web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE DEUX

JE SUIS L'ALPHA ET L'OMÉGA

9

Après les 800

 

Après cette orgie de cruauté et de folie, rien ne pourrait plus être pareil. L'ambition des uns, le fanatisme des autres, tout les avait conduits à une telle impasse. Un roi lève sa folie meurtrière, il la laisse s'abattre sur des étrangers, d'accord, mais quand, dans toute l'histoire du royaume de Juda, un roi s'est-il levé contre son propre peuple pour commettre un tel crime ?

La gloire gagnée pour les Juifs par les Maccabées s'est retrouvée, le lendemain du massacre des Huit-Cents, à ramper dans les plus bas abîmes de la décence et du respect dus à une nation par une autre. Marqués comme des monstres dévoreurs d'enfants, ceux qui, hier encore, se promenaient parmi les païens en revendiquant pour eux-mêmes le statut de peuple élu, le lendemain, devaient se cacher du regard de tous comme s'ils fuyaient Satan lui-même. Mais revenons à Jérusalem la Sainte.

Pendant un moment, le cri de douleur et de chagrin a tenu à distance la soif inextinguible de vengeance des proches des Huit-Cents. Mais tôt ou tard, la haine à mort se répandrait dans les rues, semant la mort sur les trottoirs. Qui serait le premier à tomber ? Au coin des rues, dans l'obscurité des ruelles, sous n'importe quelle porte. A toute heure, en toute occasion. Les bourreaux étrangers du roi ?

Non ! Ce serait eux, les Sadducéens. Ce seraient les fils d'Aaron, tous prêtres, tous saints, tous sacrés, tous inviolables, qui seraient les premiers à connaître la vengeance. Car la vengeance ne pouvait pas manger le roi, elle serait prise sur la chair de ses alliés. Beaux-frères, cousins, beaux-parents, gendres, épouses, belles-mères, grands-parents, petits-enfants, tous étaient visés par le poignard.

Qu'ils sortent du Temple, qu'ils aillent de leurs maisons à leurs champs, où qu'ils se trouvent, la haine se déversait sur eux sans distinguer le juste du coupable, le pécheur de l'innocent. Il n'y aurait aucune pitié, aucun quartier. Avec sa leçon macabre, l'Hasmonéen avait détourné le poignard de leur dos, qui allait maintenant les épargner ? Un par un. Quand dans leur maison ils fermaient les yeux... de l'ombre sortaient deux pièces d'argent cherchant des bassins dans lesquels planter la tente. Lorsque l'animal a besoin... des trous dans le sol sortiraient des griffes. Non, les Sadducéens ne dormiront pas en paix, et ne vivront pas en paix à partir de ce jour. Le jour viendrait où il leur semblerait préférable de vivre en enfer que de subir l'enfer d'être en vie.

Et c'est ainsi qu'il est arrivé. Les rues de Jérusalem se sont réveillées chaque jour après le massacre des Huit-Cents aux beuglements des veuves et des orphelins réclamant justice au roi. Un roi se réjouit de voir comment, alors qu'ils s'entretuaient, ils le laissaient tranquille.  

En vérité, dans sa folie, le Hasmonéen se plaisait à regarder ses alliés vivre dans la terreur comme des rats piégés dans la maison des chats affamés. En ce qui le concerne, sa sécurité personnelle avait été scellée contre tout risque. Sans distinguer l'âge ou le sexe, il a une fois tué six mille personnes en un jour. Cette fois, il en a dévoré 800 avec leurs familles. En voulaient-ils plus ? Il a quand même eu le courage de doubler le nombre de morts.

Pourquoi 800 croix ? Pourquoi pas sept cents ? Ou trois mille quatre cents ?

Le fait est que les Hasmonéens avaient la mémoire des bêtes. L'être humain surmonte les traumatismes de l'enfance, il se distingue des bêtes par sa capacité à oublier le mal subi à un moment donné dans le passé. La bête, par contre, n'oublie jamais. Les années peuvent passer, même si une décennie s'écoule, les blessures restent dans leur mémoire. Avec le temps, le chiot devient une bête ; puis un jour il rencontre son ennemi d'enfance, la plaie est ouverte et par inertie il saute pour prendre sa revanche. Telle était la mémoire de l'Hasmonéen.

Pourquoi 800 âmes, pourquoi pas sept cents ou trois mille quatre cents ?

Le peuple devait connaître la vérité. Le monde entier devait connaître sa vérité. L'histoire devait inscrire dans ses annales la cause profonde de cette haine des Hasmonéens contre les Pharisiens. Combien d'hommes courageux ont suivi les Maccabées le jour de la chute des Braves ? N'étaient-ils pas 800 justement ? N'étaient-ce pas les pères des 800 Pharisiens crucifiés qui ont donné l'ordre de battre en retraite et ont livré le Héros à l'ennemi ? Pourquoi ont-ils fait cela ? Pourquoi ces lâches ont-ils laissé le Héros et ses 800 Braves seuls devant les ennemis ?

"Je vais vous le dire", a crié l'Hasmonéen depuis le mur. "Parce qu'ils craignaient qu'Héro ne se lève comme roi. Lâches, ils ont vendu le Héros et l'ont livré pour faire taire la peur qu'ils nourrissaient. Mais dites-moi, quand, à quel moment, à quelle occasion secrète le Héros s'est-il échappé de ses 800 Braves pour les mener contre Jérusalem et se proclamer roi ? Son âme ne connaissait pas d'autre ambition que la liberté de sa nation. Son cœur ne battait que pour la nostalgie de la liberté. Vos pères l'ont mis au défi de renoncer à son commandement, de se mettre à leur service, ignorant que le Brave ne reconnaissait aucun roi et aucun seigneur à part son Dieu. Ils l'ont testé, ils l'ont poussé au bord de l'abîme, croyant que le Brave tournerait le dos à la mort. Ils ont mis le pouls du champion du Tout-Puissant à l'épreuve. Eh bien, voici le salaire que votre Roi et Seigneur met dans vos bourses. Prenez votre salaire, bande de lâches. Vous avez touché le Champion que Dieu a suscité pour vous donner la liberté au prix de son sang et de celui de toute sa maison. Ne voulez-vous pas le paradis ? Là, je vous envoie réclamer votre salaire au Tout-Puissant. Vous en vouliez à sa gloire et à sa célébrité. Vous avez dû fuir le champ de bataille pour lui montrer que la victoire était la vôtre, que sans vous il n'était rien. Réjouissez-vous, car bientôt vous le rencontrerez face à face.

Peu importe ce qu'il disait, peu importe le genre de raisons qu'il utilisait pour justifier sa conscience, le Hasmonéen savait qu'après le massacre des 800, rien ne serait plus jamais pareil. Après cette ode aux profondeurs de l'enfer, il ne pouvait s'attendre qu'à la destruction de sa maison. Abijah l'avait prophétisé pour lui et, sans le vouloir ni le rechercher, il l'avait provoqué. Le destin, la fatalité, un faux pas non corrigé, une autre erreur imprévue imposant la loi de la nécessité, le pur hasard, le chaos, les destins, l'irresponsabilité des gens et leurs rêves de justice, de liberté et de paix. Comment peut-on reprocher à la déesse de la fortune d'accorder des baisers fatidiques ? Parfois vous gagnez et parfois vous perdez. Les pires dynasties ont réussi à ouvrir la voie à leurs enfants sur les plaines des siècles. Mais pour quoi ? Au final, toutes les couronnes finissent par être jetées aux vents, celui qui semblait avoir le moins de jambes obtient le plus haut rebond et le moins que rien d'hier obtient la gloire de demain. Depuis un trône, le monde est une boîte de grillons ; celui qui crie le plus fort est le roi. Pourquoi le peuple n'est-il pas satisfait de son sort ? Pourquoi veut-il plus de justice, plus de liberté ? Si vous leur donnez la main, ils vous attrapent le bras. Ils trouvent toujours une raison pour gâcher le bonheur de leurs gouvernants. Si les sujets n'étaient pas nécessaires, ne seraient-ils pas tous mieux morts ? Ou au moins sourds et muets ?

Les sombres rêveries de l'Hasmonéen dans ses moments de détresse n'ont pas été gaspillées. Plus d'une fois, il les a laissées couler de sa tête sans même se rendre compte de la présence de ses chefs prétoriens. Leurs sourires diaboliques répondaient plus éloquemment que le discours le plus long et le plus profond du sage le plus bigarré et le plus voyant.

La vie de leurs enfants était-elle en danger, et le serait-elle encore s'il n'y avait plus un seul Juif en vie ?

C'était un choix délicat. Quand la dépression l'étouffait, l'Hasmonéen la caressait. Mais non. Ce serait trop. Elle devait trouver une solution plus intelligente. Tourner le dos au fait qu'elle avait franchi la ligne n'allait pas résoudre le problème. Il devait réfléchir. Après le massacre des 800, rien ne serait plus jamais pareil. Il devait trouver un moyen de sortir du labyrinthe avant que sa famille n'ouvre la porte de l'enfer et que les flammes de la haine ne les consument.

Oui, rien ne serait plus jamais pareil.  

Les Hasmonéens ne sont pas les seuls à l'avoir compris. Siméon le Babylonien a également compris. Les mots d'Abijah résonnaient dans sa tête avec toute la dimension de leur réalité pérenne. "La haine engendre la haine, la violence engendre la violence, et toutes deux dévoreront tous leurs serviteurs". Où leurs arts magiques les avaient-ils vraiment menés ? Le sang des 800 a pesé sur sa conscience. Le poids l'a écrasé. Abijah avait toujours eu raison. Il ne se lassait pas de le dire : "Qui prend la cruche et va chercher de l'eau dans la forêt en feu ? A telle fin, tels moyens. Mais bien sûr, quel autre conseil peut-on attendre d'un homme de Dieu ?

Quoi d'autre ?

Qu'ils déposent les armes et, sans renoncer à leur but, mettent les moyens qui conviennent à leur cause au service de la restauration de la monarchie davidique. Par exemple.

Convaincu par les faits exposés par Siméon le Babylonien, il devint un disciple et un associé d'Abijah qui avait si longtemps prêché dans le désert de ces cœurs de pierre.

De son côté, le désespoir de l'Hasmonéen grandissait au fil des jours. La prophétie d'Abijah sur le sort de sa maison lui est apparue si clairement que, contre toute attente, il a cédé. Non pas parce que le poids que sa conscience, encore assez forte pour supporter quelques milliers de cadavres supplémentaires, pouvait supporter, agitait sa conscience. La véritable cause de l'oppression mentale qui lui enserrait le cou, le laissant à bout de souffle, résidait dans le sort qu'il avait réservé à ses enfants. Il avait lui-même pris le bord de la hache. A cause de lui, ses enfants étaient devenus l'objet de la colère de Dieu. Le bourreau qui devait leur couper la tête n'était pas encore né, mais qui lui assurerait qu'il ne naîtrait pas ?

Dans un geste digne de ses terreurs, il a conclu un traité de réconciliation nationale avec ses ennemis. Abijah et Siméon le Babylonien devaient être les garants de ce pacte qui assurerait à sa progéniture la vie parmi les autres familles de Jérusalem. Le pacte d'État était le suivant.

À sa mort, la Couronne passait à sa veuve. La reine Alexandra restaurerait le Sanhedrin. Ainsi, la bataille entre Pharisiens et Sadducéens pour le contrôle du Temple, source de tous les maux ultimes, serait close. Son fils Hyrcanus II recevra le grand sacerdoce.

À la mort de la reine Alexandra, le fait que la couronne passe à son autre fils Aristobulus II ou que l'héritier légitime de la Maison de David soit couronné dépendrait des résultats de la recherche du Fils de Salomon.

Une fois la reine Alexandra morte, la maison Hasmonéenne ne pouvait être blâmée pour les événements ultérieurs qui ont conduit à la recherche. Cette partie du contrat serait gardée secrète entre le roi, la reine, Hyrcanus II et les deux hommes en qui il avait confiance, Abijah et Siméon le Babylonien.

Sa veuve élèvera ces deux hommes à la tête du Sanhédrin dirigé par Hyrcanus II. Cette dernière partie du pacte devait rester secrète pour empêcher le prince Aristobulus de se rebeller contre la volonté de ses parents et de revendiquer la couronne.

Alexandre Jannaeus est mort dans son lit. Sa veuve lui succède sur le trône. Elle a régné pendant neuf ans. Fidèle au pacte signé, la reine Alexandra rétablit le Sanhédrin, remettant son autorité à égalité entre Pharisiens et Sadducéens. Son fils Hyrcanus II reçoit le grand sacerdoce. Le prince Aristobulus II s'est éloigné de la succession et des affaires de l'État. La partie secrète du pacte, la recherche de l'héritier vivant de Salomon, ne dépendrait plus de la reine Alexandra, mais des deux hommes chargés de la mission par sa défunte. Une mission qui devrait être achevée pendant le règne d'Alexandra et rester dans le secret qui lui a donné naissance. Bien que jeune, si un tel plan de restauration de la monarchie davidique parvenait aux oreilles du prince Aristobulus, personne ne pourrait prétendre que, dans sa folie, il ne se soulèverait pas en guerre civile contre son frère.  

C'était neuf ans de paix relative. Les deux hommes chargés de trouver l'héritier légitime de Salomon ont profité de neuf ans pour écumer les classes supérieures du royaume afin de découvrir où il se trouvait. Je dis paix relative car les proches des 800 ont profité du Pouvoir pour arroser les rues de Jérusalem du sang des bourreaux des leurs.

La reine et les sadducéens étaient impuissants à arrêter la soif de vengeance qui faisait chaque jour des victimes en toute impunité, et chaque année qui passait, les yeux des condamnés se tournaient de plus en plus vers le prince Aristobulus comme leur sauveur. Alors qu'Aristobulus somnolait dans l'espoir de régner après la mort de sa mère, il fallait le tirer de son agréable statut de prince héritier, pour qu'il agisse immédiatement et mette en scène le coup d'État que l'impuissance même des sadducéens préparait.

Dans ces circonstances, de combien de temps disposaient Siméon et Abija pour trouver l'héritier légitime de Salomon ? Combien de temps pouvaient-ils résister à la guerre civile qui se profilait à l'horizon ?  

Dieu sait que Siméon et Abijah ont cherché, qu'ils ont parcouru tout le royaume dans leur quête. Ils ont remué ciel et terre dans leur recherche. Et c'est comme si la maison de Zerubbabel s'était évaporée de la scène politique en Judée après sa mort. Oui, bien sûr, il y avait ceux qui prétendaient être des descendants de Zerubbabel, mais lorsqu'il s'agissait de mettre sur la table les documents généalogiques pertinents, ce n'était que des mots. Le temps courait donc contre eux, la reine mère plus proche de la tombe chaque jour, le prince Aristobulus II plus fort chaque année sous la protection des sadducéens qui prônaient le coup d'état qui leur donnerait le pouvoir ; et eux, Abijah et Siméon, de plus en plus loin de ce qu'ils cherchaient. Leurs prières ne montaient pas au Ciel ; les rumeurs de guerre civile, en revanche, semblaient y monter. La reine Alexandra est décédée au cours de la neuvième année de son règne. Avec elle est mort l'espoir des restaurateurs de trouver l'héritier légitime de Salomon.

 

10

La Saga des Précurseurs

 

Après la mort d'Hasmonée, après la régence de la reine Alexandra, alors qu'Hyrcanus II était en fonction comme grand prêtre, après la guerre civile contre son frère Aristobulus II, Dieu suscita l'esprit d'intelligence dans Zacharie, fils d'Abijah.

Appelé au sacerdoce en tant que fils d'Abijah, Zacharie a axé sa carrière dans l'administration du Temple sur l'histoire et la généalogie des familles d'Israël. Confident de son père, avec lequel Zacharie partageait son zèle pour la venue du Messie, tandis que son père et son partenaire le Babylonien menaient la recherche de l'héritier de la couronne de Juda, Zacharie a conçu dans son intelligence d'ouvrir les archives du Temple. Lorsque l'échec de la recherche des héritiers légitimes de Zorobabel a été un fait accompli, Zacharie a juré qu'il ne s'arrêterait pas avant d'avoir retourné les étagères, et par Yahvé, il ne s'arrêterait pas avant d'avoir trouvé l'indice qui le mènerait à la maison de l'héritier vivant de Salomon.

Le temple de Jérusalem remplissait toutes les fonctions d'un État. Ses fonctionnaires agissaient comme une bureaucratie parallèle à celle de la cour elle-même. L'enregistrement des naissances, les salaires de ses employés, la comptabilité de ses recettes, l'école des docteurs de la loi, toute cette machinerie fonctionnait comme un organisme autonome.

Les positions de pouvoir étaient héréditaires. Ils dépendaient également de l'influence de chaque aspirant. En tant qu'aspirant, l'aspirant Zacharie avait en sa faveur les trois forces classiques avec lesquelles n'importe qui aurait pu se hisser au sommet.

Il avait la direction spirituelle de son père. Il avait l'influence et le soutien total de l'un des hommes les plus influents au sein et en dehors du Sanhédrin, Siméon le Babylonien, le Shemayas des sources juives traditionnelles. Dans ces sources, Abijah est appelé Abtalion, une déformation de l'hébreu original. Par cette perversion des sources hébraïques, l'historien juif entendait cacher aux yeux du futur les liens messianiques entre les générations antérieures à la Nativité et le christianisme lui-même. Par-dessus tout, et surtout, Zacharie avait l'esprit d'intelligence que son Dieu lui avait donné pour mener à bien son entreprise.

Sur l'ordre de Dieu dans la saga des restaurateurs menés par Abijah et Siméon le Babylonien, dont les noms - je l'ai dit - ont été pervertis par les historiens juifs ultérieurs afin d'enraciner l'origine du christianisme dans l'esprit d'un fou, Dieu a répété le jeu joué entre ses deux serviteurs en suscitant dans le fils de Siméon l'esprit précurseur qui engendrerait dans le fils de son partenaire.

Ayant refusé la victoire aux pères, parce que la gloire du triomphe était réservée à leurs fils, le fils d'Abijah étant plus grand que celui de Siméon, Dieu dans son omniscience a voulu que le fils de Siméon, Siméon comme son père, ait pour maître le fils d'Abijah, fermant l'amitié qui existait déjà entre eux par des liens qui durent pour toujours.

Comme son père également, Siméon le Jeune semblait né pour jouir d'une existence confortable et heureuse, loin des préoccupations spirituelles du fils d'Abijah.

En effet, Siméon le Jeune unit son avenir à celui de Zacharie en mettant à son service la fortune qu'il héritera de son père.

Il devait être bien insensé - Zacharie parlant - de compter sur de tels pouvoirs pour échouer dans sa tentative de s'élever à la pyramide de la bureaucratie templière et de se hisser au sommet en tant que directeur des archives historiques et généalogiste en chef de l'État théocratique dans lequel, après la conquête de Juda par Pompée le Grand, l'ancien royaume des Hasmonéens a été converti. Cette incapacité surmontée par l'intelligence sans mesure que lui donne son Dieu pour se frayer un chemin, Zacharie atteint le sommet et plante sa bannière sur le plus haut pinacle de la structure du Temple.

Les temps étaient durs de toute façon. Les guerres civiles ont ravagé le monde. L'horreur était la norme. Dieu merci, l'échec de Siméon et d'Abijah s'est terminé par un happy end compensatoire.

Après la mort de la reine Alexandra, ce qui avait été prévu depuis longtemps s'est produit. Aristobulus II revendique la couronne pour lui-même, combat son frère Hyrcanus II sur le champ de bataille et remporte la victoire. Mais s'il rêvait de légaliser son coup d'État, il a vite compris son erreur.

Le monde n'était plus prêt pour un retour à l'époque de son père. Les sadducéens eux-mêmes refusaient déjà de perdre les prérogatives que le Sanhédrin leur avait conférées. Ni les Sadducéens ni les Pharisiens ne souhaitaient un retour au statu quo antérieur à l'inauguration du Sanhédrin. Évidemment les Pharisiens moins que les Sadducéens. Il a donc été convenu d'introduire dans le tableau le père du futur roi Hérode, Palestinien de naissance, Juif par force. Sur les ordres des Pharisiens, Antipater engage le roi des Arabes pour évincer Aristobulus II du trône.

La manœuvre consistant à faire peser le poids de la rébellion sur les épaules d'Hyrcanus II était un stratagème du Sanhédrin pour se tenir à l'écart en cas de défaite des forces engagées. La guerre en cours fut résolue en faveur d'Hyrcanus grâce à la prescience divine, qui plaça entre les frères le général romain du moment, en promenade triomphale à travers les terres d'Asie. Nous parlons de Pompée le Grand.

Après avoir conquis la Turquie et la Syrie, le général romain reçoit une ambassade des Juifs qui le supplient d'intervenir dans leur royaume et d'arrêter la guerre civile dans laquelle les passions les ont entraînés. C'était dans les années soixante du premier siècle avant Jésus-Christ.

Pompée accepte d'arbitrer entre les deux frères. Il leur ordonna de se présenter immédiatement pour lui expliquer pourquoi ils s'entretuaient. Qui était Caïn, qui était Abel ?

Pompée n'entrait pas dans des discussions de cette nature. Avec l'autorité d'un maître de l'univers, il prononça des paroles de sagesse et fit connaître son jugement solomonique sur l'affaire. À partir de ce jour et jusqu'à nouvel ordre, le royaume des Juifs est devenu une province romaine. Hyrcanus II est rétabli comme chef d'État et Antipater, le père d'Hérode, comme chef de son personnel. Quant à Aristobulus, il devait se retirer dans la vie civile et oublier la couronne.

Et c'est ce qu'il a fait. Puis Pompée est parti avec les aigles romains pour achever sa conquête de l'univers méditerranéen, laissant les cloches sonner à Jérusalem pour la solution adoptée, la meilleure de toutes les pires.

À cette époque, le dragon de la folie trottait à l'aise dans les confins du monde antique. Il le faisait depuis la nuit des temps, mais cette fois, lors des guerres civiles romaines, plus sage par l'âge que par le génie, les langues de feu du Diable ont créé plus d'hommes mauvais que jamais auparavant. Contrairement aux autres langues qui ont fait des saints, les langues du Diable ont enfanté des monstres qui ont vendu leur âme à l'enfer au nom de la puissance éphémère de la gloire des armes. Comme une Superstar signant des contrats de mariage de sang avec les mariés de la Mort, le Prince des Ténèbres signait des autographes tout penaud, espérant dans sa folie manifeste obtenir de son Créateur les applaudissements dus à celui qui a donné un ultimatum à Dieu.

Le décompte des morts dans les guerres mondiales romaines n'a jamais été enregistré. L'avenir ne saura jamais combien d'âmes ont péri sous les roues folles de l'Empire romain. En lisant les chroniques de cet empire des ténèbres sur Terre, on oserait dire que le Diable lui-même avait été engagé comme conseiller des Césars. Une fois de plus, la Bête a parcouru les extrémités de la terre en exécutant sa volonté souveraine.

Au milieu de ces temps sanglants, alors que même un aveugle pouvait voir l'impossibilité de s'opposer au nouveau maître de l'univers, pire encore si l'aspirant n'était qu'une mouche sur le dos d'un éléphant, contre toute logique et tout bon sens Aristobulus II passa le jugement solomonique de Pompée le Grand et se déclara en rébellion armée contre l'Empire.

L'ambition illimitée pour le pouvoir absolu ne connaît ni race ni temps. L'histoire a vu le lièvre sauter plus de fois que les annales des nations modernes ne peuvent s'en souvenir. Apparemment, le fossé entre l'homme et la bête est moins dangereux que le saut de l'homme au statut de fils de Dieu. Et pourtant, ceux qui refusent à l'homme ce qui lui appartient par droit de création sont ceux-là mêmes qui défendent ensuite l'idée d'évolution par le feu et l'épée. Nous ne savons pas si le Doute sur les intentions de Dieu en créant l'Homme cache dans la Science une rébellion ouverte contre l'étape finale programmée dans nos gènes depuis les origines des âges historiques. En fin de compte, ce pourrait n'être qu'une question de fierté crânienne élevée au carré par sa puissance. En d'autres termes, il n'y a pas de déni de l'existence de Dieu ; ce qui existe, c'est le refus de vivre une chronique annoncée. Je veux dire, pourquoi devrions-nous être les objets passifs d'une histoire écrite avant notre naissance ? Ne vaut-il pas mieux être les sujets actifs d'une tragédie écrite par le Destin ?

Les profondeurs de la psychologie humaine ne cessent de surprendre. Dans l'obscurité des fosses abyssales de l'esprit, des créatures luminescentes aussi belles que des étoiles dans la nuit se transforment soudainement en dragons monstrueux. Leurs flèches enflammées dévorent toute paix, violent toute justice, nient toute vérité. Et en convoitant le pouvoir des dieux rebelles, ils donnent raison à ceux qui ne croient pas à l'évolution lorsqu'ils prétendent qu'après l'homme, il y a autre chose.

Après tout, il ne s'agit pas tant de croire ou de ne pas croire, mais de choisir entre l'être de la Bête et celui des enfants de Dieu.

À cet égard, Aristobulus II avait une structure mentale très typique de son époque. Soit il avait tout, soit il n'avait rien. Pourquoi partager le pouvoir ? Entre Caïn et Abel, il avait choisi le rôle de Caïn. Et il ne s'était pas mal débrouillé. Pourquoi le Romain venait-il maintenant lui voler le fruit de sa victoire ?

Tant que Pompée le Grand lui imposait sa volonté à la pointe de l'épée et que le mythe de l'invincibilité du tueur de pirates tenait sa passion en échec, tout allait pour le mieux pour le sauveur de la Méditerranée. Dès que Pompée avait le dos tourné, la fibre hasmonéenne d'Aristobulus ressortait et il se consacrait à ce qu'il savait le mieux faire, la guerre.

La façon dont il a compris comment faire la guerre, il l'a au moins mise en pratique.

Partout où il a roulé, il s'est consacré à laisser sa marque. Une ferme par-ci, une ferme par-là, Judée devait se souvenir longtemps du fils de son père. Feu, ruine, désolation, que l'histoire soit écrite, et que ce qui est écrit le soit, sinon dans les annales de l'histoire, du moins sur le dos du peuple !

L'Ancien Serpent devait savoir que le Jour de Yahvé approchait, un jour de vengeance et de colère. Le Léviathan dans la ligne de mire de l'enfer redoubla le feu en lui et du haut du pinacle de sa gloire maudite, il entreprit de mener l'armée des ténèbres à son impossible victoire.

Frère contre frère, royaume contre royaume. Même le tout-puissant Sénat romain a tremblé de peur le jour où César a traversé sa propre Mer Rouge particulière. A cause du Conquérant de la Gaule qui venait d'être acclamé seigneur de l'Asie, ce même Pompée a été vu traversant la Grande Mer comme un chat pour être tué comme un pou sur une plage sur les ordres d'un pharaon en jupons.

Il se rendit jusqu'en Égypte à la poursuite de son ancien associé qui avait transformé un fleuve en une phrase de légende, et là, il aurait été enterré par le même pharaon qui avait tué Pompée si les armées provinciales d'Asie n'étaient pas providentiellement intervenues en sa faveur, parmi les escadrons desquelles la cavalerie des Juifs excellait en courage et en bravoure, lui donnant la victoire et, plus important encore, lui sauvant la vie. Un salut qui a valu aux Juifs de l'Empire les remerciements les plus libéraux de César, et qui a rendu à la nation sa renommée perdue de vaillants guerriers.  

C'est la nécessité qui pousse les puissants à avoir besoin les uns des autres qui a jeté le chef d'état-major juif dans les bras du nouveau maître de l'univers méditerranéen, gagnant pour le peuple juif les honneurs de la grâce, comme je l'ai dit, et pour lui et sa maison l'amitié de celui qui est reconnaissant parce qu'il est bien né, celle du seul et unique Jules César.

Cette dernière grâce n'est pas aussi bien passée à Jérusalem que dans les cercles familiaux de la personne concernée. Mais étant donné la persistance du fils de l'Hasmonéen à suivre les traces de son père, il a été respecté comme un mur de soutènement. À cette époque, les Juifs n'avaient rien ou presque à craindre de la ruée fulgurante d'Hérode le petit Hérode vers le pouvoir.

Pas même lorsque Hérode a fait preuve de courage pour démanteler les forces des brigands galiléens et les condamner à mort au mépris des lois du Sénat juif ?

Profitant de sa position de lieutenant des forces du Nord, Hérode s'empare des brigands, démantèle leurs bases et condamne leurs chefs à mort. Rien d'inhabituel s'il s'agissait d'un dirigeant juif. Le problème était qu'en s'arrogeant les fonctions du Sanhédrin - juger et condamner à mort - l'ambition personnelle d'Hérode était exposée et obligeait le Sanhédrin à se couper les ailes pendant qu'il en était encore temps.

La question du jugement du chiot iduméen était complexe en raison de son parrain, César lui-même. L'idée était que si ses ailes n'étaient pas coupées, personne ne pourrait arrêter sa carrière flamboyante vers le trône.

Siméon le Babylonien et Abijah ont présenté cet argument aux autres membres du tribunal qui s'étaient réunis pour juger Hérode. Avaient-ils été épargnés par l'usurpation du trône de David par un Juif de naissance pour voir un Palestinien y poser son cul ?

N'ayant pas peur du chiot iduméen, Siméon le Babylonien a énoncé sa sentence devant eux tous : soit ils le condamnaient à mort maintenant qu'ils l'avaient à leur merci, soit ils se repentaient de leur lâcheté le jour où le fils d'Antipater s'assiérait sur le trône de Jérusalem.

Hérode se retourna pour regarder le vieil homme qui lui prophétisait à la lumière du jour ce qu'il avait si souvent vu dans ses rêves. Étonné de trouver parmi les lâches un homme courageux, il jura là, en présence de tous ses juges, que le jour où il porterait la couronne, il les passerait tous par l'épée. Tous, sauf le seul homme qui avait osé lui dire en face ce qu'il ressentait.

Quand Hérode était roi, c'est la première mesure qu'il a prise. À l'exception de son propre prophète, il décapite tous les membres du Sanhédrin.

 

La généalogie de Jésus selon Luc

 

LE COEUR DE MARIE