web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LE COEUR DE MARIE

VIE ET TEMPS DE LA SACRÉE FAMILLE

CHAPITRE UN

LE PREMIER ET LE DERNIER

 

Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham...fils de David...fils de Zorobbabel, fils d'Abioud, fils d'Eliakim, fils d'Azor, fils de Zadok, fils d'Aquim, fils d'Elioud, fils d'Eleazar, fils de Matthan, fils de Jacob...

 

MARIE DE NAZARETH

La Vierge est née à Nazareth, au cœur de la Galilée. Comme tout le monde le sait, grâce aux évangiles canoniques, le père de la Vierge s'appelait Jacob et sa mère Anne. Jacob de Nazareth, le père de Marie, est mort alors que Marie était très jeune. Un beau jour, son esprit est monté au ciel et n'est pas revenu. Cela s'est passé pendant les années du règne d'Hérode.

Le défunt a laissé derrière lui des orphelins, un orphelin et une veuve. Du point de vue des choses humaines, Jacob, fils de Matthan, fils du roi Salomon, fils de David, roi et prophète, est allé mourir à un mauvais moment. La mort, bien sûr, n'arrive jamais au bon moment. Mais malgré toutes ces mauvaises choses, Jacob de Nazareth est allé mourir au meilleur moment possible.

Ces grandes sécheresses qui, pendant tant d'années, ont ravagé les provinces du Moyen-Orient, avaient enfin disparu ; les fameuses vaches grasses qui, un moment, avaient semblé ne jamais devoir revenir, revenaient, toutes plus rebondies les unes que les autres ; elles étaient revenues et promenaient leur abondance sur les champs de toutes les provinces de l'ancien Levant, quand les Grecs et les Romains.

L'horizon lumineux tant attendu, supplié, désiré, demandé dans d'innombrables processions Temple d'en bas Temple d'en haut, s'était aussi approché, bien sûr, des collines de Nazareth. Son rayonnement commençait déjà à briller dans les yeux de ses habitants avec la lueur de l'étoile des prières entendues, du souhait exaucé. Les bergers de la Galilée, les pêcheurs de la Mer des Miracles, les agriculteurs des vallées du Jourdain, les artisans du pays dans les ténèbres du désespoir, tous ensemble sont descendus dans les rues pour célébrer les années des vaches grasses. Enfin, elles étaient arrivées !

La Maison de la Vierge a profité de la joie générale avec l'intensité de ceux qui ont mal vécu, aussi mal que les autres, moins bien que les autres, pas beaucoup mieux que la plupart des gens qui ont vraiment mal vécu pendant ces longues années... Ils étaient si nombreux !

Ce n'était pas seulement cette sécheresse. Ce sont également ces tremblements de terre qui ont ravagé le Moyen-Orient, répandant la famine des montagnes du Liban aux rives de la mer Rouge. Et plus encore. Aussi terribles qu'aient été ces années de grand désespoir, la politique fiscale du tyran Hérode jouait la carte de la hache, coupant toutes les têtes qui parvenaient à rester à flot. Sous Hérode le Grand, respirer est devenu un crime. Le droit à la parole était interdit. La qualité sacrée qui fait la différence entre l'homme et la bête était sanctionnée, et son exercice condamné au mieux au bannissement, au pire à la peine capitale. Tant de places fortes ont été construites par Hérode, tant de gibets ont été comptés en Israël. De tous les métiers, la prostitution est le plus ancien, mais le seul qui ne s'est jamais démodé à l'époque d'Hérode le Grand est celui de bourreau. Comme c'est drôle, alors que le jour du Jugement dernier arrivait ou non, les petits de la famille du Tyran se construisaient des palais avec des blocs de marbre ! Et des forteresses dignes d'un empereur, et des casernes et des garnisons militaires contre une éventuelle insurrection de ceux qui sont capables de faire tomber les murs de l'enfer.

Ni les Pharaons !

Le pharaon de Moïse était mauvais, les Hérodes étaient pires. Et, pendant ce temps, alors que le tyran dévorait un fils ou un frère, le peuple continuait à subir des calamités physiques et spirituelles dont, lorsqu'elles se produisent, on ne veut même pas se souvenir. Qui se souviendrait de ces années de vaches maigres lorsque les deux mille ans auront passé ? Cependant, la schizophrénie du tyran, la schizophrénie du tyran restera dans les mémoires de l'Histoire : Hérode le Grand ! Ce meurtrier n'avait besoin que de ça, d'être autorisé à tuer à volonté. Ses fils, ses frères, sa femme, ses amis, ses ennemis, qu'ils soient innocents ou non. La permission de César lui-même de violer toutes les lois du droit romain.

Sous le règne d'Hérode, il est arrivé un moment où il suffisait de bouger les lèvres pour que la justice tombe sous les roues de sa paranoïa meurtrière. Les Romains - il faut le dire - ont commis de nombreuses erreurs ; de toutes celles que s'est permises Octave César Auguste, donner la Couronne des Juifs à un Palestinien est un échec que le Juge de l'Univers lui-même doit avoir du mal à pardonner.

Mais revenons au sujet de la vie de la Vierge et de sa famille. Jacob de Nazareth, le père de Marie, venait de mourir.

Précisément parce qu'Anne, la veuve de Jacob de Nazareth, et ses filles aînées Marie et Jeanne avaient presque oublié le genre de bataille que l'homme qui leur était si cher avait dû livrer contre les éléments de cet été sans fin, on comprend que sa perte, maintenant que la lumière de l'espérance commençait à engendrer dans les mamelles des vaches de l'étable l'or de l'abondance, ait été infiniment plus insupportable et plus dure pour la mère de la Vierge que la perte de son mari.

Anne et Jacob de Nazareth ont surmonté toutes les mauvaises choses avec courage et ont répondu aux mauvais moments avec le bon visage de ceux qui marchent dans la paix de Dieu. Jacob de Nazareth et Anne ont aussi rêvé des jours de vaches grasses pendant tous les jours des dernières années, comme tout le monde ; et ils ont ri des mauvais moments en donnant naissance à six enfants.

Il s'est avéré qu'au lieu de laisser les mauvais moments creuser un fossé entre eux, Jacob et la dame se sont rapprochés encore plus étroitement, si possible, dans l'étreinte de l'amour qui les a fait s'émerveiller d'être ensemble. Mary était appelée le premier-né du défunt ; puis venait Jeanne. Ils ont été suivis par des jumeaux, puis par une autre fille, et le fleuve de la vie a été fermé par l'enfant de la maison, Cléophas, un bébé dans ses jours de lait lorsque son père est mort.

"Maintenant que le soleil brille à nouveau, ma fille, le Seigneur me laisse seule avec mes six enfants ; qui m'apprendra à vivre sans ton père, Marie ?" Ainsi la mère de la Vierge répandit son âme saignante. La jeune fille recueillit sur ses genoux les larmes de la mère qu'elle aimait tant. Comme toute petite fille qui s'est perdue dans une forêt d'inconnus, la Veuve pleure à chaudes larmes. Dans le cœur de Marie, cependant, la présence de son père s'était simplement endormie.

Marie pouvait encore voir, sentir, ressentir, entendre son père tout sourire lorsqu'il répondait à ses questions et à celles de sa sœur Jeanne sur le Seigneur. Marie le voyait encore traiter avec les moissonneurs, les maraîchers et les éleveurs du village avec la joie et la force d'un homme respecté, estimé et considéré comme honnête d'un bout à l'autre du district. Son père était le genre d'homme qui vous regardait dans les yeux, droit dans les yeux, sans doubles standards. On pouvait lire dans les yeux de Jacob de Nazareth la sincérité qui transparaissait dans ses paroles.

Quand les années de vaches maigres sont arrivées, le père de Marie était l'homme de la situation. Comme les champs ne produisaient plus assez pour payer des salaires supplémentaires, Jacob de Nazareth prit sur lui la charge d'extraire de ses champs au moins quelques sacs d'amandes, quelques arrobas d'huile, quelques mesures de blé, quelques quintaux des fameux vins de la maison. Ses deux filles aînées, Marie et Jeanne, savaient aussi bien que sa veuve contre quel genre de soleils stériles l'homme devait se battre ! Dieu merci, même si elles étaient petites, Marie et Jeanne étaient là pour aider avec les olives en hiver, avec les amandes, les figues et le blé en été, avec les animaux en automne, en été, en hiver et au printemps. Ce que la Veuve de Jacob de Nazareth donnerait maintenant pour se lever à l'aube du matin et préparer du lait, du pain et de l'eau pour le père de ses filles !

Marie savait très bien que pour voir son père se relever à l'aube, dire au revoir à ses filles avec ce sourire dans les yeux, sa mère donnerait sa propre vie. Mais il n'y avait rien à faire pour faire reculer la meule du temps. Maintenant, il était temps de vivre, de choisir entre le mari mort et les enfants vivants.

Des deux filles, Marie et Jeanne, Jeanne était la plus jeune, un an de moins que Marie. Marie était la plus âgée, la plus grande de la maison. Mystères de la vie, c'est elle, Jeanne, la plus jeune des deux, qui s'intéressait davantage à la campagne ; peut-être parce que Juana avait hérité de son père le goût de l'odeur des arbres en fleurs et le plaisir de contempler les couleurs de l'horizon à l'aube.

En regardant les deux sœurs, n'importe qui aurait dit que c'est Marie qui aurait dû aimer le vent dans les cheveux au crépuscule ; mais c'est en Jeanne, la plus jeune, dont le corps était presque aussi petit que celui de sa mère, l'âme dans laquelle son père a versé son amour pour le rouge de la terre vivante. En Marie, la force de vie est venue de sa mère. Sa mère lui a légué tout son art de la couture et de la confection. Ce qui était important pour Marie, c'était la famille, la maison.

Ainsi, lorsque les mauvais jours sont arrivés, que les vaches sont devenues maigres, que l'argent s'est fait rare et que les besoins à couvrir ont commencé à se multiplier jusqu'à six fois en deux ans seulement, Marie s'est révélée être une couturière née. À l'âge où l'on dit que c'est le printemps de la vie, la fille aînée de Jacob de Nazareth pouvait raccommoder une robe et la rendre comme neuve en un rien de temps, ou tisser à ses sœurs un manteau de laine en quelques jours, sans jamais cesser d'être le bras droit de sa mère. Et une fille modèle pour sa sœur Juana. Dans ce dernier cas, comme je l'ai dit, elle avait révélé une capacité innée à apprendre de son père la signification de l'impact des cycles lunaires sur l'agriculture, pourquoi les lapins mangent de la laitue, comment pousse réellement une vraie tomate, pourquoi on coupe les oliviers pour qu'ils ne fassent pas d'ombre et ne gâchent pas le goût de l'huile. En bref, un millier de choses.

Le fait est que Jeanne, en plus d'être l'œil droit de son père, était l'autre bras de sa sœur Marie, l'un pour son père et l'autre pour sa mère et les deux ensemble dans la joie, quand les vents ensoleillés et les gouttes froides et les sécheresses et les tempêtes d'hiver en été et la chaleur d'été en hiver et les pluies allaient et venaient, quand la tempête mettait les hommes à l'épreuve, essayant de prendre au Paradis ceux qui affichaient un visage heureux, à ce moment-là les deux sœurs étaient plus unies que jamais. Ces mauvaises années ont obligé les deux sœurs à travailler dur. C'est un devoir qu'ils ont adopté en silence, écrit dans le sang, battant au même rythme que le cœur de leurs parents. Chacune a laissé son âme s'ouvrir à ses dons particuliers et a agi selon le cours du mystère de la vie en chacun.

Les yeux de l'aînée, la vue de Marie, étaient faits pour découvrir l'aiguille dans la botte de foin ; ils ne manquaient jamais d'insérer le fil dans le chas de l'aiguille, sans même regarder. Les yeux de sa sœur Jeanne avaient besoin d'un horizon, d'un champ, d'un ciel ouvert. Au lieu de se disputer, les sœurs ont remercié le Dieu de leurs pères pour sa sagesse éternelle et son infinie bonté. Aux yeux des deux, leur père était un homme merveilleux.

" Pourquoi disons-nous que la sagesse du Seigneur est éternelle et sa bonté infinie ? ". Jacob de Nazareth dit à ses deux filles aînées. Parce qu'avec ses réponses il nous étonne et avec sa bonté il illumine nos visages", avec un sourire dans les yeux le père a répondu à ces deux filles, les yeux de son visage.

Combien ils aimaient l'homme que Dieu leur avait donné pour père ! Leur père poursuit : "Lorsque nous disons que la Sagesse du Seigneur est éternelle, nous déclarons de tout notre cœur et de tout notre esprit notre joie de savoir qu'Il ne ment pas. Mes filles, lorsque nous l'adorons pour son infinie bonté, notre joie est celle de celui qui s'est trouvé dans la fosse où les méchants ont jeté les bons, et qui, en levant le visage, a vu le Seigneur rire du savoir des djinns".

"Mes filles, il est difficile d'être bon", confesse Jacob de Nazareth à ses filles alors qu'elles traient les oliviers. "Quand ma Juanita a-t-elle fait culpabiliser sa Marie de ne pas avoir ses qualités pour le champ ? Quand maman a-t-elle grondé sa Juana de ne pas savoir coudre une robe aussi bien que sa Marie ? Que ferais-je sans ma Jeanne si elle ne m'apportait pas le déjeuner à midi, si elle ne me forçait pas à le manger ?".

Oh, comme ils se souvenaient de lui ; était-il vrai qu'il était parti ? Ils ne pouvaient toujours pas le croire. Avec le corps sans vie de leur père devant leurs yeux, Mary et Jane se regardent en silence. Mon Dieu, ils l'avaient vraiment perdu ?

Les deux sœurs embrassaient maintenant leur mère.

Abattue, la Veuve de Jacob de Nazareth continue de pleurer son malheur :

"Maintenant, Marie, maintenant que les vaches grasses arrivent, maintenant que ton père pourrait s'asseoir dans son vignoble et manger des grappes aussi grosses que celles de Polyphème et aussi douces que celles de Bacchus, Dieu me pardonne, à l'instant. Pourquoi, Seigneur, pourquoi ? Dites-moi en quoi votre serviteur vous a offensé".

Dieu, peut-on expliquer le lien entre les corbeaux et les malheureux ouvriers sur lesquels les Parques déposent leur manteau de mauvais augure ? Peut-on comprendre que Dieu est Dieu régnant sur le Diable ? Qui serait capable d'écrire le scénario de sa propre vie et de briller comme une étoile au moins aux yeux des partenaires de papier inventés à cet effet ! Un homme rêve que son destin est le sien, un enfant rêve de l'homme qui bat dans sa poitrine, pour découvrir au coin de la rue qu'un coup de vent suffit à réduire ses rêves à des morceaux condamnés aux ordures. Finalement, la vie humaine est celle du roseau, si le vent souffle, il se brise et ses restes tombent dans le puits de l'oubli. Qui n'a pas été tenté de se laisser mourir et d'en finir une fois pour toutes ? Ou bien serons-nous les plus forts jusqu'à preuve du contraire ?

Pour chacun, il y a un moment de vérité. Chaque créature a le sien. Et c'est à cette heure-là que l'être marche ou éclate. C'était l'heure de vérité pour la mère de la Vierge.

"Que sommes-nous, Marie ?" s'écria la mère de la Vierge pleurant la perte de son mari. "Nous luttons contre les éléments avec la force d'une créature d'argile. Nous élevons nos idoles en l'honneur de celui qui nous donne la victoire. Au Très-Haut nous dédions notre gloire. Mais le Tout-Puissant ne se lasse pas de nous voir réduits à l'état de bêtes. Le champion s'avance pour recueillir sa couronne lorsque la mort croise son chemin. Le Tout-Puissant se lève-t-il pour sauver le coureur solitaire et lui éviter de laisser son âme dans la course ? Pourquoi reste-t-il assis sur son trône tout-puissant et omniscient alors que les débris sont balayés de la piste par le vent ? C'est ce que nous sommes, ma fille, de la poussière qui rêve d'être un rocher, un rocher qui rêve d'être une montagne, une montagne qui rêve d'être un nid d'aigles ? Que deviendront tes aiglons maintenant, mon mari ? Qui se lèvera et les protégera quand le serpent ratissera la falaise et que leur mère ne saura pas défendre seule ses enfants ?

Quelle réponse pourrait-on donner à cette femme, quel fou aurait osé lui dire ce que ces visiteurs ignorants ont dit au Job de la Bible ?

"Tais-toi, vieux schnock", lui ont dit ces amis. "Si tu es en train de pourrir, c'est parce que tu es plus méchant que tous les diables réunis. Tu nous as tous trompés avec tes aumônes et tes bêtises. Dieu merci, le Seigneur a exposé votre fausseté et votre hypocrisie. Pour eux, le Dieu que vous avez essayé de tromper comme vous nous avez trompés vous punit. Tais-toi et souffre, vieil homme pourri".

Quels amis ! Ils voulaient forcer le pauvre Job à reconnaître que la misère naît de la misère, que celui qui a conserve parce qu'il avait, que personne n'est fort par caprice mais que le bonheur ou le malheur d'une personne fait sa valeur. Selon ces sages, les pauvres sont tous des pécheurs pervertis, des vicieux corrompus qui méritent ce qu'ils subissent ; les bons sont tous heureux, heureux mangeurs de perdrix, ils ont l'or, ils ont le pouvoir, ils sont les meilleurs, les élus de la providence, la race née pour être heureuse, et ils sont heureux parce qu'ils sont bons, et quand ils seront meilleurs, ils seront comme les dieux.

"Eve, dit Satan à la femme d'Adam, mange de ce fruit et apprends. Il y a les bons et les mauvais, les fous et les intelligents, les riches et les pauvres, les esclaves et les libres, les forts et les faibles, les anges et les démons. Il y a la vie et la mort, la vérité et le mensonge, la paix et la guerre, qu'est-ce que tout cela sinon le sel de la terre ?"

Bon Dieu, quand le sort des prophètes n'est-il pas suspendu sur un nuage plus ou moins à l'horizon !

"Mais avec le mauvais temps, le beau temps, le beau temps", a rapidement rétorqué le saint Job.

"Où est le fou qui rit perdu dans la tempête ?" répondirent les visiteurs en riant.

"De l'Indestructible, de l'Invincible est le dernier rire", leur répondit encore Job, "De quoi riez-vous et pourquoi riez-vous ? Quelle lumière êtes-vous venus apporter à mes yeux ? Voulez-vous me condamner pour ce que j'ai fait ? Ignorants, je suis puni pour ce que je n'ai pas fait".

" Juste est ce que tu dis, pour le bon la récompense est agréable, pour le mauvais elle est terrible. Vous avez donc votre salaire. Maintenant, reconnaissez que vous êtes un pécheur, un traître à la providence comme vous l'avez dit vous-même en confessant que chacun reçoit pour son œuvre son dû. Dis-nous, pécheur, qu'est-ce que tu as caché avec tes aumônes et tes postures moralisatrices ? N'est-ce pas pour cela que Dieu t'a puni ? C'est la punition de Dieu, ne pleurez pas, éclatez", lui répondirent les amis avec un faux sourire.

Avec quatre autres de "ces amis", combien de temps aurait-il fallu pour que la patience de Job s'épuise ? Au lieu de pleurer sur sa malchance, le saint Job éclata de rire, se leva et les chassa de sa maison.

Sa tragédie, la tragédie de Job n'était pas dans la chute des murs de sa foi au son des trompettes de l'enfer. Ce n'était pas le problème de Job. Sa forteresse avait été construite sur du roc. À l'épreuve des bombes, sa foi est restée intacte. Le problème qui poignardait l'âme de Job était de ne pas savoir ce qui se passait, quelle était la raison de ce changement d'avis de son Dieu. Pourquoi son Dieu l'avait-il abandonné nu et à son sort devant un ennemi armé jusqu'aux dents ?

Le guerrier suit-il son Héros et son Roi sur le champ de bataille et, au détour d'un carrefour, lui tourne-t-il le dos comme celui qui sacrifie un pion sur l'autel de la victoire ?

Eh bien, c'est justement ce dilemme, ce mystère qui a saisi l'âme de la veuve de Jacob de Nazareth par le cou. Luttant contre les ténèbres avec la seule arme divine disponible pour les humains, la parole, la mère de la Vierge cherchait la réponse à la raison pour laquelle la Mort avait pris son mari. Et elle n'a pas pu le trouver.

"Pourquoi notre Dieu ne fait-il rien, Marie ? Pourquoi laisse-t-il le serpent parcourir la falaise et pourquoi se facilite-t-il la tâche en éliminant le père de ses petits ? Ne la voit-il pas s'approcher, ma fille ? Pourquoi le Dieu de ton père n'a-t-il pas tendu l'arc et la flèche pour abattre la Bête de la foudre de son regard ? La flèche a-t-elle manqué sa cible, a-t-elle été déviée par le vent et, cherchant le dragon, a-t-elle tué le héros ? Dis-moi, ma fille, mon âme est amère et ses yeux ne peuvent pas voir les plans cachés de l'Omniscient, mais qu'est-ce que nous sommes, Marie ? Pourquoi exige-t-on la compréhension d'un dieu d'une créature d'argile condamnée à la poussière pour avoir mangé une pomme ? Ne me regarde pas avec ces yeux, ne me reproche pas que mon cœur saigne des mots. Que coulera la blessure de la biche de l'aube quand le chasseur la poursuivra le matin à l'heure des premières joies ? Ne sera-t-elle pas maudite la flèche qui entre dans la poitrine de la colombe qui monte sur le cheval du vent, trotte dans les cieux et revient heureuse à la maison de son maître ? Déjà il arrive, ma fille, déjà il atteint le bras de son maître, déjà le dard meurtrier traverse l'air aussi, son maître a le pouvoir de le rattraper au vol, mais il observe, il ne fait rien, il reste immobile comme si c'était la récompense d'avoir rempli sa mission sacrée, et déjà la fille de Mercure tombe dans la poussière aux pieds de celui qui tourne son visage vers elle. Ne me dis pas de me taire, Marie, tu ne vois pas que si je ne le fais pas, je vais mourir.

Je sais seulement que je ne sais rien, bien qu'on dise que Dieu a créé l'homme et la femme pour qu'ils s'aiment et ne se séparent jamais, on dit aussi que le Diable a juré de rendre cet amour impossible. Mais dans ce monde, il y a des gens qui sont sourds et ne comprennent pas, ils ne savent rien, ils rient des cornes du Diable et osent la mort pour briser ce que Dieu a uni avec des liens plus forts que les paroles du Serpent.

Anne, la veuve de Jacob, et Jacob de Nazareth, père de Marie, la future mère de Jésus-Christ, ont vécu ce défi. Une fois qu'ils se sont rencontrés, s'ils ne se mariaient pas, ils mourraient, et une fois mariés, ils ne pouvaient plus envisager de vivre l'un sans l'autre. Chaque année qu'ils passaient ensemble, ils adoraient le Dieu qui avait transformé une côte, une simple côte, en quelque chose d'aussi beau que cet amour.

 

LA MORT DE JACOB DE NAZARETH

Généalogie du Sauveur : Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham : Abraham engendre... David ; David à ... Zorobabel, Zorobabel à Abioud, Abioud à Eliakim, Eliakim à Azor, Azor à Zadok, Zadok à Ahim, Ahim à Elioud, Elioud à Eléazar, Eléazar à Matthan, Matthan à Jacob, et Jacob engendra Joseph, époux de Marie, de laquelle naquit Jésus, appelé Christ.

 

Jacob, le fils de Matthan de Nazareth, est mort quelques mois après la naissance de l'enfant dont lui et sa femme Anne avaient tant rêvé, et après lequel ils n'ont cessé de courir jusqu'à ce qu'ils l'aient eu. Nous savons que l'idée d'avoir un couple, de donner naissance à un mâle est un cliché. Mais à cette époque de terreur fiscale et de sécheresses aussi longues que le désert du Sahara, un homme devait rêver d'avoir un fils. Pour lui transmettre tout son savoir en matière de travaux agricoles, pour s'appuyer sur ses jeunes bras lorsque les siens ne pouvaient plus tirer la charge à cause de la vieillesse. Mec, tu as toujours des gendres, mais ce n'est pas la même chose. Ce n'est pas la même chose d'être considéré comme un fardeau que d'être porté par l'enfant de vos entrailles. Ce n'est pas non plus la même chose de laisser tout ce que vos parents vous ont laissé à votre propre fils qu'au fils d'un étranger. A ceux qui pensent que ces hommes étaient des anciens, ignorants de la vie, qui ne savaient pas qu'une femme peut faire ce qu'un homme peut faire, ou mieux encore, à ces modernes, le mieux que l'on puisse offrir est le silence.

Faisant la sourde oreille à l'intelligence de tant de gens modernes, toujours tournés vers le soleil des siècles, Jacob de Nazareth et sa maîtresse courent après le mâle, ravis de jouir d'être anciens. Et ils l'ont rattrapé, et ils l'ont rattrapé. Ils l'ont appelé Cléophas parce que lorsqu'ils l'ont vu pour la première fois dans les bras de sa mère, Jacob de Nazareth a pensé à son beau-père. Que dire du physique de leur petit garçon, le plus beau du monde, bien sûr.

Eh bien, tout le monde dans la maison de Marie était déjà au ciel quand soudain son père s'est endormi sous ce figuier, tant son père et sa mère étaient heureux ! Cinq filles comme cinq soleils, toutes en bonne santé, toutes heureuses, toutes jouant avec la poupée que leurs parents leur avaient achetée. La chair et le sang. Il a pleuré, il a fait pipi pour de vrai, il a demandé du beurre, il a fait caca. Une joie. Et soudain, alors qu'ils étaient tous à la maison comme au paradis, son père est mort. Quelle tragédie, quelle pitié ! Le diable lui-même attaquant la maison de toutes parts n'aurait pas pu faire autant de mal à la mère de ces six enfants. Le chagrin de la Veuve était d'autant plus profond que, n'ayant personne de sa famille à ses côtés, dans son désespoir, elle était déjà assiégée par un ennemi invincible qui exigeait sa reddition immédiate ou la destruction totale de sa maison. Si seulement elle avait eu ses parents à ses côtés, ou sa tante Elizabeth, mais non, personne. Et qui était-elle à Nazareth ? Malgré les années, la femme de Jacob était toujours une étrangère, l'étrangère qui leur avait pris le célibataire en or de la ville.

"Comme elles étaient belles, d'avoir épousé un étranger ; une petite fille en plus, qui a l'air d'une idiote", se consolaient les nazaréennes. "Très bien. Très poli. Nous verrons, lorsqu'elle commencera à accoucher et qu'elle devra gérer seule la maison de son beau-père, quelles seront ses manières et son petit visage de princesse de la ville sainte". Les gens ne vous veulent pas mal mais ils ne vous veulent pas bien non plus. Tous ceux qui viennent de l'extérieur doivent rendre compte de leurs intentions aux habitants. Tout doit être conforme aux directives de la communauté, aux règles de la tradition.

La Veuve de Jacob de Nazareth ne les connaissait-elle pas tous ? Ne l'avaient-ils pas observée pendant les années de vaches maigres, comme on attend que le héros s'écroule, pour prendre le plaisir de voir ces deux tours mordre la poussière comme n'importe quel clocher de village ? Quel réconfort la Veuve pouvait-elle trouver auprès de ceux qui étaient déjà en train de compter et de calculer comment ils pourraient diviser la succession du défunt ? Combien lui offriraient-ils pour les vignes ? Combien pour les oliviers ? Combien pour la terre sèche ?

"Pourquoi tuons-nous le miracle de notre existence quotidienne dans des jugements contre notre prochain, mon enfant ? Qui sait combien de temps dureront nos jours dans ce monde ? Seul le Seigneur le sait, mais de sa bouche ne sort jamais le chiffre. Imaginez qu'il vous surprenne en train de compter en critiquant votre voisin à mort, ou en jetant la pierre en premier. Ne serait-il pas plus beau s'il vous surprenait en train de partager votre pain avec les pauvres ?", dit la mère à sa fille Maria, alors qu'elles cousaient, seules. Et pourtant, maintenant, c'était la mère qui demandait à sa fille d'être bonne avec elle et de ne pas refuser de parler à la douleur de son âme.

"Laisse-moi mourir, Marie. Ne vous inquiétez pas que mon âme s'éteigne en paroles brisées. Le Seigneur a enlevé mon mari, me laissant seule avec ses six enfants. Pourquoi mes yeux devraient-ils être retenus et mon cœur envier le rocher que le Tout-Puissant a pour son cœur ? Ma fille, il est facile, depuis les neiges, de regarder la vallée qui brûle en été. Quand le Tout-Puissant s'est-il mis dans la peau du soldat qui tombe nu sur le champ de bataille en défendant sa vie pour l'honneur de son âme d'argile tendre et humide ? Comme il est facile de s'asseoir sur le trône du jugement pour signer des sentences ! Le Seigneur est loin de la faiblesse humaine, nos passions ne l'affectent pas. S'il fait froid, Il ne tremble pas ; s'il fait chaud, Il ne transpire pas ; si une flèche est tirée sur Lui, elle ne l'atteint pas ; s'Il dort, Il n'est pas troublé. Que sait l'Indestructible de la fragilité de notre existence ? Ne vois-tu pas, mon enfant, comment la vallée se nourrit de nos larmes ? Pourquoi devrais-je réprimer ma douleur et lier ma langue par peur ? Le guerrier ne court-il pas à la rencontre de la mort ? Que Dieu me tue, qu'Il me rende la vie de mon homme, pourquoi ne fait-il rien, pourquoi se tient-il aux aguets de l'autre côté du précipice ? Sur quoi, ma fille, l'Eternel fonde-t-il son silence et son impassibilité ? Si seulement il se levait comme un soleil et parlait avec la voix de la tempête, et de son âme les rayons de sa sagesse tisseraient au firmament des nuages chargés d'intelligence. Mais non, ma fille, que la tempête fasse rage, que les terres tremblent, que les montagnes s'écroulent et ensevelissent villes et villages, que la mer s'emballe et coule des îles avec leurs habitants, le Seigneur, inatteignable, indestructible, ne bouge pas un sourcil. Il voit le désastre et tout ce qu'il offre, c'est un mouchoir de deuil pour demander pardon de ne pas avoir anticipé le mouvement du Serpent ? Dis-moi, ma fille, que ce n'est pas Lui qui a tiré la flèche qui a tué l'aigle et laissé à la merci du diable le nid de ses aiglons. Mais ne me refusez pas le droit de me plaindre du sort de mes filles sur le cadavre de mon défunt".

Transpercée par le chagrin de sa mère, Marie l'a consolée de cette manière :

"Nous sommes tous égaux à tes yeux, mère. Nous ne sommes uniques que dans les yeux de nos parents. Nous sommes ses créatures aussi loin que nos yeux peuvent voir, mais il porte le fardeau de nous tous sur son peuple. En temps voulu, il se lèvera, mère. Et ses pieds brilleront de l'éclat du héros habillé pour la guerre contre celui qui a pris son homme de notre mère Eve. Je sais que je suis jeune, maman, mais crois-moi, malgré tout l'amour que je lui porte, le Dieu de mon père ne laissera pas sombrer la maison de ma mère. C'est ça, mère, calme tes larmes. La mort emporte les meilleurs, pensant qu'en laissant les mauvais, elle laisse les petits sans protection contre les tyrans. Elle ignore que lorsque les bons partent, ils vont au paradis pour récupérer les armes des anges. Père nous a défendu comme un homme et nous a fait avancer. Mon père va maintenant défendre ses filles et son enfant avec l'épée des chérubins. Ma mère, arrête, ne regarde plus son cadavre.

La Veuve écouta les paroles de sa fille aînée comme quelqu'un qui reçoit des baisers de loin.

C'est Marie et sa sœur Jeanne qui ont trouvé leur père assis contre le tronc de ce figuier. En vérité, ce n'était pas exactement la période des récoltes, mais Jacob de Nazareth aimait cueillir les premières figues de la saison ; il disait qu'elles étaient les meilleures pour faire du pain aux figues.

Jacob a harnaché la bête. Il a tiré seul dans le champ avec le frais. Le verger de figuiers était de l'autre côté des collines, vu de la colline de Nazareth en face. Ravi de la vie, le brave homme dit au revoir à sa maîtresse. Ses deux filles aînées lui apportaient le déjeuner et l'aidaient à ramasser les paniers. Jusque-là, eh bien, c'est tout, un baiser, au revoir.

En le voyant partir d'une si belle manière, qui aurait pu dire que l'homme rentrerait chez lui mort ?

A l'heure du déjeuner, Marie et sa sœur Jeanne sont venues au camp. Marie avait un an de plus que Jeanne et elles étaient toutes deux des filles en fleur. Marie et Jeanne ont cherché leur père et l'ont trouvé assis à l'ombre de ce figuier.

"On le laisse dormir encore un peu, Jeanne ? En attendant, rassemblons les paniers", dit Marie.

Les deux sœurs se sont mises au travail. Ils ont fini de rassembler les paniers, et leur père ne s'est pas réveillé. Mais il ne se réveillait pas.

"Comme papa dort bien aujourd'hui, n'est-ce pas, Marie ?" dit Jeanne.

Ils se sont occupés à travailler davantage. Au bout d'un moment, ils ont commencé à se regarder d'un air inquiet.

"Est-ce que quelque chose va arriver à papa, Jeanne ? La plus âgée des deux est donc allée voir ce qui n'allait pas avec son père.

Je ne vais pas m'attendrir ici, comme quelqu'un qui veut conquérir le lecteur en lui faisant monter une mer de larmes aux yeux. Chacun a déjà vécu les formalités d'un enterrement et sait combien il est douloureux de perdre ce que la Mort n'aurait jamais dû emporter. Mais c'est elle, la Mare, qui s'agenouille pour le réveiller, qui découvre la vérité dans la pâleur du visage de son père.

La fille n'a pas crié, elle n'a pas été effrayée. Elle prit la tête de son défunt dans ses bras, berça son corps, embrassa son front, regarda sa sœur Juana qui s'approchait en larmes. Joan a embrassé sa soeur Marie et Marie s'est laissée embrasser jusqu'à ce que Jeanne ait tout laissé sortir et qu'ensemble elles aient pu remettre leurs âmes ensemble.

"Rentre à la maison, Jeanne, et dis à maman ce qui se passe", demande Marie à sa sœur.

Jeanne monta sur l'âne et, pleurant le cœur lourd, courut à travers les collines. Pendant ce temps, Marie restait seule avec le corps de son père, sous ce figuier, caressant le visage de celui qui était pour elle l'homme le plus merveilleux du monde, qui était parti sans laisser à sa femme et à ses filles la possibilité de lui dire une dernière fois combien elles l'aimaient.

" Que deviendra votre enfant maintenant, père, dans les yeux duquel trouvera-t-il l'image divine de l'homme que vos filles ont découvert en vous ? " murmura la jeune Marie en s'adressant au Ciel.

Cela dit, un ennemi cruel et sadique se déchaînant dans la maison n'aurait pas fait autant de mal à la veuve de Jacob de Nazareth que la façon dont la Mort lui a enlevé son mari. Si son homme était mort en défendant les siens dans quelque guerre, ou en vendant la vie de ses filles au prix de la sienne, je ne sais pas, mais mourir comme ça, sans prévenir, alors qu'ils avaient trouvé le bonheur, après avoir surmonté une décennie d'années aussi mauvaises que le cœur d'Hérode.

Que vais-je vous dire des litres de larmes que la veuve a versés ce jour-là et cette nuit-là ? Une fille en fleur, une sœur dans la fleur de l'âge ne sont-elles pas mortes ? La mort n'a-t-elle pas arraché l'étoile de vos yeux pour vous laisser dans les ténèbres les plus sombres ? Vous auriez dû rire aux éclats, battre des mains, le cœur ouvert à tout espoir, et soudain, du jour au lendemain, une heure avant que l'aube ne se lève, l'aube se transforme en nuit sans lune, la plaine devient un puits sans fond, et en regardant en bas, vous voyez le visage du Serpent qui vous accueille.

Jacob et Anne s'étaient aimés dès le jour où ils avaient posé les yeux l'un sur l'autre. C'était le coup de foudre. C'était de poser les yeux l'un sur l'autre et de savoir que la recherche était terminée.

Jacob et Anne sont nés l'un pour l'autre, ils sont faits l'un pour l'autre, ils sont les deux moitiés d'un même fruit. Il était naturel qu'il meure aussi amoureux de sa femme qu'au premier jour, et que la Veuve le perde plus amoureux de son mari que jamais. Et si vous ajoutez à ce chagrin le fait que la maison est restée sans homme pour s'occuper des champs et des bêtes : vous avez déjà lu la recette magique du ragoût amer que la Veuve a versé dans le cœur de sa fille Maria pendant les deux jours qui ont suivi l'enterrement de son père.

 

LE VŒU DE MARIE

Comme les catholiques de toujours, ces femmes hébraïques étaient trop tragiques pour pleurer la mort d'un être cher. Je ne dis pas que c'est bon ou mauvais, c'était juste la façon dont c'était. Les Romains, quant à eux, utilisaient les funérailles comme prétexte à un banquet, le dernier banquet, le dernier souper des Césars. Sur les fresques de la demeure du défunt à Pompéi, le banquet d'adieu de Cicéron montre sa famille et ses amis buvant à la santé du mort. La couronne d'orateur sur leur tête rappelle une couronne de laurier mais tressée avec des bras de vigne. Bon Dieu, les Romains étaient si durs que même la mort ne pouvait leur arracher une larme. Ils avaient besoin d'être touchés par le bâton de Bacchus pour se rappeler qu'ils étaient des hommes, aussi chair et sang que les autres barbares de l'orbe. Ce n'est que lorsqu'ils étaient ivres qu'ils ont versé une larme.

Les Hébreux, contrairement à la majorité des peuples, préféraient pleurer les morts torse nu, à l'air libre. La distance, la distance, l'absence, l'absence a besoin d'un temps pour décoller. Je suppose que la coutume impose sa culture et que chaque culture la vit à sa manière. Les Hébreux, de toutes les manières possibles, ont choisi la plus douloureuse, ils n'enterraient le défunt que le troisième jour après sa mort.

Les larmes étaient à l'ordre du jour ! Et si en plus il y avait le cas présent, un jeune homme, dans la force de l'âge, marié et aussi amoureux de sa veuve qu'au premier jour, père de six enfants, un homme qui n'était jamais malade, un homme qui ne semblait jamais fatigué, qui est mort sans personne pour s'occuper de ses champs, qui est parti au moment où la tempête se calmait, eh bien, mettez tous ces éléments dans le même shaker, secouez-le, et le résultat est explosif. L'explosion qui a déclenché la mort de Jacob de Nazareth, vous la découvrirez bientôt ; ses conséquences perdurent encore.

Il y avait la Veuve elle-même. Dès son plus jeune âge, la mère de la Vierge est une fille très coquine. Le jour où son père, Cléophas de Jérusalem, lui a interdit de penser à épouser l'homme qui devait être le père de ses enfants, aussi sûr que la pluie tombe, la jeune mariée s'est enfuie à la recherche de sa tante Elisabeth, dans les rues de Jérusalem, laissant une traînée de larmes brisées.

Elisabeth, épouse de Zacharie, le futur père du Baptiste, la connaissait déjà. Ce n'est pas pour rien qu'Anne était sa nièce.

"Mais bon, petite fille, vas-tu me dire ce qui ne va pas chez toi ? Quand on commence comme ça, on oublie que je ne sais rien. On pleure ensemble ou je me moque de toi jusqu'à ce que tu ries avec moi ? Tita Isabel aimait sa nièce Ana avec une tendresse divine.

Cette femme, Tante Elizabeth , aimait sa nièce plus que les murs de Jérusalem, plus que les nuages du ciel de printemps, plus que les étoiles du matin et du soir réunies, elle l'aimait plus que ses vêtements et plus que son argenterie, mais chaque fois que son Anita lui tombait dessus comme ça, elle ne savait pas si elle devait se joindre à elle pour faire la moue ou rire de ses larmes. Ce n'était pas non plus parce qu'à chaque relève de la garde, sa nièce Ana arrosait le désert de flots d'eau salée. En vérité, lorsqu'elle se mettait en colère au point de ne plus pouvoir articuler un mot et qu'il fallait lui laisser le temps de se calmer, cela signifiait que quelque chose de très grave était arrivé à son Anita.

La mort du père de vos filles, dont deux seulement sont des filles, les autres étant jeunes, et un bébé qui donne la canne, la vérité est une bonne raison de pleurer jusqu'à ce que vos os soient secs.

Il se trouve que la Veuve, mère de la Vierge, a sombré au plus profond d'un désespoir compréhensible. Pendant un moment, elle est restée muette. Elle ne dit rien, se contentant de pleurer dans les bras de cet enfant qui n'avait jamais connu son père. Avec Cléophas dans ses bras, la Veuve de Jacob de Nazareth a pleuré toute la journée et toute la nuit.

Désespérée, elle se voyait entourée de ténèbres denses et fatales ; enfoncée, elle imaginait la maison de ses défunts engloutie par les impôts ; brisée, défaite, elle se voyait vendre ses enfants pour les sauver de la ruine.

Filles de David, elles l'étaient toutes, à une époque où il ne suffisait pas d'être juif ; avoir une fille de David pour épouse était un passeport pour les avantages que César avait accordés aux Juifs en remerciement de lui avoir sauvé la vie contre le dernier des pharaons.

Je raconte l'histoire.

En poursuivant Pompée, Jules César a eu des ennuis. On a vu César courir comme un fou après Pompée. Et voilà qu'il débarque en Égypte. A cette époque, le frère du pharaon venait de tuer Pompée. Ce même pharaon qui venait d'exécuter Pompée est venu et s'est acharné sur César. Je crois que le frère de Cléopâtre a même osé déclarer la guerre au Conquérant de la Gaule.

Comme on le sait, contre tout espoir, ce petit pharaon était presque sur le point d'envoyer César à l'Elysée des célèbres généraux romains. C'est alors que le père d'Hérode réussit à rassembler des milliers de cavaliers, à traverser au galop le désert du Sinaï et à charger le frère de Cléopâtre, brisant ainsi le siège et sauvant César du danger. En contrepartie, Jules César accorde aux Juifs un certain nombre de privilèges impériaux, tels que l'exemption du service militaire, la liberté de mouvement pour la dîme du Temple, etc.

La condition sine qua non pour bénéficier de ces privilèges était d'être citoyen de Judée.

Astucieux comme des renards, rusés comme des anguilles, les Juifs ont trouvé de nombreux moyens de falsifier les documents. De tous les moyens imaginables pour déjouer l'Empire, le plus simple était d'acheter de faux documents, que n'importe quel bureaucrate travaillant au registre du Temple à Jérusalem vous servait pour une poignée de drachmes.

Mais il y avait un autre moyen, moins cher.

Quelle meilleure façon d'appartenir à la liste des privilégiés que de se déclarer descendant du roi David ? Et pour mieux fermer le circuit, incluez le fait d'être né à Bethléem de Judée, "s'il vous plaît".

Et il y avait encore une autre formule, encore meilleure, plus agréable : acheter une fille pour épouse au roi David, bien sûr.

Pour cette raison, les descendants du roi David sont en augmentation. Si cela a bien payé pour une fille de David, combien cela paierait-il pour une véritable fille du roi Salomon ? Et pas n'importe quelle fille, une fille de mots, non ; il s'agit d'une descendante authentique du mythique roi sage.

Une chose si courante à l'époque, la vente des filles au plus offrant, ressemblait pour la veuve de Jacob de Nazareth à comparer les femmes à du bétail. Par Josué et les sept cents trompettes qui ont fait tomber les murs de Jéricho, pour vendre ses filles pour de l'argent ? Elle qui s'était mariée par amour et savait combien le mariage est doux par amour et seulement par amour ?

Cette pensée a déchiré son âme.

Pourtant, elle ne voyait pas comment elle pourrait sauver ses filles d'être traitées comme des bêtes à acheter et à vendre sur le marché des passions humaines. Plus elle y pensait, et plus le cadavre de son cadavre lui rappelait, plus ses larmes devenaient amères pour l'avenir qui attendait ses enfants. Il y avait aussi l'enfant.

"Et que deviendra mon Cléophas sans ton père, Marie ? que deviendra la maison de ton père, ma fille ?" la Veuve de Jacob de Nazareth a déversé son sort dans le cœur de sa fille Marie.

Entre mère et fille, que dire, la fille ressemblait à la mère. Marie embrasse sa mère et la console avec des mots pleins de tendresse et de jugement. Et pourtant, la fille était en fleur.

Marie était une enfant qui n'avait connu que la joie dans ce monde. Elle avait aimé son père à la folie, et à la voir réconforter ses sœurs et sa propre mère, il était difficile de croire ce qui se passait.

"Papa dort, Jeanne", c'est la première chose qui est sortie du cœur de Marie quand ils l'ont trouvé mort.

"Papa est au Paradis, il nous attend tous là-bas, Esther est ici, viens ici Ruth, calme-toi Naomi", dit-elle à ses petites sœurs en buvant ses larmes.

La fille a laissé ses sœurs avec Joanna et est allée chez la veuve :

"C'est ça, maman ; le père est au ciel. Son Dieu ne permettra pas que ses filles soient vendues comme esclaves", a-t-elle chuchoté à l'oreille de sa mère, en chassant ses larmes avec un baiser.

"Ma fille", a essayé d'articuler la veuve. Mais elle n'a jamais terminé sa phrase, faisant la moue et retournant à l'obscurité qui enveloppait sa maison et peignait l'horizon de sa famille avec les couleurs souffrantes d'une vision macabre.

Le résultat du désespoir naturel de la veuve de Jacob de Nazareth a été le suivant.

La vision sombre que la Veuve s'était faite de l'avenir de ses filles correspondait à la réalité de tous les jours. La mort du chef de famille obligeait les veuves à donner leurs filles au prétendant qui mettait le plus d'argent sur la table, quel que soit l'âge de l'acheteur. C'était la vérité, et il n'y avait pas besoin d'y réfléchir à deux fois. Du point de vue de l'homme riche, plus il y a de veuves, mieux c'est, car il y a plus de bétail frais et jeune à choisir.

Le monde a été créé à l'image et à la ressemblance des passions des puissants et toute affirmation contraire ne nous mènerait nulle part. Pour aggraver les choses, avec les lois récentes sur le divorce, la chair des femmes était achetée pour être utilisée et jetée ; elle était digérée au goût du consommateur, puis jetée pour que le prochain homme en suce les os. Et malheur à ceux qui ne suivaient pas cette voie. Dans les classes supérieures, n'avoir qu'une seule femme était un signe certain de conspiration contre Hérode.

"S'est-il marié une seule fois, et n'est-il pas connu pour avoir au moins une deuxième ou une troisième femme ? Il conspire sûrement contre votre majesté, votre altesse". Pour des raisons aussi absurdes que celle-ci, des têtes juives roulaient dans les rues de Jérusalem à cette époque.

Ce n'était pas quelque chose que la veuve inventait. Elle était de Jérusalem, de la classe supérieure, elle connaissait cette réalité ainsi que le fait que son mari gisait mort devant ses filles.

Que c'était tout, qu'elle devait arrêter de pleurer, que ce n'était pas grave, que tout s'arrangerait, que le Seigneur ne permettrait pas que cela se produise. De très belles paroles, pour lesquelles la veuve était reconnaissante. Elle savait seulement qu'il y a un jour à peine, elle s'était réveillée avec la joie de la femme la plus heureuse du monde et cela ne faisait pas deux jours, elle était "la Veuve".

"Laisse-moi pleurer, ma fille. Ne vois-tu pas que si je ne le fais pas, je vais mourir ?", supplie inconsolablement la veuve à sa fille Marie.

Profitant d'une accalmie, alors que Jeanne et Marie étaient seules avec leur mère, Marie, fille de Jacob de Nazareth, ouvre la bouche.

Le Ciel est témoin de ce que je dirai ensuite, et qu'il m'envoie dans l'affreux enfer si j'invente un seul mot. Dans la nuit de ce jour, lors de la veillée funèbre pour la mort de son père, la fille aînée de la Veuve de Jacob de Nazareth a attaché sa vie à un arbre qui avait le pouvoir de la pendre si elle n'accomplissait pas le vœu qu'elle avait inscrit dans le cœur de sa mère et de sa sœur Jeanne.

Marie aurait pu se taire ; il était en son pouvoir de mettre le doigt sur ses lèvres et de ne pas se soumettre à l'épreuve. Mais il n'était pas dans le caractère de la fille de Jacob de résister aux incitations de sa personnalité. Elle a préféré accepter toutes les conséquences.

Personne ne les écoutait, ils étaient tous les trois seuls devant Dieu. C'est pourquoi je vous ai dit que celui qui veut être sûr de ce que j'écris, il y a le même Dieu qui a pris au mot la fille de Jacob de Nazareth pour m'affirmer ou me démentir. Que Dieu apparaisse comme Juge est naturel, qu'il apparaisse comme Témoin est quelque chose d'extraordinaire. Mais c'est la gloire des braves.

Et je continue.

Là, devant sa sœur Jeanne, Marie a juré à sa mère que cela - ses filles vendues comme esclaves au plus offrant - n'arriverait jamais à ses sœurs, avant que le Diable ne détrône le Très-Haut, que l'Enfer ne conquière le Paradis, ou que cela n'arrive lorsque le cœur d'Hérode sera élevé sur les autels.

La foi de la fille de Jacob de Nazareth était si grande, sa confiance dans le Dieu de son père si innocente, qu'il ne pouvait entrer dans son cœur que son Seigneur abandonne sa famille à la merci des temps.

Alors, très calmement, avec le sérieux d'une adulte, elle, Marie de Salomon, fille de Jacob de Nazareth, rendit témoignage au Dieu de son père, et devant sa mère et sa sœur Jeanne jura, invoquant la loi de Moïse contre sa tête si elle rompait son vœu, qu'elle, Marie de Salomon, n'enlèverait pas le voile de deuil de la mort de son père avant d'avoir vu toutes ses sœurs mariées, qu'elle ne signerait pas son propre contrat de mariage avant d'avoir vu son petit frère Cléophas marié avec des enfants.

De plus, elle ne se marierait pas avant d'avoir vu les enfants de son petit frère Cléophas sautiller, tous heureux et satisfaits dans cette même pièce où le chagrin triomphait maintenant. Ce n'est que ce jour-là qu'elle enlèvera le voile de deuil de son père.

La Veuve a levé la tête à l'infini. Jeanne a regardé sa sœur avec des larmes d'éternité dans les yeux. Maria De Salomon poursuit :

Par la mémoire de mon père, je te jure, mère, que mes sœurs ne connaîtront aucun maître. Quand ils quitteront la maison de mon père, ils sortiront en se réjouissant dans les bras de cet amour dont leurs pères ont vécu et dont leurs filles ont bu à satiété. Aucun homme ne pourra acheter les filles de Jacob. Consolez son âme, ma mère. L'enfant que tu tiens dans tes bras choisira parmi les filles d'Eve la plus belle. Que le Seigneur me fasse donc si je manque à ma parole : pour mari, donnez-moi le plus méchant homme du monde. Ne vous brisez plus le cœur, mère ; n'offensez pas le Ciel en accusant notre Seigneur de notre malheur, de peur que mon père ne doive courber la tête devant Abraham pour l'offense supportée par des larmes qui ne finissent jamais. Mon père marche parmi les anges et aux pieds de son Dieu implore la clémence pour sa maison. Dis-lui, Jeanne.

 

LA TANTE ELISABETH À NAZARETH

 

 

LE COEUR DE MARIE