web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE DEUX

JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA

3

Les Mages d'Orient

 

La haine des Hasmonéens se transmettait de synagogue en synagogue. Une synagogue a transmis le slogan à une autre, et en moins de temps que le Hasmonéen ne l'aurait souhaité, le monde entier était au courant de ses exploits.

"Légères en effet sont les ailes de Mercure, votre altesse" est venu enlever le souci de ses chiens de guerre.

Pour le confort des imbéciles, les larmes des crocodiles, dit le proverbe.

Le fait est que la haine des Jérusalémites contre les Hasmonéens volait à tire d'ailes d'un coin à l'autre du monde juif. Bien sûr, la nouvelle est également parvenue à la synagogue mère, la Grande Synagogue de l'Est, la plus ancienne synagogue de l'univers.

Bien que fondée par le prophète Daniel dans la Babylone d'autrefois, la Babylone des légendes, la Babylone classique des anciens, avec le changement des temps et les transformations du monde, la Grande Synagogue de l'Orient a changé de lieu. À l'heure actuelle, les mages de Nabuchodonosor s'étaient installés dans la capitale d'un empereur qui ne connaissait pas la gloire des Chaldéens et ne se souciait pas des fantômes d'Akkad, d'Ur, de Lagash, d'Umma et d'autres cités éternelles de l'Âge des héros et des dieux, lorsque des créatures venues d'autres mondes trouvaient les femmes humaines belles et, contre l'interdiction divine, croisaient leur sang avec elles, commettant contre les lois de la Création un péché inoubliable, un crime passible de bannissement de tout le cosmos.

Alexandre le Grand, comme vous le savez tous, a renversé cette Babylone des légendes. Son successeur sur le trône d'Asie, Séleucus I "l'Invincible", a dû penser que cela ne valait pas la peine de reconstruire ses murs, et à sa place, une ville entièrement nouvelle a été construite. Suivant la mode de l'époque, il l'appela Séleucie ; et du Tigre parce qu'elle se trouvait sur les rives du fleuve du même nom.

Contraints par le nouveau roi des rois, les habitants de l'ancienne Babylone ont changé de domicile et sont venus peupler la nouvelle Babylone. Volontairement ou par la force d'un décret, tel est le dilemme. Mais connaissant la structure de ce monde, on peut se permettre de croire que le changement de domicile s'est fait sans protestation autre que celle de ceux qui se sont vu refuser l'autorisation de résider. En construisant Séleucie sur le Tigre, son fondateur a retiré de sa ville les éléments perses non purgés par Alexandre le Grand. Une mesure qui, comme vous le comprendrez, a profité aux familles juives qui, dans l'ombre de l'aristocratie perse, faisaient du commerce entre l'Extrême-Orient et l'Empire. Protégés par les Achéménides et experts dans toutes les fonctions du gouvernement, les Juifs ont atteint une position sociale importante dans l'Empire perse, au point de susciter l'envie d'une partie de l'aristocratie. La Bible nous raconte comment le complot de ce secteur contre les Juifs a donné naissance à la première solution finale, miraculeusement avortée par l'ascension au trône de la reine Esther. Cette transe surmontée par la nature a suivi son cours. Les descendants de la génération de la reine Esther se sont consacrés au commerce, et ont fini par devenir les véritables intermédiaires entre l'Orient et l'Occident.

Lorsque Alexandre a renversé la Babylone perse, les familles juives ont été libérées de la sujétion au maître achéménide. Alexandre fut remplacé dans le gouvernement de l'Asie par son général Seleucus I l'Invincible. Avec le changement de maître, la situation des Juifs s'est améliorée. La seule chose que Séleucus exigeait des habitants de Séleucie sur le Tigre était qu'ils vaquent à leurs occupations et se tiennent à l'écart de la politique.

La concurrence perse étant éliminée, seules à la pointe du commerce entre l'Orient et l'Occident, à l'époque du siècle dans lequel nous nous trouvons, le Premier avant la Nativité, les familles hébraïques qui avaient survécu aux transformations des deux siècles précédents étaient devenues énormément riches. (N'oublions pas que les mines du roi Salomon avaient leur source dans le contrôle du commerce entre l'Orient et l'Occident. C'est vers cette région que les Freedmen de Cyrus ont dirigé leurs talents. D'autant plus que la reconstruction de Jérusalem et l'achat pacifique de la terre perdue devaient leur coûter des montagnes d'argent. Comme nous le savons tous, la dîme due par chaque hébreu au Temple était un devoir sacré. Avec la disparition du Temple, la dîme n'avait plus de sens. Mais lorsqu'elle a été reconstruite et est redevenue opérationnelle, la nécessité de ramener la dîme universelle à Jérusalem a exigé la naissance d'un collecteur annexe, la Synagogue.

La Grande Synagogue d'Orient, dirigée par les Mages de Babylone, a été créée pour être la centrale à partir de laquelle la dîme de toutes les synagogues dépendantes de l'Empire perse serait acheminée vers Jérusalem. Plus les synagogues se portaient bien, plus la rivière d'or se déversait, soit en métal, soit en épices - or, encens et myrrhe - dans le Temple.

La paix universelle était dans l'intérêt des Juifs dans la mesure où elle garantissait les communications entre toutes les parties de l'empire. Les années de la conquête grecque et les décennies de guerre civile qui ont suivi entre les généraux d'Alexandre ont constitué un obstacle à l'afflux d'or et d'épices que les Mages avaient l'habitude d'apporter chaque année à Jérusalem. Cependant, dans ce qui fut tragique pour le Temple, la fermeture de cet approvisionnement en or fut récompensée à Jérusalem lorsque Alexandrie du Nil devint une ville impériale et qu'un nouvel affluent de la capitale sacrée naquit de sa synagogue. En d'autres termes, quoi qu'il arrive, le Temple a toujours gagné ; et quels que soient les changements politiques, les Mages de l'Est sont toujours arrivés dans la Ville sainte avec leur cargaison d'or, d'encens et de myrrhe).

À l'époque, dans la communauté juive de Séleucie sur le Tigre, la nouvelle de la guerre d'indépendance des Maccabées soulève une clameur prophétique spontanée. De loin, la Grande Synagogue de l'Est attendait ce signe depuis des siècles. Le jour annoncé par l'ange au prophète Daniel était enfin arrivé. Trois siècles avaient été passés à attendre ce moment, trois siècles avaient été dilués de l'autre côté de l'ortho du temps, trois longs, infinis siècles, à attendre cette Heure de la Libération Nationale. La prophétie de Daniel avait plané au-dessus de l'horizon de la Synagogue des Mages d'Orient comme une épée folle sur le point d'entrer en combat.

"La vision des soirs et des matins est vraie" disait-elle, "garde-la dans ton cœur car elle est pour longtemps".

"Le bélier aux deux cornes que tu as vu est le roi de Grèce, et la grande corne entre ses yeux est son roi ; quand il sera brisé, quatre cornes s'élèveront à sa place. Les quatre cornes seront quatre royaumes, mais pas aussi forts que celui-là.

La prophétie ne s'est-elle pas accomplie lorsque Alexandre le Grand a corrigé le roi de Perse et de Médie et ne s'est-elle pas perfectionnée lorsqu'à sa mort ses généraux ont divisé l'empire, aboutissant à la suite de la guerre des Diadoques à la formation de quatre royaumes ?

La prophétie de la conquête de l'empire perse par l'helléniste s'est réalisée, l'enthousiasme suscité parmi les jeunes gens de la Nouvelle Babylone par le soulèvement des Maccabées était aussi intense que le désir des chefs de leur Synagogue de redevenir des jeunes gens, de prendre l'épée et de suivre jusqu'à la victoire le champion que Dieu leur avait suscité.

Aussi à Alexandrie du Nile, à Sardes, à Miletus, à Athènes et à Reggio Calabria, partout où une synagogue a pris racine et a prospéré, partout où les jeunes hommes se sont enrôlés et où leurs aînés les ont équipés pour la gloire.

Vive Israël ! C'est par cette proclamation que le valeureux répond au cri de guerre des Maccabées : "A moi ceux de Yahvé".

La victoire finale des Maccabées, pourtant annoncée prophétiquement dès le début, a été célébrée par les Juifs comme si personne ne l'avait jamais avancée auparavant. Les frères Maccabées sont tombés, comme chacun sait, mais leurs actes ont été consignés dans le Livre des Livres afin que leurs noms restent à jamais dans la mémoire des siècles.   

4

Parti sadducéen contre Union pharisienne

 

L'exaltation de l'indépendance conquise remonte le moral du peuple. Le cri de victoire que la guerre des Maccabées a engendré dans le monde juif a suscité l'espoir du peuple.

Ce qui a suivi n'était attendu par personne. La satisfaction de vivre en liberté adoucissait encore leurs âmes. On pourrait dire qu'ils savouraient le doux vin de la liberté lorsqu'au coin de la rue et sur la ligne droite, le vieux fantôme du fratricide de Cain s'est réveillé de son sommeil.

Est-ce que c'est venu de façon inattendue, ou peut-être pas ? Comment l'affirmer ? Comment le nier ? L'ont-ils vu venir, ne l'ont-ils pas vu venir ? A quoi pensaient-ils en regardant en arrière ? N'ont-ils jamais appris ? Les instigateurs de la solution finale d'Antiochus IV Épiphane de l'intérieur ne rompraient-ils pas à nouveau la paix, semant au jour de la liberté l'ivraie des passions violentes pour le contrôle des trésors du Temple ?

N'est-ce pas les Sadducéens, le parti sacerdotal, qui ont poussé Antiochus IV Épiphane à décréter la solution finale contre le judaïsme ? La Bible dit que oui. Il donne des noms, des détails. Des grands prêtres qui tuent leurs frères, des pères qui assassinent leurs enfants au nom du Temple.

De même, lorsque les hordes criminelles du quartier d'Antioche se sont déchaînées, les Sadducéens ont été les premiers à abandonner la religion de leurs pères. Ils ont choisi la vie, ont déserté le Dieu de leurs pères, se sont sacrifiés aux dieux grecs. Lâches, ils se sont rendus à la Mort, ont plié les genoux, se sont vendus au monde, et pire, ont vendu les leurs.

Il est donc logique que lorsque la guerre des Maccabées a éclaté, les pharisiens, le syndicat des docteurs de la Loi et les directeurs des synagogues nationales et étrangères, aient pris les rênes du mouvement de libération nationale, entouré les Maccabées de la gloire du général que le Seigneur leur avait suscité, et se soient lancés dans la victoire avec la confiance de celui qui est proclamé vainqueur dès le premier jour de son soulèvement.

Les choses de la vie ! Une fois l'histoire des Maccabées écrite, l'histoire de la jalousie a commencé à être écrite. Les vieux fantômes de la lutte entre le parti sadducéen et le syndicat pharisien menaçaient d'une nouvelle tempête. Le vent a commencé à s'agiter. La pluie ne s'est donc pas fait attendre.

Le clergé aaronite a-t-il demandé le pardon pour les péchés commis sous la domination séleucide ?

Le clergé aaronite ne demandait pas le pardon public de ses péchés. Les Sadducéens n'ont pas baissé la tête, ils n'ont pas accepté leur culpabilité. Le Temple leur appartenait par droit divin.

Pas Dieu, ils étaient les propriétaires des trésors du Temple. La prise de contrôle du Temple par les Pharisiens ne serait-elle pas une rébellion des serviteurs contre leurs maîtres ?

Bien sûr que oui. Du point de vue du parti sadducéen, tout mouvement des docteurs de l'union de la Loi dans la direction opposée serait pris comme une déclaration de guerre civile.

Ce que sont les êtres humains ! A peine la Nation a-t-elle brisé ses chaînes que ses patrons commencent à aiguiser leurs ongles. Combien de temps faudra-t-il pour que l'ultimatum arrive ?

A vrai dire, l'ultimatum n'a pas mis longtemps à faire entendre sa proclamation fratricide. Soit le pouvoir leur était rendu", menaçaient les Sadducéens, "soit ils couronnaient un roi à Jérusalem".

Il y avait des cheveux tirés, des têtes arrachées, des robes déchirées, des cendres suppliant de passer, des menaces donnant naissance à des fantômes, des lances qui se brisaient d'elles-mêmes, des haches de combat perdues et laissées pour être retrouvées comme par hasard. Les sadducéens et les pharisiens étaient sur le point de s'entretuer au nom de Dieu !

Qui les arrêterait ? Qui arrêterait leurs pieds ?

La menace d'une guerre civile plane dans l'atmosphère de Jérusalem pendant toute la durée du règne de Jean Hyrcanus Ier. Dieu a interdit aux Juifs de se donner un roi en dehors de la Maison de David. Les Sadducéens n'ont pas seulement pensé à un fils des Maccabées comme roi, mais sont passés de la pensée à l'acte.

Les Pharisiens étaient dans l'illusion. Lorsque les pharisiens ont découvert la manœuvre magistrale de vérification de la Loi à laquelle pensaient les sadducéens, les pharisiens ont piqué une crise.

"Sommes-nous une nation sans cervelle ?" ont demandé publiquement leurs sages. "Pourquoi tombons-nous sans cesse dans le même piège ? Quelle est la nature de notre condamnation pour le péché de notre père Adam ? Chaque fois que le Seigneur nous donne la vie, nous allons vers le fruit de l'arbre défendu. Maintenant, Caïn veut défier Dieu de l'empêcher de tuer son frère Abel, et nous devons permettre aux bergers de jeter le troupeau dans le ravin de leurs passions ? Si un fils des Maccabées règne, nous trahissons Dieu. Frères, nous avons été mis au-delà du dilemme. Plutôt mourir en combattant pour la vérité que de vivre à genoux en adorant le Prince des Ténèbres".

De nombreux mots ont été échangés. Il était clair dès une nuit de lune que la guerre civile allait rompre la paix à l'aube. Autant Abel aimait son frère Caïn, autant la folie de Caïn à défier Dieu a obligé Abel à se défendre.

Les temps avaient changé. Le premier Abel est tombé sans exercer son droit à l'autodéfense car il est né nu, il a vécu nu devant ses parents et son frère. Il n'a jamais levé la main sur personne. La paix était son problème. Abel n'était que paix, lui qui n'était que paix, comment pouvait-il imaginer l'existence d'un cœur sombre nourri de ténèbres au sein même de la poitrine de son propre frère ! L'innocence d'Abel a été sa tragédie.

Et sa gloire aux yeux de Dieu.

Caïn ne pensait pas avec sa tête, il pensait avec ses muscles. L'homme croyait que la force de l'intelligence et la force des muscles sont soumises à une mystérieuse loi de correspondance. Celui qui a le bras le plus fort est le plus fort. Le plus fort est le roi de la jungle. Par conséquent, le destin du faible est de servir le plus fort ou de périr.

Comme Caïn, les Sadducéens sont tombés dans le piège de leurs ambitions personnelles. La guerre civile pour le pouvoir devait donc éclater tôt ou tard. Peut-être plus tôt que tard. C'était la même chose. Personne ne pouvait non plus prédire le moment, la date exacte. Le fait est que la guerre civile couvait dans l'atmosphère. L'atmosphère était chargée. On pouvait le sentir dans l'air. Un jour, un jour... Mais ne nous emballons pas.

Le peuple était encore en train de célébrer la victoire contre l'Empire séleucide lorsque soudain la nouvelle du crime abominable commis par le fils de Jean Hyrcanus Ier se répandit. Non content de la haute prêtrise, que la nation a acceptée contre sa propre conscience mais a gardé le silence dans les circonstances, le fils de Jean Hyrcanus Ier a pris la couronne.

Avec son couronnement, les Hasmonéens ont ajouté à un crime mauvais et contre nature un crime encore pire. À la tête d'une telle violation des lois sacrées se trouvaient les Sadducéens. Le parti sadducéen - rappelons ses origines - était une création spontanée de la caste sacerdotale. Elle a été créée pour défendre leurs intérêts de classe. Les intérêts des clans sacerdotaux avaient à voir avec le contrôle du Trésor des Templiers. Au fil du temps, et au fur et à mesure qu'un roseau se dressait au sommet du Temple, de puissants clans ont été engendrés, dont les proches ont rejoint par inertie le Sanhédrin, une sorte de Sénat romain dans le style des traditions plus solomoniques. La lutte entre ces clans pour le contrôle du Temple a été la machine qui a conduit les Juifs à la solution finale adoptée par Antiochus IV, une solution finale qui a versé tant de sang innocent dans le calice de la mauvaise ambition des pères de ces mêmes Sadducéens qui couronnaient maintenant le fils d'Hyrcanus Ier comme roi de Jérusalem contre la Loi de Dieu.

Créateurs indirects de la solution finale anti-juive, les Sadducéens ont perdu les rênes du Temple pendant toutes les années de l'action des Maccabées. Judas le Maccabée les a chassés du Temple. Il a purgé avec le Marteau ce que la faux de la Mort respectait, et il est logique qu'aux yeux des Sadducéens, les Maccabées étaient des dictateurs !

Le syndicat des pharisiens - entrons un peu dans l'opposition - était issu du rang des responsables de la collecte de la dîme. Le Syndicat était l'appareil utilisé par le Parti pour continuer à faire affluer du monde entier dans les coffres du Temple cette rivière d'or à l'origine de la lutte fratricide entre les différents clans sacerdotaux. Fonctionnaires au service du clergé aaronite, les pharisiens vivent de la collecte des dîmes et des offrandes pour les péchés commis par les individus.

Lorsque les Sadducéens ont commencé à s'entretuer pour le contrôle de la poule aux œufs d'or, les Pharisiens ont pris le contrôle des événements et ont utilisé les offrandes du peuple pour équiper les jeunes volontaires qui se sont précipités du monde entier pour combattre aux commandes des Maccabées. Ainsi, à la fin de la guerre d'indépendance, les rôles étaient inversés et c'est le syndicat des pharisiens qui contrôlait la situation. Le parti sadducéen, comme on peut le comprendre, ne devait pas souffrir longtemps de ce changement.

La contre-offensive du parti sadducéen n'était ni élégante ni brillante, mais elle était efficace. Il suffisait d'entrer dans la peau du Serpent et de tenter les Hasmonéens avec le fruit défendu de la couronne de David.

Cette bataille interne entre le Parti et le Syndicat pour le contrôle du Temple a soulevé dans le monde de l'avant-garde hébraïque une clameur spontanée d'indignation et de colère. C'est alors que les ressources mêmes mises autrefois au service de l'Indépendance bondissent sur la scène, prêtes à détrôner l'usurpateur.

Entre les Pharisiens et les Sadducéens, ils faisaient de la nation un spectacle abominable aux yeux du Seigneur.

Il était urgent de faire quelque chose, urgent de déclarer la guerre aux intérêts privés du Parti et du Syndicat, de restaurer le statut national selon le modèle décrit dans les Écritures.

C'était urgent.

Tant de choses étaient urgentes.

Et rien n'était urgent.

Selon les sages les plus éminents des écoles les plus élégantes d'Alexandrie du Nil, d'Athènes et de Babylone la Nouvelle, appelons-la Séleucie du Tigre, tous les Juifs du monde avaient la sainte obligation de prendre le règne des Hasmonéens comme un gouvernement de transition entre l'Indépendance et la Monarchie Davidique.

Non monsieur, la fragilité de l'Indépendance nouvellement conquise ne devait pas être prise dans l'étau de la guerre civile. Dans le but de renforcer la Liberté reconquise, toutes les synagogues devaient faire front commun et soutenir le roi de Jérusalem. Au fur et à mesure de la progression des événements, les mesures nécessaires seraient prises pour aller dans le sens du transfert de la couronne d'une maison à l'autre.

-Les sages, toujours sages ! Ils pensent tout savoir et au final, ils ne savent rien", a commencé à répondre la jeune génération. L'indignation des nouvelles générations face à la situation acceptée a mis longtemps à se manifester. Mais elle l'a finalement fait dans le sillage du Massacre des Six Mille. 

 

5

Siméon le Juste

 

"La présentation au Temple" : Lorsque les jours de purification selon la Loi de Moïse furent accomplis, ils l'amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, comme il est écrit dans la Loi du Seigneur que tout "premier-né mâle doit être consacré au Seigneur", et pour offrir en sacrifice, comme prescrit dans la Loi du Seigneur, une paire de tourterelles ou deux jeunes pigeons. Il y avait à Jérusalem un homme nommé Siméon, un homme juste et pieux, qui attendait la consolation d'Israël, et le Saint-Esprit était en lui. Il lui avait été révélé par le Saint-Esprit qu'il ne verrait pas la mort avant de voir le Christ du Seigneur. Mû par l'Esprit, il se rendit au Temple, et comme les parents entraient avec l'enfant Jésus pour faire ce que la Loi prescrivait à son sujet, Siméon le prit dans ses bras et, bénissant Dieu, dit : "Maintenant, Seigneur, tu peux laisser ton serviteur s'en aller en paix, selon ta parole ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé devant la face de tous les peuples, une lumière pour éclairer les nations, et la gloire de ton peuple Israël.

Siméon - notre prochain protagoniste - descendait de l'une de ces familles qui ont survécu au sac de Jérusalem et ont réussi à s'en sortir en plantant leurs vignes à Babylone. C'était une vérité que Siméon pouvait prouver à chaque fois et partout où il était appelé à le faire.

Bien que cela ne semble pas parfait ou bon de le dire, car cela fait penser à des lois qui évoquent des événements tristes et funestes, Siméon était un hébreu à part entière. Devant les autorités les plus expertes et les plus qualifiées de son peuple, quand ils le voulaient, et s'il s'agissait de gentils curieux entrant dans le sujet afin d'embarrasser les amateurs de pedigree, de lignées périmées et tout le reste, même chose ; quand ils le voulaient et sur la table qui lui était dressée, Siméon le Babylonien était prêt à placer le document généalogique de ses parents, qui était comme un vaisseau direct vers les racines de l'arbre sous les branches duquel Adam a conquis Eve.

Ses pères ont connu la captivité babylonienne, ainsi que la chute de l'empire chaldéen ; ils ont salué l'avènement de l'empire des Perses ; ils ont vécu la révolution des Grecs. Bien sûr, la domination des Hellènes. Au fil du temps, la maison de Siméon s'est développée, elle est devenue une maison puissante parmi les Juifs et riche aux yeux des Gentils. Normalement, Siméon devait hériter de l'entreprise de son père, visiter la Ville sainte à un moment de sa vie, être heureux parmi les siens et s'efforcer toute sa vie d'être un bon croyant devant les hommes et devant Dieu. Il était l'héritier de l'un des banquiers les plus riches de Séleucie du Tigre, et tout était arrangé pour que, lorsque Siméon mourrait, il soit pleuré par d'innombrables personnes. Après sa mort, lorsque le royaume d'Israël sera proclamé par le fils de David, ses descendants déterreront ses os et les enterreront en Terre sainte.

Cette chronique aurait dû être le résumé de l'existence de Siméon le Babylonien. Mais l'usurpation des fils des Maccabées a effacé du livre de sa vie tout ce bonheur si parfait. De si beaux plans n'avaient pas été faits pour lui. S'asseoir et attendre de voir comment les événements se dérouleraient avant de prendre des mesures définitives, au cas où le Seigneur utiliserait le règne des Hasmonéens comme une période de transition entre les Maccabées et le royaume messianique, comme le conseillaient les dirigeants de la synagogue de Séleucie sur le Tigre, n'était pas pour lui. Siméon avait écouté ce babillage depuis bien trop longtemps. Et après le massacre des Six Mille, il ne rêverait pas d'entendre de telles paroles de prudence.

Le renversement des Hasmonéens n'était plus quelque chose qui pouvait être remis à demain, ou après-demain, ou même au soir de ce même jour. L'Hasmonéen devait mourir, maintenant. Chaque jour où il était en vie était une offense. Chaque nuit où il se couchait, la Nation se rapprochait un peu plus de sa destruction ! Le Hasmonéen avait enfreint toutes les règles.

Premièrement : sa famille avait été choisie et avait reçu la haute prêtrise au mépris de la tradition et des rites héréditaires. Un étranger, et non le conseil complet des saints, lui avait donné l'autorité suprême.

La sentence contre une telle usurpation des fonctions sacrées était la peine capitale.

Deuxièmement : contre les traditions qui interdisaient au grand prêtre de manier l'épée, Hasmonée s'était placé à la tête des armées.

La sanction contre ce crime était une autre peine capitale.

Troisièmement : Contre les traditions canoniques les plus fortes, Hasmonée avait non seulement piétiné la monogamie qui régissait la vie du grand prêtre, mais aussi, tel un Salomon ressuscité, cultivé son propre harem de filles.

La peine pour ce crime était davantage la peine capitale.

Et quatrièmement : contre la loi divine qui interdit l'accès au trône de Jérusalem à tout membre n'appartenant pas à la Maison de David, le Hasmonéen, en agissant ainsi, entraînait toute la nation au suicide.

Pour toutes ces raisons, l'Hasmonéen devait mourir, quel qu'en soit le coût ou les moyens.

Ces arguments de Siméon ont fini par convaincre les dirigeants de la synagogue de Séleucie du Tigre de l'urgence pour l'orbe de mettre fin à la dynastie hasmonéenne. Avec cette mission sacrée, Siméon le Babylonien a quitté la maison de ses pères et est venu à Jérusalem.

Riche et porteur de la dîme de la Synagogue des Mages d'Orient, sa politique d'amitié avec la couronne hasmonéenne, qui a besoin d'un soutien financier pour étendre la reconquête militaire du royaume, le fer de lance avec lequel Siméon le Babylonien gagnerait l'amitié de son ennemi, lui vaudrait en même temps la méfiance de ceux parmi lesquels il devait se dresser comme la main invisible tirant les ficelles pro-davidiques. Un double jeu qui le ferait marcher sur une corde raide dans l'abîme depuis le jour de son arrivée jusqu'au jour de la victoire.

Tout en mettant tout son pouvoir pour préserver l'équilibre de sa tête sur son cou, Siméon le Babylonien devait garder sa révolution dans les strictes limites des affaires domestiques. L'Égypte ptolémaïque guettait l'affaiblissement de Jérusalem, et une guerre civile juive serait l'occasion d'envahir et de piller le pays.

De l'autre côté du fleuve Tigre se trouvaient les Parthes. Toujours menaçante, toujours désireuse de briser la frontière et d'annexer les terres à l'ouest de l'Euphrate.

Bien que mourant au nord, les Hellènes attendaient leur revanche et ne perdaient pas de terrain, profitant d'une guerre civile romaine pour reconquérir la Palestine perdue.

En définitive, la nécessité de purifier Jérusalem de l'abomination de la désolation ne pouvait pas mettre en péril la liberté gagnée par les pères des Hasmonéens. 

 

 

Histoire des Hasmonéens

 

 

LE COEUR DE MARIE