web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE TROIS

"JE SUIS LE DÉBUT ET LA FIN".

XXI

L'origine des dieux

 

C'est l'origine des dieux du Ciel. Ils sont nés au pied de la montagne de Dieu.

Il leur a donné leurs noms et leur a fait connaître les siens. Leur nom était Yahvé, il était Dieu et ils étaient ses frères. Ils étaient les frères de Yahvé, le Premier-né des dieux. Né immortel et indestructible, Yahweh Dieu a vécu avec ses frères un temps merveilleux. Son cœur était rassasié par la compagnie de ses égaux. Son âme a savouré sa victoire avec l'intensité du guerrier qui danse la danse des héros après la défaite de l'ennemi. Son ennemi était sa solitude ; ils étaient sa victoire vivante sur l'enfer qu'il verrait un jour avancer à partir de cette solitude ancrée dans son cœur. Dieu a dansé avec ses frères dans le feu de la joie comme David dans les rues de Jérusalem le lendemain de la défaite de Goliath. Pour ses frères, l'Éternel Dieu a construit une ville au sommet de sa montagne. Il l'entoura de murs, chacun d'un bloc entier, chaque bloc d'une couleur, chaque couleur de la couleur d'une pierre précieuse. Comme s'ils avaient une vie propre, ou une étoile en eux qui pulsait ses lumières vers les frontières qui ne finissent jamais, de ces murs des soleils ont éclaté, colorant le ciel et le transformant en Paradis des Merveilles. Dans ces murs divins, il a construit pour lui et ses frères une ville qu'il a appelée Jérusalem. Eux, les Frères de Yahvé Dieu, étaient les dieux de Sion, ceux qui habitent la Cité de Yahvé, la Jérusalem éternelle dans les murs indestructibles de laquelle Yahvé Dieu, le Premier-né des dieux, a sa résidence.

XXII

De ses murs, les Frères de Dieu ont vu croître l'explosion de la vie, qui ne s'arrête jamais et habille le Paradis de Dieu de forêts enchantées, de chaînes de montagnes aussi hautes que l'Himalaya, constellées d'aigles géants aux os de glace métallique, en apesanteur comme des plumes solides comme l'acier.

La fantaisie divine débordante qui a si longtemps sommeillé dans le cœur du Guerrier s'est réveillée sublime, et l'appel à la Sagesse est allé avec Elle peindre sur la toile céleste des paysages dépassant la fantaisie de nos plus illustres génies. L'inspiration du Créateur s'élevant de la pression du bonheur qu'il éprouvait, Dieu conçut dans son esprit une Nouvelle Création. Il a pris les dieux et les a conduits de l'autre côté de l'ortho du Ciel, au-delà des frontières toujours plus étendues du Paradis. Comme celui qui invite à prendre place et à s'asseoir pour contempler un spectacle merveilleux, Dieu a ouvert la Création du Nouveau Cosmos.

XXIII

Voici le Principe de la Création du Champ de galaxies entourant l'Univers des Cieux, la Région Locale, dont le Cœur est le Ciel, un Monde né pour abriter dans sa terre l'Arbre de Vie, et autour duquel le Monde des Cieux de la Région Locale étend l'océan de ses continents d'étoiles.

Désireux de procéder à la Création du Nouveau Cosmos, des fleuves d'énergie sont nés du Bras Créateur Divin, qui, se répandant dans les régions extérieures de l'Univers des Cieux des Cieux, ont transformé l'Espace en un feu d'artifice où chaque explosion marquait la fin d'une galaxie.

La nuit était suivie du jour ; l'aube était une nouvelle explosion de feux d'artifice dans la pleine lumière de l'aube de la nouvelle ère qui s'était ouverte ; et chaque explosion marquait le début d'une nouvelle galaxie.

Telle est l'origine du nouveau cosmos. Dieu a transformé toute la matière incréée entourant Son Monde en énergie ; Il a ensuite transformé toute cette énergie en Nouvelle Matière. Telle est l'origine des galaxies qui existent aujourd'hui et qui entourent la Région Locale.

Dieu a donc créé le Cosmos pour qu'il continue à croître éternellement. Cette croissance est comparable à une onde qui, en s'étendant à travers l'Éternité, sans perdre son énergie originelle, double son rayon par le carré de la vitesse de la lumière en rayonnant dans l'Infini.

Cette rivière d'énergie cosmique se déverse dans le champ d'espace-temps qui entoure l'ensemble de la Création ; un champ créatif dans lequel l'énergie produite par le champ des galaxies entre et commence son voyage vers les étoiles. Telle est l'origine des étoiles.

Lorsque les étoiles naissent, le faisceau et l'océan par lesquels l'énergie navigue du microcosme au macrocosme étant invisibles, les étoiles annoncent leur naissance par une explosion de lumière.

Comme la naissance des étoiles se produit en essaim, on parle d'un Big Bang ; mais il serait plus correct de parler de l'allumage et de l'extinction d'une ampoule, non pas de destruction mais de création. Et plutôt qu'une explosion, une implosion.

Une erreur encore plus grande est de concentrer la création de la Matière en un seul moment dans le Temps et l'Espace. Il n'y a pas eu un seul Big Bang ; il y en a eu plusieurs ; et il n'y en aura jamais, car le processus de transformation de l'énergie cosmique en matière astrophysique est constant, autonome, et s'étend à l'infini pour l'éternité, ayant toujours en Dieu la Source à laquelle l'Océan d'espace-temps est alimenté à l'origine de la Création du Nouveau Cosmos.

XXIV

Mais à l'issue de ce Principe de la Création de toutes choses, ce mouvement était sur le point de périr et d'être détruit à jamais.

Lorsque Dieu le Créateur, le Seigneur de la Matière, de l'Espace et du Temps, eut fini de mettre en branle ce processus de création de galaxies, heureux de la joie de l'artiste, du génie conscient d'avoir étonné son public, et fou de joie de dire à ses Frères :

"Viens, traquons un rayon de lumière jusqu'aux frontières de notre univers ; accompagne-moi, traquons l'aigle d'Andromède à travers les chaînes de montagnes d'Orion", alors que déjà Son cœur battait d'un bonheur parfait, le jour de l'Origine de toutes choses prit un tournant et devint le jour le plus dur de Son existence.

Qu'a-t-on trouvé en réponse à Son invitation sur les lèvres des dieux, Ses Frères ?

Sur les lèvres des dieux pendait, lourde comme une dalle, la vérité qu'ils venaient de découvrir :

"Yahweh Dieu était le seul vrai Dieu vivant."

Ils étaient ses frères parce que, dans leur besoin de cette égalité, Yahvé Dieu s'était tellement donné pour surmonter la solitude qui l'entourait un jour avec son enfer, qu'en surmontant la dernière frontière, la création de la vie à son image et à sa ressemblance, il croyait avoir trouvé la victoire finale qui lui avait été refusée.  

XXV

Il les a traités comme de vrais Frères et de vrais dieux ; Il les a adoptés comme Frères avec la sincérité et le dévouement de celui qui donne tout et oublie tous les mauvais moments et se plonge dans les bons moments à venir sans aucune crainte d'être à nouveau dépassé par les orages qui ont déchargé sur leur solitude leur tonnerre et leurs éclairs. Mais maintenant qu'ils avaient découvert en Yahvé Dieu le seul vrai Dieu vivant : comment pouvaient-ils se tromper eux-mêmes en croyant ce qu'ils n'avaient jamais été ?

C'étaient des créatures. Juste ça, Créatures.

Ils étaient des Créatures comme ces galaxies qu'Il était en train de créer ; comme le Ciel même qui leur a donné naissance, comme l'Univers qui venait de naître.

Comment pourraient-ils le regarder à nouveau avec les yeux de celui qui se croit égal, un autre membre de leur Famille ? Comment pourraient-ils empêcher leurs genoux de plier et d'adorer leur Seigneur et Créateur ? Ne savaient-ils pas que dès que Yahvé Dieu poserait les yeux sur eux, son âme se briserait en voyant dans leurs yeux l'échec du Guerrier qui cherchait en eux le Frère qu'il n'a jamais eu et n'aura jamais ? Comment pouvaient-ils suivre le seul vrai Dieu vivant à travers des espaces cosmiques dont ils ne comprenaient pas l'immensité et dont les forces ne pouvaient être appréciées que par celui qui était né parmi eux ?

L'origine des dieux, leur origine, l'origine des Frères de Yahvé, c'était cela, et maintenant ils le savaient. Leur origine était le besoin de Lui, le Dieu incréé, de surmonter la solitude qui avait saisi le Sage tout-puissant qu'ils venaient de voir en action. Ils avaient été Sa victoire ; et maintenant ils étaient Son échec. Comment pouvaient-ils relever la tête et oser ouvrir la bouche ? Qu'allaient-ils Lui dire : Nous sommes désolés, notre Seigneur et Créateur, mais nous Te comprenons ?

XXVI

Et ce fut le cas. Lorsque Yahvé Dieu, le Premier-né des dieux, a ouvert la Création des galaxies et a tourné son visage vers ses Frères, lorsqu'il est allé ouvrir sa bouche pour les inviter à naviguer dans le Cosmos, il a trouvé ses Frères à genoux, n'osant pas le regarder dans les yeux et subissant déjà ce qu'ils savaient qu'il allait arriver. Et ils le savaient parce qu'ils Le connaissaient si bien, ils L'aimaient tant qu'ils savaient qu'Il réagirait comme Il allait réagir, comme Il réagissait, comme Il réagissait. "Yahweh Dieu, Seigneur et seul vrai Dieu !" fut la déclaration qui coula de ses lèvres. Dans ces quatre mots était contenu tout le mystère de son passé, de sa vie, de son présent, de son avenir : Seigneur seul vrai et vivant Dieu.

XXVII

Yahvé Dieu a regardé dans le cœur de ses Frères et a vu dans leur esprit comme vous et moi voyons à travers la vitre. Dieu n'a rien dit. Il n'a laissé transparaître aucune émotion. L'illusion brisée du génie qui termine son œuvre et attend les acclamations joyeuses de son public inconditionnel et dévoué, est devenue la tristesse de celui qui découvre le silence absolu dans la salle. Ne sachant comment réagir, mais seulement faire demi-tour et disparaître de la scène sans aucune trace de son existence, Yahweh Dieu s'est perdu dans les distances de l'autre côté du Cosmos nouvellement créé. Et tandis qu'Il se retirait de la scène de Sa création, cette solitude éternelle et infinie qui est la sienne, et contre laquelle Il avait élevé tout ce merveilleux spectacle, commença à croître dans Son Être comme une étoile semée dans Son âme par l'enfer lui-même. Plus le feu de sa solitude éternelle brûlait en lui, plus Yahvé Dieu se détournait rapidement de tout ce qu'il aimait. Plus il fuyait son destin, plus cette étoile des abîmes brûlait dans son être. Plus son échec le brûlait, plus la rage, la colère, l'impuissance et la frustration prenaient possession de son être. Plus ces émotions incontrôlables grandissaient en lui, plus son Grand Esprit accélérait sa course au-delà des espaces infinis.  

XXVIII

Et alors qu'il naviguait sans contrôle dans la fuite de son propre destin, la tempête faisait rage dans son cœur. Éternité, Infini, Sagesse, pourquoi l'avaient-ils laissé en arriver à cette situation ? Pourquoi le jour où il a fait son premier rêve n'a-t-il pas été effacé de son esprit ? Quel péché avait-il commis pour être jeté de son paradis incréé dans l'enfer d'une création qui était une prison pour lui ? Qui ou quoi l'avait condamné à cet emprisonnement à vie ? Qui ou quoi avait signé sa condamnation à la solitude éternelle ? Quel était son crime ? Le jour où il a rêvé d'immortalité pour toutes les créatures, pourquoi cette pensée n'a-t-elle pas été arrachée de son esprit ? Son crime était-il si grave qu'il avait été expulsé de son paradis et ainsi condamné ? À quoi lui servait-il d'avoir découvert le Créateur dans son Être si, avec cette découverte, il avait reçu cette sentence ? Toute sa victoire avait-elle été réduite à une illusion ? À quoi lui servait-il d'être ce qu'il était s'il n'avait personne avec qui jouir de son Être et ne l'aurait jamais fait ? Avec qui rirait-il quand son cœur éclaterait de joie ? Avec qui naviguerait-il dans les galaxies à l'aventure pour découvrir de nouvelles frontières ? À qui parlerait-il comme Toi à Toi si même les dieux restaient muets, incapables de lui parler d'égal à égal ? Une angoisse si dévastatrice et mortelle s'est emparée de son être que Yahvé Dieu a cru qu'il était devenu fou de douleur.  

XXIX

Désespéré, fou de douleur, il a donné libre cours à sa tragédie, et de son bras tout-puissant et omnipotent, des obus d'énergie destructive ont balayé l'espace, réduisant en miettes toute matière sur leur passage. 

"Prison" ? Non, cimetière", a crié Yahweh Dieu à l'Éternité et à l'Infini alors que l'explosion de leur douleur devenait incontrôlable.

"Ne voulez-vous pas ma mort ? Je vais vous creuser ma tombe.

Fou de chagrin, se sentant vaincu et coulé, incapable de triompher de sa solitude, de ce même Bras qui, il y a peu de temps, avait fait jaillir des champs d'énergie transformant l'ancien univers en un Nouveau Ciel plein de couleurs et de sons, Comme celui qui transforme par sa magie le désert en un verger paradisiaque peuplé d'oiseaux exotiques et de toutes sortes de créatures fantastiques, de ce même Bras magique sortirent dans cette terrible Heure des rayons d'énergie destructive qui s'emparèrent de la lumière elle-même et la tordirent jusqu'à la faire voler en éclats sous le poids de sa vélocité infinie.

Le Guerrier et le Sage, comme possédés par l'insupportable douleur de la défaite, s'acharnaient à détruire l'indestructible, à se détruire eux-mêmes, et dans leur destruction à enterrer avec eux l'Infini et l'Eternité, un cimetière digne d'un Dieu, une tombe à leur mesure.  

XXX

Comment comprendre cette Heure de catharsis libératrice que Dieu a vécue dans ses cris ? Comment oser imaginer la nature des champs d'énergie antimatière que, dans sa douleur, Dieu a répandu dans les espaces ultracosmiques ? Comment décrire que, dans sa douleur inimaginable, le souvenir du grand amour que ses Frères lui avaient inspiré a triomphé de sa torture, et que les rayons de son désespoir n'ont pas atteint le Monde qu'il avait construit uniquement pour eux et pour elles ? Par quels chiffres et par quel type de mesures calculerons-nous le temps et l'intensité de cette Heure de catharsis libératrice ? Combien de kilos d'énergie destructrice Dieu a-t-il pu générer avant de tomber comme mort aux pieds de la fille de l'Infini et de l'Éternité ?

Comme mort, sans la volonté de respirer, sans la force d'ouvrir les yeux, sans l'envie de se réveiller à nouveau.

Combien de matière devrait être brûlée et réduite à l'obscurité avant que l'épuisement n'atteigne son bras et que son Être ne s'abandonne sur le cimetière qu'il a élevé autour de lui ? Quelle hauteur atteindrait la fosse, dans les murs sombres de laquelle un Dieu serait enterré ? Quel poids donner à la dalle pour la tombe d'un Dieu ? Combien de temps Yahvé Dieu a-t-il creusé lui-même sa tombe ? Quand, à quel moment toute sa douleur s'est-elle transformée en ténèbres flottant dans les espaces ultra-cosmiques, et Dieu est-il tombé comme mort, sans force, livré par la catharsis libérée ?

XXXI

En effet, Dieu, ce merveilleux Premier-né des dieux, ce guerrier et roi d'un empire qui intégrait jadis des mondes sans nombre, ce sage qui se plaisait à découvrir tous les secrets de la Science de la Création, cet aventurier naviguant sur la terre de l'autre côté de l'Ortho de l'Infini, ce Dieu de l'Éternité régentant les créatures du paradis de l'Incréation, cet Être gisait comme mort aux pieds de sa Bien-aimée, la Sagesse, son Épouse.

Elle serait la première chose qu'il verrait lorsqu'il ouvrirait ses yeux.  

XXXII

Combien de temps Celui qui était dans son Innocence plus aimé que cent mille univers est-il resté comme mort ? Comment dire : Il est resté comme mort si longtemps ?

Dieu n'avait pas la force de continuer à vivre, et ne souhaitait pas non plus se lever ! Qu'est-ce qui l'attendait, une solitude éternelle ? Mais enfin, il a ouvert les yeux. Son regard planait au-dessus de l'horizon, ses pensées vagabondaient sans but. Puis il l'a trouvée là.

Dieu a ouvert les yeux et l'a trouvée là, la fille de l'Infini et de l'Éternité, à côté de Lui, murmurant à son oreille ses mots d'amour : "Tu es, mon Bien-aimé, le vrai Dieu. Tu es Dieu, notre Fils, est en Toi".

Alors, des lèvres divines sont sorties ces paroles de vie : "Vrai Dieu du Vrai Dieu, engendré, incréé, Incréé, de la même nature que le Père...."    

 

XXXIII

Le livre de la vie

 

LE COEUR DE MARIE