il n'y avait rien que sa propre mère pouvait dire pour lui remonter le moral.

Rien ?

Eh bien, il y avait quelque chose. Elle avait deux signes, et c'était un seul mot. Joseph a refusé et Marie n'a pas pu le lui donner.

Vous ne pouviez pas le lui donner ?

Ils n'oublieraient jamais cette promenade sur le marché du port d'Alexandrie. Elle continuait à lui sourire, à le chatouiller, à lui dire avec ses gestes : Devinez quoi, ce qui ne va pas chez moi ?

Naturellement, l'Enfant a été ennuyé pendant un moment, jusqu'à ce qu'il ouvre enfin les yeux. Il a pris Marie - il l'appelait toujours par son nom - l'a assise sur l'un des bancs du quai et, en la regardant dans les yeux, a lu dans son cœur aussi facilement que vous lisez ces lignes.

-Marie, oui ?, c'est tout ce que le garçon lui a demandé.

Elle a secoué la tête, morte de joie. Et là, avec pour toile de fond l'horizon méditerranéen, ils ont dansé comme des fous de joie.

Ils se sont dépêchés de rentrer chez eux. Joseph était au travail quand ils sont entrés. Marie est passée à côté, mais Joseph a capté la lumière qui brillait dans le cœur de sa femme. Ses pupilles se sont illuminées et elle a tourné la tête. Avant qu'il ait pu dire un mot, l'Enfant est sorti en courant et s'est jeté dans ses bras. Géant comme il l'était, le mari de Marie l'a attrapé et l'a soulevé comme tous les parents le font avec leurs enfants. Maintenant, ils avaient tous deux gagné. L'Enfant avait ce qu'il voulait et Joseph avait reçu l'ordre de Dieu de se mettre en route.

Cléophas n'a pas refusé. Il n'a rien dit non plus. Son beau-frère était le chef du clan, il était en charge, il commandait.

Jésus est parti à la recherche de Jacques, son cousin, qui criait dans la rue : À Jérusalem, Jacques, à Jérusalem.

 

RENAÎTRE

 

 

LE COEUR DE MARIE