web counter

cristoraul.org " El Vencedor Ediciones"

 

LA CRÉATION DE L'UNIVERS SELON LA GENÈSE.

UNE INTRODUCTION À LA COSMOLOGIE DU XXIÉME SIÈCLE.

SIXIÈME PARTIE

CRÉATION DU SYSTÈME SOLAIRE

 

CHAPITRE 21

LA SYSTÉMATIQUE FINISTE APPLIQUÉE (STRUCTURE DYNAMIQUE DU SYSTÈME SOLAIRE)

 

173. La réponse à l'énigme énoncée dans la section précédente, à savoir, quelle sorte de frein automatique maintient la vitesse de croisière du système solaire égale à elle-même contre la loi gravitationnelle qui stipule la nécessité d'une accélération constante en proportion des distances décroissantes entre le Soleil et tout point qu'il approche ? - La réponse à ce dilemme est sans équivoque. Maintenant, et je confesse ma faute, le devoir exige que l'on précise davantage la nature du problème. Je veux dire, nous sommes et avons été habitués à travailler avec une photo finish du système solaire. Le voici :

 

 

174 Par inertie et simulation virtuelle antérieure implantée pendant les années de notre formation intellectuelle, nous avons tendance à être omniscients et l'application des lois de Kepler à la photo imaginaire nous suffit pour nous sentir comme Dieu. L'implantation est séculaire et l'image est héritée dans les viscères avec une telle subtilité que les professionnels de la formation intellectuelle n'ont qu'à imposer l'ordre avec la matraque de leurs régimes étatiques pour clore le problème. Le fait est qu'aujourd'hui, cette image simpliste du mouvement képlérien est typique des esprits attardés et des intelligences sans activité indépendante et sans capacité de jugement critique. Ce qui est sûr, c'est que le résultat est beau, voire magnifique, et qu'il atteint son objectif : faire en sorte que même le plus grand des idiots se sente plus grand qu'un Saint Thomas et un Saint Augustin réunis. En matière de correspondance avec la réalité, cette photo d'un système solaire figé dans le temps est la plus contraire à la physique d'un système solaire qui se déplace entre des étoiles situées à quelques années-lumière et avec lesquelles elles forment, selon toute apparence, - une cacophonie ? - un amas d'étoiles ouvert. Faisons un simple exercice d'intelligence mentale et mettons en position verticale le plan classique représentant le système solaire, et voyons les planètes voler en mouvement d'arrière en avant, et au centre un Soleil avec sa propre vitesse. Qu'obtenons-nous ? Il semble évident que l'image que nous voyons dans notre esprit est celle d'un champ magnétique en mouvement, créé par le Soleil, autour duquel les planètes avancent, dessinant une onde dans l'espace. Dans l'image ci-dessous, placez le Soleil au centre et imaginez que le ruban brun représente le mouvement d'une planète autour de lui. Multipliez ce ruban par neuf à différentes distances et se déplaçant tous à la poursuite de la même étoile qui se déplace dans l'espace à sa propre vitesse. Une fois ceci fait, faites de la trajectoire du Soleil celle d'une étoile en mouvement relatif, c'est-à-dire dans un espace-temps fermé ; le résultat sera une nutation. Le prochain problème sera de trouver quels sont les membres de l'amas d'étoiles solaires.

 

 

175 Si nous prenons comme mesure les paramètres des amas d'étoiles ouverts dans notre Ciel, et combinons ceux des systèmes d'étoiles binaires et multiples, où les distances entre les étoiles d'un système stellaire individualisé dépassent souvent la distance entre le Soleil et Alpha Centauri, par exemple, je me demande où est cette image pour les enfants novices en astrophysique qui est sortie de l'atelier de Kepler à l'époque de Maria Chestnut ? Ils disent que la loi fonctionne à des distances infinies et ils nient que la même loi fonctionne entre des corps situés à seulement quatre ou cinq années-lumière ? Quelqu'un, en dehors du bon sens, a perdu la Raison tout au long du 19ème siècle, et personne au 20ème siècle, l'Académie s'étant lancée dans l'aventure de la Recherche de l'Origine du Cosmos, déjà installée dans le vaisseau du Temps qui devait conduire les sages au Noyau de l'Origine et de là sauter à la Fin au moyen d'un pli dans l'Espace ... il n'est venu à l'idée de personne d'appuyer sur le bouton et de mettre en marche la photo du Système Solaire figé dans le temps que Kepler a lancé dans le futur. Même pas pour s'amuser un peu. Le dogmatisme des disciples de la révolution einsteinienne s'est avéré si primitif et si fort que même avec les calculs dynamiques les plus récents sur la table, aucun astronome n'a osé appuyer sur le bouton et voir le système solaire tel qu'il existe dans l'espace et le temps, enchâssé dans un amas d'étoiles local et ses membres planétaires dotés d'une structure solide. Il est donc déprimant, jusqu'au rire le plus retentissant, d'ouvrir un Manuel d'astronomie, écrit par des professeurs, comme celui de l'Université Complutense de Madrid, pour ne pas se perdre dans d'autres langages plus subtils, et de lire que Pluton est un corps gazeux. Parce qu'on est bien éduqué, on supporte le vomi. Continuons donc.

176. J'ai dit plus haut que la réponse à la question de savoir pourquoi la vitesse du système solaire échappe à la règle de la loi gravitationnelle sous la force de laquelle l'univers entier est régi, doit être une réponse sans équivoque, simple et logique. Je reconnais maintenant que les expressions verbales, contrairement aux mathématiques, possèdent une ambiguïté d'une nature si profonde qu'elle est capable d'avaler dans son abîme la pureté de n'importe quelle montagne de chiffres. Et je voudrais expliquer cette énigme. Le mot, en somme, est un véhicule capable de transporter en son sein différents voyageurs, et il arrive qu'en fonction du voyageur, un mot puisse cesser de signifier une chose et prendre un nouveau sens. Les politiciens sont passés maîtres dans cet art. Mais pas seulement eux, ne soyons pas cruels envers ces petits animaux. Le nombre, par exemple, est une entité parfaite, sa signification est intransmissible, divine dans son incorruptibilité, d'où l'adoration païenne, sauvage, que les mathématiciens ressentent pour ces entités. Un quatre est un quatre, et qu'il s'agisse de bananes ou de souris, l'essence et la substance du quatre, en tant qu'entité abstraite, pure et immaculée, demeurent en dépit du changement. Moi, qui suis un connard, et étant ainsi je sers d'exemple, parce que je peux être aussi bien un crétin qu'une fleur, d'où l'on peut voir l'ambiguïté du mot, une confusion à laquelle le nombre ne se prête sous aucune excuse, et parce que je défends la nécessité d'appuyer sur le bouton du Mouvement Sistemologique Solaire afin de surmonter les traumatismes képlériens et les complexes hérités des siècles passés, Je me réserve le fou rire que j'éprouve lorsque je vois sur le Net la défense acharnée de cet ancien système systématisé qui, s'il est né pour révolutionner, est actuellement le système le plus réactionnaire que je connaisse. Je ne sais pas pourquoi les astronomes ne font pas leur travail et ne traitent pas la montagne de données avec lesquelles, si Kepler et Newton avaient travaillé, l'image finie du système hérité aurait été ajoutée à la longue liste des erreurs, nécessaires comme un pas en avant, mais ennemies de la Civilisation à cause de leur refus de passer à une meilleure histoire.

177. Mais ce n'est pas parce qu'une réponse peut être sans équivoque qu'elle ne doit pas être complexe. Tout dépend du modèle avec lequel on travaille. Si le raisonnement se heurte à une intelligence ancrée dans l'image archétypale qui identifie les planètes à des boules de gaz, on finira par arriver au pont des soupirs, pour écrire un mélancolique : "Pauvre chose ! Ce problème surmonté, et tenant pour acquis que la banque de données à notre service ne nous permet pas de maintenir active une réponse obtenue à partir d'une série de données en apesanteur au pied de la montagne de la connaissance du sommet de laquelle nous regardons l'Univers, le Cosmos et le Système Solaire, la décision nous appartient, et entre nos mains a été laissé le traitement de cette accumulation de paramètres dont l'égalité finale, et parce qu'elle est basée sur un nouvel ensemble de données, il est logique que nous ayons sous les yeux une Architecture Stelologique Locale par rapport à laquelle - sans renier la photo finish képlérienne - cette Systématique Finistique Appliquée n'est que l'action d'ouverture et jamais la fin de la question centrale de cette Section : Pourquoi la vitesse du Soleil est-elle stable et s'écarte-t-elle de la loi de la gravitation universelle, selon laquelle, lorsque le Soleil s'approche d'un système astrophysique, il doit doubler sa vitesse en fonction de la distance ?

178 On constate que par le simple fait de sa complexité, une réponse n'en est pas moins simple. Elle doit être placée dans son véritable contexte. Précisez la nature du problème qu'il incarne. Définissez quelle loi elle incite. Ouvrir l'espace et dessiner sur l'écran de notre intelligence la nature de la question à laquelle nous cherchons une réponse. Il y a un moment où ce sont les experts qui doivent intervenir, car ce sont eux qui disposent de cette banque de traitement de données qui peut prouver ou réfuter, si possible, l'Intégration du Soleil au sein d'un Amas stellaire, plus ou moins ouvert et plus ou moins peuplé selon l'Architecture gravitationnelle à laquelle ces données donnent lieu. Prenons une nouvelle extension stellaire locale à 20 années-lumière :

179. Combien d'amas d'étoiles ouverts pourraient servir de modèle astrophysique ? Il s'agit manifestement d'une véritable révolution dans la conceptualisation de ce qu'est un amas d'étoiles. Nous devrons effacer les anciens concepts et passer des systèmes binaires aux champs gravitationnels régionaux ouverts dans l'espace universel, dans les périmètres desquels les étoiles se comportent comme les atomes d'une molécule astrophysique. Cela expliquerait la raison de la constance optique des formations stellaires au firmament des cieux, la constance des distances et des vitesses des systèmes stellaires au sein de la Toile lactée universelle, et nous placerait devant un Univers qui se comporte comme un Corps cristallin, alimenté par des courants gravitationnels, selon lesquels la consommation de l'énergie totale est maintenue dans le temps à l'intérieur d'une gamme de maxima et de minima. D'où les fluctuations des intensités lumineuses stellaires. Cela implique Dieu, bien sûr, mais dans ce système cosmologique, Dieu est considéré comme acquis, alors ponctuons maintenant la réponse locale au problème de la constance de la vitesse du Soleil.

180. je dois maintenant me corriger, et après avoir souligné le point vraiment important : l'existence du Soleil en tant que Membre d'un Système Sidéral, ma propre pensée m'amène à définir la transformation de la masse planétaire en un Mécanisme de Correction de l'Orbite Solaire, par l'action duquel la Force Centrifuge à laquelle le Soleil est soumis en réponse au Mouvement de son Système au sein d'un Champ Gravitationnel Cumulé est annulée et devient soumise à une constante spécifique. Si j'ai dit auparavant que "Nous n'avons qu'à transformer la masse totale de la famille planétaire en masse de traînée, et nous avons le frein stabilisateur de la vitesse de croisière du Soleil", je pense maintenant que cette transformation concentre son poids sur l'équation correctrice de l'orbite du Soleil, par laquelle, comme je l'ai dit, la force centrifuge à laquelle le Soleil est soumis est surmontée par la transformation de la masse planétaire en commande de direction à distance du mécanisme. (Si l'objection vous vient à l'esprit, pensez à vous enfuir en ne tirant que vos corps, puis à répéter la même opération en jetant un sac de sable sur votre dos. Ceci dès le départ. Mais avant de jeter sur notre dos non pas le Globe, à l'image de ce titan, mais les neuf planètes avec leurs satellites et les ceintures d'anneaux solaires, avant de prendre le levier pour faire bouger l'univers, il faudra abandonner le lest de la vision décadente des planètes comme d'immenses boules de gaz flottant entre les fils électromagnétiques du champ du Soleil).

181. Je veux insister sur ce sujet car je pense qu'il est important. L'affirmation académique selon laquelle les planètes sont des boules de gaz comprimées sous la pression gravitationnelle est l'un de ces arguments pseudo-scientifiques primitifs, typiques du fondamentalisme du 20e siècle, qui ne tiennent absolument pas debout, mais qui se dressent au 21e siècle comme un symbole de la soumission des universités au génie de l'athéisme scientifique. Il n'est pas facile de dire avec certitude combien de temps l'idiotie et le génie iront ensemble des deux côtés de la même pièce. Jusqu'à hier, par exemple, Mars était une boule de gaz, comme Vénus, Mercure, Jupiter, Saturne et les autres membres de notre Système. Et c'est ainsi qu'elle continue d'être décrite dans les manuels produits par les chefs les plus prestigieux de la planète pour la consommation de masse. Les photos et expéditions vers Mars et ses voisines servent de preuve à ce sujet - celui de l'absurde vision gazeuse des planètes. Cependant, les preuves ne sont pas suffisantes pour effacer ce canular honteux des manuels d'astronomie et de sciences naturelles. Il est donc hilarant jusqu'à la clownerie de voir les éminents génies des observatoires astronomiques du monde entier continuer à prêcher l'évangile de la nature gazeuse des planètes. Une raison cachée qu'ils doivent avoir pour confesser de leurs lèvres ce que leurs oreilles tiennent pour une hérésie. Maintenant, s'il y a un super-savant éminent dans l'une des universités du monde qui peut prouver que Mars est une boule de gaz, qu'il ne reste pas sans rien faire et nous exorcise, qu'en faisant la volonté d'un tel mégadios au tartare des fous nous irons. Honteux, dis-je, de voir dans les manuels d'astronomie des mots que seul dans la bouche d'un idiot pourrait excuser ; honteux parce que ceux qui les écrivent sont tous éminents, titulaires de chaires et autres. Le 21e siècle mérite-t-il l'esprit typique d'un idiot comme enseignant et guide de la connaissance de l'univers ? La question demeure : en vertu de quel type de philosophie accorderons-nous une Cosmologie pour le Suicide du sol, sachant que ses effets sur les nations, cette fois avec des moyens de destruction infiniment plus meurtriers à portée de main, seront les mêmes ? Rappelons-nous que Satan n'a pas tué avec l'épée, mais avec la parole, car, bien qu'il y ait encore ceux qui ne le croient pas, l'arme ultime, pour le bien et le mal, est la parole. Comment donc, à notre époque, pouvons-nous croire que Pluton est une boule de gaz ? À ce stade, il faut être un véritable imbécile pour enseigner une telle absurdité, et un idiot pour y croire. Celui qui écrit, et celui qui lit, hors de ce cercle mortel typique du 20e siècle, ce qui nous intéresse maintenant, c'est de découvrir comment la somme de la masse planétaire totale entre en jeu lorsqu'il s'agit de la stabilisation corrective de la vitesse de croisière du Soleil. Revenons donc au problème qui nous préoccupe et qui, à une autre occasion, les circonstances elles-mêmes nous ramèneront au ventre de ce trou noir dans le ventre duquel on lave les cerveaux de la jeunesse du monde, dans lequel il est écrit contre nature que les planètes sont des boules de gaz. Et je suis le Petit Chaperon Rouge, bien sûr.

182. Revenons donc au fil conducteur. En naviguant à la vitesse de croisière X, nous avons parmi les constellations du ciel une étoile appelée le Soleil. La friction de ce vaisseau contre la surface de vol est négligeable pour ralentir sa vitesse ; et ce qui est plus naturel, la poussée de la force centrifuge à laquelle son orbite est soumise propulse ce vaisseau vers l'extérieur du champ gravitationnel auquel il appartient. Notre problème est de savoir pourquoi sa vitesse d'approche de l'étoile vers laquelle il se déplace n'augmente pas au fil du temps. Indépendamment maintenant de la question de savoir si le Soleil vole en ligne droite ou suit une ligne courbe, lorsque le Soleil navigue dans l'espace interstellaire, les distances entre lui et le point d'approche apparent : elles raccourcissent. Il va sans dire. Et plus la distance entre le Soleil et le point d'approche apparent se raccourcit, plus la force d'attraction entre le Soleil et ce point stellaire augmente. La loi de la gravité prévaut. Lorsque l'attraction entre le Soleil et le système d'étoiles de référence augmente, la vitesse d'approche augmente. Par conséquent, la vitesse de croisière de notre système augmente. Et cela ne cesse de s'additionner. Plus la distance entre deux étoiles est courte, plus la vitesse de la plus petite des deux est élevée. Nous pouvons ou non parler du Soleil. Que le Soleil soit le plus grand ou le plus petit de la paire en jeu, le fait est qu'il y a une variation dans sa vitesse de croisière. Mais puisque nous parlons du Soleil ...., parlons-en.

183. Je pense que la distance entre le Soleil et le système stellaire le plus proche est de quelques années-lumière. Proxima Centauri se trouve à environ quatre ans du Soleil. Des étoiles encore plus proches ont été découvertes. À la vitesse à laquelle le Soleil se déplace, environ 600 kilomètres par seconde, la collision entre le Soleil et le système Proxima Centauri, en comptant à partir de maintenant, aurait lieu dans environ 500 ans. Et de ces millions d'années pendant lesquelles la vie sur Terre a suivi son cours sans connaître d'altération mortelle, ne pouvons-nous pas déduire la stabilité de la vitesse de croisière du Soleil ? Et ne sommes-nous pas en droit de croire que la vitesse du Soleil est une constante ? Et étant une constante, cette constante ne nous oblige-t-elle pas à corriger la phénoménologie de la gravité, non pas comme une loi mais comme une nature ? Je signale ce fragment en précisant que mes questions tentent d'ouvrir le champ, jamais de fermer les voies. Dans la mesure de mes connaissances, je fais de mon mieux pour condenser afin de voir le processus d'un point de vue dynamique. Je n'admets pas dans ma tête la photo finish képlérienne et si je relie le mouvement des planètes autour du Soleil à quoi que ce soit, c'est à un courant électrique sur une barre métallique, comme un solénoïde. L'angularité même des orbites projetées dans un espace tridimensionnel expose la nécessité d'un vol en ondes courantes où le Soleil prend la place de la tige métallique. Plus ou moins comme ceci :

 

184. En travaillant à partir de cette image, la question tridimensionnelle est simplifiée et les irrégularités de nutation de certaines orbites externes sont déduites. Dans une autre section, consacrée exclusivement au système solaire, je reviendrai sur le sujet en essayant de définir davantage l'image en important des données physiques. Je n'ai pas l'intention avec cette image solénoïde mais de déplacer l'image figée dans le temps qui circule depuis les temps de Kepler, Galilée et Newton, et qui est devenue un mur à notre époque, une idole bon marché devant laquelle chaque dieu se prend pour un génie, et en pliant les genoux il rentre tranquillement chez lui parce qu'il sait déjà tout.

185. L'Académie, toujours aussi brillante, sait trouver l'explication qui lui convient le mieux pour garder sa gloire intacte face aux critiques futures. Il semble que le Soleil suive une trajectoire atypique, de sorte qu'il évite le contact gravitationnel avec les autres constellations. Jouant les ignorants, à la manière de ce Socrate qui ne savait que qu'il ne savait rien, mais qui savait tout, l'Académie interdit aux Universités la permission d'effacer des manuels d'astronomie les faussetés sur lesquelles repose son idée du système solaire et de sa place dans l'Univers. Car bien sûr, si le Soleil ne suit pas une trajectoire naturelle à un corps soumis à la loi de la gravité universelle : quel type de trajectoire le Soleil dessine-t-il parmi les autres systèmes stellaires de son voisinage ? Le calcul enfantin que j'ai établi plus haut entre Proxima du Centaure peut être extrapolé aux cinq cent millions d'années passées, et le Soleil ayant été au bord de la collision ces cinq cent mille fois, le fait qu'il ne l'ait pas fait me donne la force de rayer de la carte l'heureuse idée d'un Soleil solitaire, membre d'aucun Amas. Et vous devriez vous arrêter dans votre élan, lever les yeux et sentir sous vos pieds les vibrations du moteur stellaire. Demandez-vous comment il est possible que le Soleil, au cours des millions d'années où il navigue à 600 km par seconde, ne soit entré en collision avec aucun de ces messieurs dans son voisinage. Ne vous semble-t-il pas logique de penser qu'il ne pourrait pas et ne peut pas le faire parce que le Soleil appartient tout simplement à cet Amas ? J'insiste sur l'image :

186 - Il s'agit vraiment d'une question intéressante, qui, par la simplicité de son énoncé, peut sembler une bagatelle sans importance. Ou bien le passager qui monte dans l'avion ne s'intéresse-t-il pas du tout à la mécanique de l'engin, sachant comme nous que sa vie est en jeu dans les airs ? Le Soleil tout entier n'est-il pas un engin éternellement en l'air, rempli de passagers ? Quant au maintien de la vitesse autonome du vaisseau spatial solaire, nous pouvons le déduire en transformant la phénoménologie photosphérique solaire en combustion du combustible nécessaire au déplacement d'un corps dans l'espace. En quoi les grandes éruptions solaires ne sont-elles pas semblables au jet du réacteur qui déplace un vaisseau spatial dans la direction opposée à son émission ? Les deux phénomènes ne sont-ils pas soumis à la même loi d'action-réaction ? Et puisque nous connaissons le cycle de onze ans qui régit la température du corps photosphérique solaire, et que ce cycle de réchauffement photosphérique est soumis à un cycle stable, ne pouvons-nous pas déduire de sa constance la mécanique de propulsion contrôlée qui régit la vitesse de croisière du Soleil, elle-même soumise à la loi de transformation de l'énergie gravitationnelle en énergie lumineuse ? La réponse est difficile mais pas impossible.

187. Prenez la réaction du Soleil au passage de la comète Hale Boop. Vous vous en souvenez ? L'extraordinaire éruption observée à la surface solaire immédiatement après le passage de la comète Hale Boop n'est-elle pas suffisante pour ouvrir notre intelligence au lien entre la température, la densité gravitationnelle et la vitesse de transformation, dans ce cas provoquée par un front d'onde à tête solide ? Et si le lien entre le passage de Hale Boop et l'éruption extraordinaire observée est un fait scientifique, comment pouvons-nous continuer à maintenir la relation entre le Soleil et les planètes dans les mêmes paramètres comportementaux lorsqu'un corps minuscule suffit à accélérer la vitesse de transformation d'une étoile entière pendant un temps équis !

188. L'un des piliers fondamentaux du développement de la pensée humaine concerne la recherche des causes à partir des effets observés, et inversement, la découverte des effets à partir de causes données. Grâce à la capacité de l'intelligence à se servir des instruments de la logique, l'aventure de la pensée a pu atteindre des sommets inattendus. Mais avec le temps et de nombreux exploits, les penseurs autrefois révolutionnaires ont commis le crime infâme de tuer la cause de l'effet observé parce que la découverte ne convenait pas à leurs intérêts subjectifs et à leurs émotions irrationnelles. Alors que le XXe siècle s'est perdu dans les méandres d'un athéisme scientifique qui a effacé les causes et opposé les raisons à la logique du réel, il faut croire que les héritiers de ces génies savent comment tordre le cou à l'effet et à la cause et conduire les ignorants dans l'abîme d'une irrationalité à l'ancienne. Car, aussi difficile à croire que cela puisse être, la Science est devenue athée afin de se prouver à elle-même qu'elle savait mieux que Dieu. Qu'elle ait mis fin à son discours au pied de la Grande Guerre ne l'a pas fait réfléchir pendant la Guerre froide à la pathologie dans laquelle son intelligence avait glissé sa logique. Sa pathologie s'appelait l'athéisme. Mais revenons au sujet de notre système solaire.

189. Le premier à penser à tous les facteurs à prendre en compte dans la stabilité dynamique du système solaire fut l'ingénieur qui envisagea sa création au sein d'un réseau moléculaire astrophysique appelé le Ciel. La plus grande difficulté que Dieu a dû surmonter a été les millions d'années que l'évolution de l'arbre des espèces a nécessité pour sa naissance et sa croissance. Si dans le cas de la création de la Biosphère, les processus pouvaient être accélérés sans provoquer de conflit scientifique, dans le cas de la Vie, la loi était et est bien différente. Dans le domaine de la Vie, disons les choses ainsi : les lois sont plus rigoureuses. Les millions d'années que l'évolution de la vie sur Terre a exigées de Dieu ont dû, par nécessité, placer un système complexe d'équations systématiques devant la table. Parmi ceux-ci, comment maintenir constante la vitesse de croisière du Soleil dans l'espace et le temps, et comment doter son Système d'une trajectoire de vol telle qu'il puisse glisser entre les constellations sans s'intégrer dans leurs systèmes, étaient les deux grands et principaux défis que son Intelligence devait surmonter. Et en regardant ici pour savoir comment il l'a fait, voilà où nous en sommes.

190. L'autonomie de vol que les étoiles ont dans leur nature de transformateurs d'énergie en lumière et en chaleur, un phénomène très similaire au comportement d'une particule excitée, qui se défend en rayonnant une sous-particule, est un aspect qui implique la nécessité de corriger l'hypothèse du mouvement astrophysique à partir et seulement à partir de la loi de la gravité universelle. Elle n'est pas niée, mais sa définition est simplement corrigée. Si jusqu'à présent la loi était la seule force, nous disposons désormais d'une mécanique de transformation de l'énergie, dont l'un des effets génère l'autonomie de propulsion nécessaire pour maintenir constante la vitesse du Système. Dans cet ordre, la phénoménologie de la photosphère solaire sert de cadre de référence à partir duquel activer l'image d'une étoile comme un vaisseau propulsé de manière autonome par la transformation de son énergie en carburant nécessaire au maintien de l'impulsion initiale. Autre chose, dans son irrationalité scientifique, l'Académie veut nier l'application de la loi action-réaction aux éruptions stellaires et à la vitesse sidérale. L'auteur ne voit pas comment un tel démenti peut être démontré et préfère donc poursuivre son exposé de la relation entre les planètes et la rotation du Soleil pendant sa trajectoire entre les constellations qui marquent son orbite.

191. Mettons-nous dans le cas. Nous avons le système dans lequel nous allons faire pousser l'arbre de vie. Nous savons positivement que des millions d'années civiles doivent s'écouler entre le moment où nous le plantons et celui où il porte ses fruits. Nous savons également que le développement de la vie exige que la nature maintienne sa structure dans ses propres conditions. Cela signifie que nous devons éviter toute interférence de facteurs cosmologiques externes dans le processus d'évolution. Cela nous oblige à protéger le système biosphérique de manière à ce que, tout en restant à l'intérieur d'un Univers, l'existence de cet Univers ne crée pas d'interférences mortelles. Comment faire ? La vitesse de croisière du Soleil, environ 600 kilomètres par seconde, et son assujettissement à la loi de la gravité font qu'au fil du temps, cette vitesse doit augmenter, ce qui est précisément ce que nous ne voulons pas. Et cela nous oblige donc à doter le système solaire d'un frein de sécurité qui agit automatiquement et se déclenche en réagissant à l'augmentation de sa vitesse. C'est ce que nous recherchons. Voyons quelles solutions pratiques notre Créateur a trouvées.

192. La première solution pratique était logique : charger le vaisseau solaire de telle sorte que l'accélération gravitationnelle soit ralentie par le travail de déplacement et oblige le vaisseau à transformer cette accélération exogène en force nécessaire pour effectuer le travail de déplacement de la charge de freinage. De cette manière pratique, le vaisseau spatial solaire maintiendrait sa vitesse de croisière toujours constante, tout en surmontant la tendance inertielle à augmenter sa vitesse au fil du temps. Mais transférons cette affaire au sol. Imaginons que la machine soit chargée de carburant. Le temps pendant lequel la machine sera sur la route dépendra, en plus de la vitesse développée, du poids avec lequel nous la chargeons. Si nous chargeons le coffre au maximum, nous réduisons le temps de travail que le réservoir peut développer. Nous appellerons ce type de frein exogène.

193. Mais imaginons maintenant un type de frein exogène encore plus sophistiqué. Imaginons qu'au fur et à mesure que la machine se déplace sur un espace plus grand, la charge du compartiment à bagages multiplie son poids : ne viendrait-il pas le moment où la machine serait ralentie, écrasée sous le poids acquis par ce frein exogène ? La question est la suivante : le Soleil est-il doté d'un tel frein exogène, de sorte que le poids des planètes est multiplié par l'énergie potentielle acquise pendant le temps écoulé ? Et vice versa, n'est-ce pas par cette loi de l'augmentation de l'énergie potentielle et de sa transformation en poids que la tendance du Soleil à se comporter selon la loi de la gravitation universelle est freinée ?

194. Les idées sur la nature des planètes étant fausses, les chiffres doivent être faux. Ce qui m'amène à dire que nous n'arriverons à rien tant que la dictature de la cosmologie du 20e siècle continuera à imposer sa loi dogmatique et son absolutisme rationaliste à l'intelligence du 21e siècle. Jusqu'à hier, Mars - comme je l'ai déjà dit - était une boule de gaz. Donc, si nous devons attendre que les sondes atteignent Pluton pour traduire son corps en masse géophysique, asseyons-nous et attendons que la mort arrive ; la mort arrivera plus tôt que la sonde vers Pluton. Une fois que les bons calculs sont sur la table, nous pouvons commencer à travailler sur des faits et non sur des raisons imposées sur la base de prix. Alors cessons de critiquer de manière destructive de tels génies et continuons à voyager à bord du vaisseau solaire et à nous poser des questions.

195. Le Soleil s'approche d'un système stellaire et par conséquent son accélération va se déclencher même contre l'opérabilité du frein exogène. Comment allons-nous surmonter ce nouveau problème ? Dans le jeu imaginatif que nous avons ouvert, nous sommes aux commandes, nous pilotons le navire et son avenir dépend donc de nous. Ce que nous devons faire maintenant, c'est prendre le volant et tourner à gauche, par exemple. Soit cela, soit nous entrons en collision avec les étoiles du système stellaire vers lequel la loi de la gravité nous entraîne. Peut-être pas demain ou après-demain. C'est du pareil au même. Notre mission est de trouver un moyen de provoquer le virage qui nous éloignera de la collision inévitable avec le système qui a pris le contrôle des commandes de notre vaisseau grâce à sa gravité. La première chose qui vient à l'esprit est de chercher le volant. Où est-il ? Parce qu'il y en a, il y en a. Des millions d'années et toujours le Soleil en route sont la meilleure preuve que Dieu a doté le vaisseau solaire d'un frein exogène, que sont les planètes et le jeu des énergies qui les font bouger, et d'un volant actionné par un programme de télécommande qui surmonte l'invincible accélération interconstellaire, obligeant le vaisseau à tourner. Mon intelligence m'amène à regarder autour de moi et à me demander : quelle sorte de force endogène est capable de faire en sorte que le système solaire se comporte comme un navire piloté par un capitaine intelligent ? Pour rendre possible cette pirouette que le Soleil exécute depuis la nuit des temps et sans le mécanisme de laquelle le navire aurait été intégré à n'importe quel autre système stellaire du voisinage : de quelle sorte de mécanique autonome Dieu a-t-il doté le Soleil ?

196. Comme hier et comme toujours, je lève les bras vers mon Créateur et lui dédie la joie que mon admiration pour sa réponse à ces problèmes suscite dans mon intelligence. Le programme de contrôle du routage à distance est appelé Alignement interplanétaire. Le frein exogène est créé, pourquoi vouloir un frein s'il n'y a pas de pied pour l'actionner ? Nous appellerons cette action du pied sur le frein la Mécanique du Spin Endogène. Si l'action de freinage exogène vient comme une réponse du Système dans son ensemble au milieu universel, cette action du pied sur le frein est donnée comme une réponse des planètes au comportement du Soleil. Plus ou moins. Mais avant d'aborder l'effet des alignements planétaires sur la trajectoire solaire, j'aimerais à ce stade évoquer la multiplication de la force des bras sous l'eau et la réduction du poids d'un corps sous le même élément. Ne pensez pas que je fais cela pour vous induire en erreur. Au contraire, je le fais afin d'ouvrir l'environnement naturel dans lequel le jeu des forces naturelles se déplace vers notre Système.

197. Pensez que le poids d'un corps est en relation directe avec la gravité. Un rocher d'un kilo a la même masse sur la Terre que sur la Lune, et ce même rocher n'a pas la même masse dans l'eau que hors de l'eau... Ils ont pourtant le même poids, n'est-ce pas ? Appliquons maintenant cette réalité au Soleil lui-même. Et ce, sans prétendre égaler en vision le génie qui a cherché un levier pour faire bouger l'univers. Imaginons alors que nous plaçons le Soleil à une extrémité du levier, que nous nous plaçons nous-mêmes à l'autre extrémité et que c'est à nous de le déplacer. La première chose que nous devons nous demander est quelle est la valeur de la gravité dans le milieu dans lequel nous nous sommes placés. Bien que cela puisse sembler être une astuce, plus la gravité est faible, plus le poids du corps est faible et plus l'efficacité de la force du bras contre le levier est grande. La déduction est évidente. Le poids du Soleil et de tout corps sidéral varie en fonction de l'interaction gravitationnelle de l'élan. Ceci d'une part. En revanche, contrairement au Soleil, les planètes de notre système se déplacent dans un milieu gravitationnel stable et maintiennent donc l'égalité entre la force qu'elles développent et le poids qu'elles peuvent soulever.

198. L'alignement planétaire, total ou partiel, multiple ou simple, agit comme un bras, et son action sur le Soleil est celle du bras contre le levier. L'équation systématique dit que l'accélération solaire est contrôlée par le programme régulateur dans lequel Dieu a transformé l'alignement planétaire. Les planètes transforment le poids du seul corps en lequel l'alignement les convertit : en force, et, puisque toute force doit par nature effectuer un travail, le travail qu'elles effectuent est de provoquer l'angle de rotation dont nous avons parlé, et de le maintenir constant. C'est, en effet, le volant d'inertie que nous recherchions.

199. Quant à la description physico-mathématique de ce vaisseau télécommandé en vol autonome dans les constellations du ciel, je la laisse à quelqu'un de plus expert en chiffres, inconnues et autres équations complexes. En mettant toujours en évidence les alignements planétaires partiels ainsi que totaux dans le tableau de la Systématique astrophysique appliquée, le premier agissant comme un contrepoids à la vitesse, et le second comme le déplacement du nez du Système vers l'hémisphère à partir duquel la charge est effectuée. En bref, avant de semer la graine de l'arbre des espèces sous les eaux du grand océan, Dieu a dû résoudre de nombreuses équations.

200. conclusion : Tout reste à résoudre au niveau des données finales. Les idées sont le prélude à la recherche. Et dans ce contexte, j'ai voulu retoucher ma première idée sur la relation entre les planètes et le Soleil au sein d'un champ gravitationnel partagé, dans lequel, tout comme le champ solaire lui-même est à l'origine d'une force centrifuge qui repousse les corps et produit les anneaux d'astéroïdes extérieurs, le Soleil est intégré dans un multi-champ de gravité ; le Soleil étant intégré dans un champ multistellaire, dont le centre est gravitationnel, comme si nous devions dire qu'il s'agit d'un point de référence autour duquel s'effectue le mouvement du cumulus, ce centre est à l'origine d'une force centrifuge générale, que le Soleil surmonte au moyen de la masse planétaire générale correspondant à son système. Ce qui nous amène, finalement, à une structure d'Ingénierie Astrophysique si parfaite que la laisser au chaos est, purement et simplement, du génie qui est incapable de comprendre l'édifice complexe d'équations que cet Ingénieur Divin a résolu au départ, et parce qu'il est incapable d'accepter l'échec d'émuler à lui seul, sinon en trois dimensions du moins sur le papier, la Science infinie de cette Intelligence Créatrice opte pour l'alternative du fou : Dieu n'existe pas. Que les astronomes et les mathématiciens de ce siècle en prennent note.

201. Les choses sont donc ce qu'elles sont, et non ce qu'elles semblent être ; bien que parfois ce qu'elles semblent être soit ce qu'elles sont. Nous parlons d'un nombre indéfini de millions d'années, au cours desquelles le système biosphérique a exigé son intégration dans une structure astrophysique stable. Jusqu'à présent, les durées des séquences géophysiques décrites ne sont pas entrées dans l'histoire. J'ai laissé ces chiffres aux défis que Dieu a surmontés un par un. Et je crois avoir dit qu'une fois l'Omnipotence du Créateur reliée au concept physique de puissance, les calculs naturels brûlent dans le Feu, gèlent dans la Glace, se noient dans l'Eau et s'évaporent dans l'Air. De combien de millions d'années Dieu a-t-il réduit la sublimation et le dégel de la calotte glaciaire lorsqu'il a intégré la Terre au système solaire au moyen de la parabole boréale ? Si le dégel de la calotte glaciaire avait été exposé à la distance correspondant à la troisième orbite, combien de millions d'années aurait duré le dégel ?

 

 

SEPTIÈME PARTIE

CRÉATION DES CIEUX

 

LA CRÉATION DE L'UNIVERS SELON LA GENÈSE.