web counter

cristoraul.org

EL VENCEDOR EDICIONES

« C'est la volonté actuelle de Dieu », m'a-t-il dit : « Unifier toutes les églises en une seule et unique ».

https://www.cristoraul.org/LaBiblia/Indice.html

 

JOURNAL D'UN FILS DE DIEU

EN ROUTE AVEC JÉSUS

 

LE COEUR DE MARIE

 

CHAPITRE I :“JE SUIS LE PREMIER ET LE DERNIER”

   

1. HISTOIRE DE MARIE

   

MAGNA CARTA MAGNA DU ROYAUME DE DIEU

   

 

 

PROLOGUE BIOHISTORIQUE À L'HISTOIRE DIVINE

 

 

Ce livre a vu le jour dans un petit livre, « Lumière, Vérité et Vie », écrit dans la prison militaire de Ferrol del Caudillo, en Galice, en Espagne, à la fin de 1978, pendant les jours du changement d'évêque à Rome entre Jean Paul I et Jean Paul II. Celui qui m'a ouvert la porte de son omniscience savait que, de l'ignorance à la connaissance de toutes choses, ce petit livre devrait suivre un chemin long et étroit, jusqu'à ce qu'il acquière le corps qu'il a aujourd'hui ; un chemin que nul autre que son auteur ne devrait suivre.

Son auteur, moi, Christ Raoul, j'ai quitté la Caserne des Marines avec ce « petit livre », écrit à la main, qu'on me donnerait à manger, et que j'ai mangé. Ce « petit livre » qui avait pour mon âme un goût plus doux que toutes les richesses de ce monde, allait, avec le temps, avoir pour moi un goût plus amer que le poison le plus acide.

Mais la Créature qui vit de l'Amour de Celui qui l'engendre ne connaît son destin que lorsque les vents et les tempêtes se déchaînent, que la terre craque et que les murs s'écroulent, que les eaux montent et pleuvent durement sur un édifice qui, malgré sa fragilité extérieure, a été fondé sur le Rocher.

Joyeux donc, sachant que Dieu n'abandonne pas ses enfants, et ayant reçu la promesse de la Victoire, je commençai mon voyage à travers le Temps, confiant dans la Parole de Celui qui m'a engendré pour apporter aux nations la Connaissance de toutes choses, pour leur annoncer la Fin de la Nuit et la Naissance d'un Jour Nouveau. Mais comment cette créature pouvait-elle savoir que la Connaissance de la Science du Bien et du Mal devait être expérimentée dans sa propre chair ! L'injustice, la passion, la haine, le mépris, la pauvreté... ne font-ils pas partie de la science du bien et du mal ?

Dieu ayant dirigé, et dirigeant le cours de l'Histoire de la Race Humaine depuis sa Chute jusqu'au Rétablissement de Sa Création, selon Son Décret : « Faisons l'Homme à notre Image et à notre Ressemblance », c'est-à-dire fils de Dieu, l'homme, exposé à un Monde asservi à la Loi du Bien et du Mal, et bien qu'engendré à l'Image de son Créateur, doit vivre sa croissance soumise à la Loi du Monde.

Ce Livre contient la connaissance de toutes les choses, celles du Ciel, celles des Cieux et celles de la Terre. C'est le Roi et Seigneur de l'Univers qui donne, et voyant son Œuvre bonne, c'est Lui qui envoie son Fils, comme Il a été envoyé par son Père.

Passé, présent et futur, telles sont les lignes le long desquelles l'esprit d'intelligence, à l'image et à la ressemblance de l'intelligence divine, fait avancer l'auteur à travers les livres qui composent cet ouvrage.

Les événements se sont déroulés de cette manière :

 

Un jour, au dernier carrefour des millénaires, moi, Raoul, un jeune homme de vingt ans, j'ai invoqué le Fils de Dieu. J'ai escaladé une montagne, laissé le monde et toutes ses valeurs derrière moi et me suis tenu devant Dieu avec une mer de questions brûlant mon être. Ce jour-là, j'ai fait le saut de l'autre côté du doute. Au-delà du doute, je me tenais devant mon Créateur.

Pour moi, Raoul, le temps du doute était passé. Dieu existe aussi sûrement que le soleil et les étoiles existent. Alors, jetant par terre le lest de l'opinion des experts, j'ai escaladé cette montagne et libéré mes pensées.

Et je dis qu'il y a eu de nombreuses heures où ce jeune homme a élevé sa voix vers le ciel. Le firmament, le soleil, la terre, la mer, ont été les témoins de mes paroles. Eux seuls savent avec quels mots j'ai invoqué mon Créateur.

Et à la fin, je suis tombé par terre sans force. Au sommet de cette montagne, je suis resté comme mort pendant un moment.

Quand je me suis levé, je suis rentré chez moi et j'ai attendu ce qui est écrit : « A celui qui frappe, on ouvrira la porte ». Et c'est ce qui s'est passé. Le Fils de Dieu m'a entendu et s'est ouvert à moi. Alors s'est accompli en moi ce qui est écrit : Pour celui qui croit, des entrailles de son cœur jaillira une source d'eau vive.

Après tout cela, moi, Raoul, j'ai continué mon chemin, et sur mon chemin j'ai rencontré une personne très spéciale. Ils l'appelaient « Le Professeur ».

Jeune homme, le Prof est parti aux Amériques. Après des décennies, il est rentré dans la mère patrie plein de gloire, honoris causa, et tout cela, la récolte de ses semailles dans les universités latino-américaines. De retour dans sa petite patrie, Prof a vite découvert que pour servir Dieu, il n'est pas nécessaire de partir si loin ; il suffit de tourner le coin de la rue, de regarder autour de soi et de voir des moutons perdus partout sur les falaises.

Emu par le sort de ces jeunes - Dieu sait par qui, condamnés à mourir sous l'effet du poison des quatre lettres maudites : le SIDA - le Prof ouvra une grande maison dans le centre de sa ville natale, Malaga, et met ses chambres au service des jeunes qui, comme des chiens sans maître, prolifèrent dans les rues. C'est dans cette maison que le Prof et Raoul se sont rencontré

Avec le temps, je suis revenu pour faire mon propre chemin. Et ils sont partis en automne et en hiver de cette année-là (1976). Au printemps suivant, le Prof et moi, Raoul, nous nous sommes retrouvés à Madrid.

Le fait que le Prof soit à Madrid est dû au fait qu'une maladie a été découverte dans son cerveau. Ses ennemis ont dit que c'était la punition de Dieu pour avoir dilapidé sa fortune sur ces lépreux non sauvés. L'opération a certainement coûté une fortune, que le prophète n'avait pas, car il l'avait dépensée pour les brebis égarées, et maintenant le pauvre homme mendiait de l'aide.

Le Prof a erré dans Madrid de porte en porte. Lorsqu'il a retrouvé Raoul, l'homme avait déjà perdu le compte - les amis des vieux jours de gloire ! Le fait est que l'homme ne désespérait pas non plus. Ce qu'il a ressenti, c'est la solitude.

« Et toi, Raoul ? Ne me dis pas que tu as manqué ton rendez-vous avec l'armée. Et maintenant, vous partez à l'aventure, un jour ici, le jour suivant là-bas ».

C'était génial. Il avait la cinquantaine. Taille moyenne, visage joyeux, traits latins. Conversation divertissante. Il était toujours souriant, « mauvais temps : bon visage », disait-il. Il ne fumait pas, ne buvait pas. Il n'était pas marié. La grande passion de sa vie, la seule qu'il ait jamais eue, c'est le Christ, et il l'avoue comme quelqu'un qui est très fier de posséder le trésor le plus fabuleux du monde.

Les semaines suivantes se sont fondues dans le fleuve du temps. Le Prof a poursuivi son chemin de croix de porte en porte. Pendant ce temps, le mal continuait à grandir dans son cerveau. Et il portait sa croix sur son dos sans autre consolation que celle qu'il pouvait trouver dans la compagnie d'un garçon.

La tragédie et la grandeur de cet homme m'ont impressionné. Nombreuses ont été les histoires qui m'ont impressionné tout au long de mon existence autour du monde, mais aucune n'a eu un effet aussi décisif sur ma vie.

Et ce qui devait arriver arriva. Un soir de cet été-là, après avoir tant erré dans les avenues de Madrid, je suis retourné dans la chambre que je partageais avec le Prof. Au firmament des cieux, la pleine lune promenait sa grâce ; le voile de sa lumière me fermait les yeux. Bientôt, j'ai été réveillé par des gémissements. Croyant qu'elles venaient d'un Prof perdu dans ses rêves, je me suis endormi. Enfin, j'ai ouvert les yeux et j'ai vu le Prof, assis sur le bord de son lit, le regard perdu dans l'infini. Un filet de sang a coulé sur son menton. Le Prof se parlait à lui-même.

Le garçon que j'étais, laissa l'homme parler. Mère de Dieu, le chagrin qui tuait le Prof n'était pas sa maladie, ni la découverte que ses amis étaient inconscients de son problème. Le plus grand chagrin de son âme était de ne pas savoir pourquoi Dieu l'avait abandonné.

« Est-ce là le prix d'une vie de service, Seigneur ? Est-ce là mon salaire ? », se lamenta dans son ignorance ce docteur de plus de théologies que saint Augustin et saint Thomas ensemble.

 

L'été 77 est arrivé, j'ai déménagé à Ibiza. Tout dans ce monde ne doit pas être des emplois, des aventures, des erreurs, des succès. Lorsque Dieu a créé le Ciel et la Terre, il a aplati les montagnes et disposé de vertes prairies au bord de belles rivières, afin que les êtres humains puissent se déshabiller et se consacrer au sport de la vie.

À l'époque, je me tenais sur les falaises, de l'autre côté des murs du château, pour regarder la mer. C'est alors que, dans le champ de mes réflexions et de mes méditations, le Fils de Dieu a semé dans mon cœur un merveilleux désir : jouir d'une intelligence sans mesure pour connaître toutes choses.

Et comme une graine dans une bonne terre qui pousse en un arbre, ce désir a porté du fruit dans mon âme. Alors un de ces jours, moi, Raoul, je me suis levé, j'ai ouvert les bras et j'ai demandé au Fils de Dieu ce que je désirais le plus avoir en ce monde :

« L'esprit de Yahvé : Esprit d'intelligence sans mesure pour connaître toutes choses ».

Ma Foi, placée dans Sa Parole, et ma Confiance en Sa Gloire, ne doutant pas que ce soit Lui qui ait semé pour récolter en moi, comme il est écrit : « Qui est celui qui donne le premier, pour avoir un droit sur Dieu ? », je poursuivis mon chemin dans l'Espoir de recevoir une Réponse.

Et c'est ce qui s'est passé. Bientôt, le Fils de Dieu m'a fait connaître sa réponse : « Tu sauras tout, tu sauras tout », m'a-t-il dit.

Cela s'est passé au cœur de l'Europe, dans la nation qu'on appelle la Belgique.

 

J'avais frappé et on m'avait ouvert, j'avais demandé et on m'avait donné. Avec la confiance dans la véracité du Fils de Dieu, j'ai poursuivi mon chemin.

Puis un vent très fort s'est levé. Au service de son Créateur, l'ensemble de la création a saisi ce jeune homme par les cheveux, l'a soulevé, et lorsqu'il a voulu ouvrir les yeux, il s'est retrouvé sous terre. Le lendemain, je me suis retrouvé chez mes parents avec ma vieille bible dans les mains et une question en tête : comment Dieu a-t-il créé la Lumière, le Firmament, en un mot : l'Univers ?

Les semaines suivantes, j'ai essayé de déchiffrer le hiéroglyphe de Moïse. En vain. J'avais beau retourner le texte, je ne trouvais pas la clé qui me permettrait d'ouvrir son sceau, d'entrer et de voir ce qui se trouvait de l'autre côté de la porte de la lumière de la Genèse. Mais un jour, en revenant de Malaga la Bella, alors que j'admirais le ciel d'automne à travers les fenêtres du bus, j'ai vu la Lumière. Je tenais dans mes mains la Clé de la Lumière.

Je suis descendu du bus, j'ai ouvert la porte de la maison. Ma mère m'a regardé avec impatience.

« Je vais être écrivain, maman », ai-je dit sans réfléchir.

« Souviens-toi de tes frères quand tu seras célèbre », a-t-elle répondu.

Cette femme ne savait ni lire ni écrire. Quelle femme ! Comme est grand le mystère de la maternité humaine! Les sages se creusent les méninges à la recherche de la formule pour la production industrielle des Einstein, Newton et consorts, et la Nature vient se moquer de la Science en faisant d'une femme illettrée la pierre philosophale. Alors, tout excité par ce que mon Dieu venait de me montrer, j'ai pris du papier et un crayon et j'ai commencé à balbutier les premiers mots d'une Intelligence non mesurée qui remplissent ce Livre (Création de l'Univers selon la Genèse. Une introduction à la cosmologie du XXIe siècle).

 

Les faits relatés dans la CREATION DE L'UNIVERS SELON LA GENESE, LIVRE III DE L'HISTOIRE DIVINE DE JESUS CHRIST. LA BIBLE DU 21ème SIÈCLE, se référant à "la création de la lumière", sont les suivants :

 

Un : Multiplication contrôlée de la densité par unité cubique astrophysique du champ gravitationnel terrestre. L'origine de cette Multiplication Contrôlée, ai-je dit, est la Nature de l'Être Divin.

Deux : Accélération verticale des révolutions de travail du transformateur géonucléaire de la Terre. D'où l'accélération rotative du Globe sur son axe, et l'implosion astrophysique du Noyau à l'origine de la chaleur de la Planète.

Trois : soulèvement thermodynamique global du corps géophysique qui, à partir du manteau, s'est étendu jusqu'à la surface et a produit la fusion primaire de la croûte.

Quatre : liquéfaction de la croûte primordiale sous l'effet de la fusion des globes externes et production de l'atmosphère primordiale. 

Cinq : Une fois achevée la transformation du combustible gravitationnel en chaleur, la Terre est retournée aux mains de la Nature, ses nouveaux changements se conformant à la loi de l'Inertie.

A. Décélération des révolutions de travail du transformateur géonucléaire.

B. Chute de la vitesse de rotation de la Planète.

C. Et diminution de la température du Globe.

Ce sont les trois premiers effets visibles. Ces trois effets ont été la cause d'une nouvelle séquence d'effets. Le premier de ces nouveaux effets a été le refroidissement de la surface extérieure du Globe, qui a ipso facto posé la première pierre pour la création de l'anneau géophysique extérieur, la lithosphère.

Sept : On peut aussi parler de solidification de la croûte secondaire. Quoi qu'il en soit, c'est selon les goûts. Une fois que nous aurons approfondi le sujet, nous aurons le temps de les différencier. Pour aller plus loin, disons que la lithosphère est au globe ce que la croûte secondaire est à la lithosphère. En résumé, la croûte secondaire est la couche externe de la lithosphère. C'est donc la croûte secondaire qui a été la première couche lithosphérique à se solidifier.

Huit : L'abaissement continu de la température géophysique à son ancien état de référence, qu'elle n'atteindra jamais, a provoqué la solidification de la croûte secondaire, comme je l'ai dit, et la création de l'anneau lithosphérique. L'architecture géophysique a continué à compléter son corps avec la naissance du deuxième anneau, le manteau, dont le refroidissement couperait la source de chaleur à laquelle l'atmosphère primordiale s'était jusqu'alors alimentée pour conserver son état naturel.

Neuf : Le refroidissement de l'extérieur vers l'intérieur du globe devait logiquement transformer l'anneau lithosphérique en un mur annulant le transfert de chaleur du noyau vers l'atmosphère.

Dix : isolée thermiquement du noyau, la température de l'atmosphère a chuté à la vitesse vertigineuse imposée par l'isolement. Son volume s'est figé. Le résultat a été la transformation de l'atmosphère en un linceul de glace qui a recouvert la sphéricité de la planète du pôle nord au pôle sud au cours de la soirée du premier jour. Comme je l'ai déjà dit, ce suaire de glace est la Lumière dans le Verbe du premier jour.

Résumer

R : Multiplication de la densité du champ gravitationnel de la Terre. 

B : élévation verticale du taux de travail du transformateur central géophysique.

C : Fusion du manteau et liquéfaction volcanique de la croûte primaire. 

D : Production de l'atmosphère primordiale "classique".

E : Refroidissement du noyau et solidification de la croûte secondaire, ou lithosphérique.

F : Sublimation de l'atmosphère primordiale.

G : Création de l'inlandsis qui a recouvert la sphère terrestre.

Le reste concernant les événements de Dieu et de son Fils Créateur est écrit dans le livre trois de l'HISTOIRE DIVINE DE JÉSUS-CHRIST.

 

Personnellement, à l'âge de 21 ans, je n'ai pu contenir mon admiration pour le Créateur du Hiéroglyphe de la Genèse, dont le Sceau est resté impénétrable devant tous les génies de tous les temps. Son Omniscience et sa Sagesse salvatrice m'ont séduit, captivé, émerveillé. Et enfin, j'étais dans cet état d'excitation intellectuelle non mesurée lorsque j'ai été appelé pour mes obligations militaires.

 

En novembre de cette même année, je me suis engagé dans la marine. Au cours de l'hiver, du printemps et de l'été suivants, le Fils de Dieu m'a montré tout ce qui concerne le Droit Divin, la Justice du Salut, les fondements de la Rédemption. En bref, la nourriture à propos de laquelle Il a dit : « J'ai une nourriture que vous ne connaissez pas ».

Eh bien, l'été est passé et l'automne est arrivé. Un jour de cet automne, ils m'ont mis dans une prison militaire pour purger une peine de deux mois et un jour, en guise de punition pour mon temps de fugitif.

Pendant que j'étais dans la cellule, le Fils m'a présenté au Père, et le Père m'a montré ce qu'il avait dans son cœur : l'espérance du salut universel qu'il a conçue au début des temps.

En effet, un seul homme a péché, et son péché, soumis à l'effet domino, s'est répandu sur toute la surface de la terre. Ainsi, en élevant son Fils sur le Trône du Jugement Universel, il l'a glorifié à nouveau en lui conférant tous les pouvoirs du Chef de la Justice de son Royaume, parmi lesquels celui de prononcer l'Acquittement de l'Accusé, en l'occurrence l'Acquittement Universel sur la base du Droit de Rédemption qu'il a lui-même conquis pour la Race Humaine. Car en nous offrant la Justice de la Foi, tous les peuples nés avant le Christ ont été privés de sa Grâce ; et pourtant ce sont toutes les nations qui ont été livrées à la Mort pour le péché d'un seul homme. Ainsi, ayant vécu sous la même ignorance qui nous a rendus tous dignes de la Grâce, nos pères ont été privés du Salut en raison de la Nécessité de la Mort du Christ. Mais Dieu, dans sa merveilleuse Justice, en élevant son Fils à la Présidence de la Cour Suprême de Justice de son Royaume, lui a accordé des pouvoirs infinis et éternels pour rendre le Jugement selon l'esprit et la vérité. Il peut ajuster son Verdict final à la prophétie sur la base de notre méchanceté, ou à la Santé de sa Paix en récompense de notre Foi en croyant qu'il peut restaurer toutes les âmes à leur condition naturelle de bonté. Notre bonté consiste à croire que l'humanité ne se serait jamais éloignée de son Créateur si la trahison du Serpent ne s'était pas interposée entre Dieu et l'Homme. Notre victoire : écrire dans les pages de l'histoire mondiale ce que nous croyons, nos actes donnant corps à l'argument de la défense.

A cette époque, un évêque de Rome est mort. Un autre lui a succédé. Et 33 jours plus tard, son successeur est mort. C'est Jean-Paul II qui a succédé au défunt.

Ces mêmes jours, le Fils de Dieu m'a fait connaître la volonté actuelle de son Père :

« C'est la volonté actuelle de Dieu », m'a-t-il dit : « Unifier toutes les églises en une seule et unique ».

 

Le Fils de Dieu m'a immédiatement endoctriné dans la nature de l'esprit participatif de la Parole, dans lequel tous les enfants de Dieu ont leur croissance. Car lorsque c'est à Dieu d'agir et de faire place à ses enfants, il dote ses créatures de tous les moyens nécessaires à leur accomplissement. L'obéissance est donc le début de la croissance surnaturelle de son Royaume.

 

CONSEIL DU VATICAN 21E SIÈCLE.

CONSEIL UNIVERSEL DU CULTE DU FILS DE DIEU.

 

LA CONSTITUTION ÉTERNELLE DE L'ÉGLISE

 

Article A

L'Innocence et la Liberté de Dieu sont non-négociables, incorruptibles et inaltérables. En eux, nous avons tous ses enfants, ses serviteurs et la plénitude des nations de la création : notre joie, notre paix et notre avenir. Dieu est Saint, Béni soit son Esprit, vous qui aimez la vérité, la justice et la paix, bénissez son Esprit Saint, qui ne respecte pas les personnes et qui a fait de l'égalité dans la fraternité entre toutes les nations de son Royaume l'étoile du matin.

Article B

Le but de la Rébellion des "anges rebelles" était d'ériger entre Dieu et son Fils un mur de séparation, de susciter le mépris du Fils pour l'Esprit Saint de son Père, ce que le Diable espérait obtenir par la connaissance de la science du bien et du mal afin de le convertir à la religion de l'Enfer. La déclaration d'immunité de la Maison de Dieu par le Diable fut à l'origine de la guerre qui fit de la Terre le champ de la bataille finale entre Dieu et la Mort. Guerriers, enfants de Dieu, bénissez votre Roi, votre Roi n'a pas succombé à la tentation, il a aimé Dieu et l'a adoré comme "Celui qui est" : l'Esprit Saint dans la vie duquel toutes les créatures ont notre bouclier, notre force, notre protecteur, la fontaine d'amour sans le fleuve de laquelle l'Arbre de Vie se dessèche et périt sous le feu des rigueurs de l'enfer de ces dieux ! Jésus est le Nom de votre Roi. Bénissez son nom, nations de la terre.

Article C

La Chute a ouvert les yeux de Dieu et il a vu son véritable ennemi, la Mort, face à face. L'éternité et l'infini avaient attendu cette bataille finale. La déclaration de guerre de la créature contre son Créateur étant un acte de folie totale, Dieu ne pouvait plus être aveuglé par l'Amour pour ses enfants et, dans la Trahison, la lance plantée dans le cœur de son Père, il a vu la Force qui animait le bras du Serpent. C'était leur guerre, l'Infini et l'Eternité s'étaient dressés contre l'Enfer que la Mort leur proposait comme modèle de Création et avaient appelé Dieu à leurs côtés. Dieu, ne faisant qu'un avec l'infini et l'éternité, a accepté la déclaration de guerre apocalyptique contre les forces de l'enfer. La mort serait extirpée du corps de la création et jetée dans l'abîme de l'oubli, éternel et infini. Béni soit Dieu, notre Père. Guerriers, fils de Dieu, élevez avec moi le cri, acclamez son Nom d'un bout à l'autre de la terre, criez avec moi son Nom : Yahweh !

Article D

Dieu a libéré toutes les Nations de l'obéissance due à leurs dirigeants et a placé l'obéissance de toutes Ses créatures aux pieds du Roi qu'Il a donné à Son Royaume : Son Fils Premier-Né, Dieu l'Unique. Toute personne qui met sa vie aux pieds d'un autre que le Roi son Seigneur commet le crime de rébellion contre Dieu.

Article E

Le Seigneur Jésus est l'unique tête, visible et invisible, de l'Église. Quiconque prétend être le chef universel de l'Église commet le crime de rébellion contre Dieu.

Article F

 

Les serviteurs vivent par la main de leur Seigneur. Toute personne qui entre au service du Christ en tant que prêtre doit vendre ses biens et les distribuer aux pauvres. Le prêtre qui utilise la richesse qui lui vient de son Seigneur pour s'enrichir ou enrichir sa famille rompt le contrat avec Dieu et sera expulsé de l'Église.

Article G

Toute personne qui entre au service du Seigneur à perpétuité en tant que prêtre appartient au Christ, corps et âme. Ceux qui sont mariés restent unis par le corps à la femme, mais le pouvoir de la succession sacerdotale ne leur appartient pas, c'est le pouvoir du Christ dans son épouse, l'Église catholique : qui par ses évêques fait des prêtres pour Dieu à l'image du Christ.

Article H

L'Église catholique est l'Épouse du Christ, elle vit de la main de son Seigneur. Sa propriété est l'Église. Celui qui taxe l'Église, la Maison de Dieu sur terre, commet le crime de rébellion contre Dieu. Tout bien autre que le Temple, la Maison du Prêtre, qui appartient au Prêtre, est un crime contre le Seigneur, le Prêtre devra choisir entre abandonner l'Église ou abandonner les biens qui appartiennent aux hommes entre les mains des hommes. 

Article I

Le prêtre, image vivante du Christ parmi les hommes, qui est trouvé en crime contre les lois humaines : qu'il soit expulsé de l'Église, livré à la justice des hommes parmi lesquels il a déshonoré la Gloire Immaculée du Seigneur ; si c'est contre celles du Ciel, qu'il soit expulsé sans appel parmi les hommes de l'Église.

Article J

Tout prêtre qui oint comme roi des chrétiens un homme quelconque commet une rébellion contre Dieu, qu'il soit expulsé de l'Église, et que son acte soit déclaré le fruit de la folie.

Article K

Tout prêtre qui soumettra le peuple à un serment d'obéissance à un homme quelconque commet une rébellion contre Dieu, qu'il soit expulsé de l'Église.

Article L

Tout chrétien qui prête un serment d'obéissance à un homme quelconque renie Dieu.

Article M 

Le prêtre, image du Christ, qui touche l'épée de la mort, qu'il soit expulsé de l'Église. Toute vie appartient à Dieu, son Seigneur, et de son sang il demandera des comptes à celui qui l'aura versé, qu'il soit fils ou serviteur.

Article N

Le prêtre ou le pasteur qui pose des conditions à son Seigneur pour faire sa volonté, qu'il soit expulsé de l'Église, il a rompu son contrat avec Dieu.

Article O

L'Église est le Corps du Christ, celui qui s'oppose à sa Volonté, empêchant son Seigneur d'être libre, se déclare en rébellion contre Dieu.

Article P

Le Seigneur est le chef de toutes les églises et le chef universel de tous les prêtres et bergers du troupeau de son Père. Le pasteur ou le prêtre qui ne tient pas compte de son appel rompt son contrat avec le Seigneur.

Article Q

Les églises doivent vendre tous leurs biens et donner l'argent aux pauvres. Le Christ est leur bien éternel, leur richesse impérissable. L'église qui ne le fait pas commet le crime de rébellion contre Dieu. Le Temple est la maison du prêtre et sa propriété parmi les hommes.

Article R

Les églises déposeront aux pieds de leur Seigneur toutes leurs thèses, leurs propositions, leurs divergences, et glorifieront leur Seigneur devant l'ensemble des nations en faisant sa volonté.

Article S

L'Église catholique est l'Épouse du Christ et la Mère de sa progéniture, elle est le tronc de l'arbre dont les branches sont les Églises, les membres du Corps du Christ sans lesquels le Christ ne peut ni marcher ni agir et est couché à terre comme un mort. Tout prêtre ou groupe de prêtres ou communauté de pasteurs qui se tient entre le Tronc et les Branches se déclare en rébellion contre Dieu.

Article T

Tout prêtre ou berger au service du Christ travaille pour le Seigneur et c'est à Lui seul qu'il doit son obéissance. C'est donc vers Lui qu'il faut se tourner pour connaître sa volonté actuelle.

Article U

Toute église qui devient le corps d'un chef humain appartient à ce chef, pas au Christ. Les chrétiens sont libérés de tout serment qu'ils ont été contraints de prêter par cette église rebelle au Roi du Ciel et de la Terre.

Article V

Les chrétiens, le peuple, les serviteurs et les enfants de Dieu, n'ont pas d'autre Juge éternel, Grand Prêtre universel, Maître éternel, Sauveur divin, Roi et Seigneur que Jésus-Christ.

Article W

Le prêtre est l'image vivante du Christ parmi les hommes et les nations. Le sacerdoce appartient à l'homme par disposition et décret divins, la femme n'a aucun art ni aucune part dans l'autel, et l'évêque vit à l'image et à la ressemblance du Christ.

Article X

Les chrétiens n'ont pas d'autre Dieu que Yahweh Dieu, le Père de Jésus-Christ.

Article Y

Tous les chrétiens sont des enfants de Dieu, le Père de Jésus-Christ.

Article Z

Nous nous reverrons tous au Paradis.

 

 

À la fin de sa visite, le Fils de Dieu m'a dit : « JE SUIS LA RÉPONSE ».

 

C'est alors que, à l'approche de Noël 1978, une question a commencé à faire son chemin dans mon esprit; et comme elle prenait de plus en plus de place, elle s'est aussi emparée de mes nuits, au point que je n'osais même pas fermer les yeux.

La question qui s'était installée dans mon être s'enracinait dans l'Espérance du Salut Universel que Dieu et son Fils m'avaient montré. Qu'étais-je prêt à donner pour cette Absolution Universelle ?

« Mon âme ! » était ma réponse.

Mais c'est une chose de dire, et une autre de faire. Un amour sans actes, qu'est-ce que c'est ? Que la désertion soit la preuve de cet amour, alors allez-y. Qu'une obscurité dense m'attendait aussi de l'autre côté. La décision était la mienne.

Et déterminé, j'ai franchi cette porte.

Je me suis arrêté à Madrid, avec ce petit livre, "Lumière, Vérité et Vie", écrit à la main pendant ces deux mois et un jour ; je suis entré à l'Editorial Cristiana. Et par la porte où je suis entré, je suis sorti.

De Madrid, j'ai sauté à Zaragoza. Accueilli par un ami dans sa maison, ignorant lui-même et sa famille de mon statut militaire mais ravi de m'avoir avec eux ce Noël-là, je m'asseyais et méditais sur la Plaza del Pilar. Les événements de l'année dernière avaient donné un nouveau sens à mon existence. Que devais-je faire maintenant, où devais-je aller ?

En ces jours de profonde méditation existentielle, ma joie est devenue infinie lorsque Dieu m'a donné une "petite pierre avec un nom écrit dessus que seul celui qui la reçoit connaît". C'était pour moi. C'était le mien. Je lis : "Christ Raoul".

 

LA RÉVOLUTION MONDIALE D'ANNE

 

Ainsi, sautant de Saragosse à Paris, et de Paris à Madrid, années 79 et 80, j'étais sur le point de retourner à Paris quand « mon Père qui est aux cieux » m'a arrêté. Une fille de Dieu, nommée Ana, avait été attaquée par la Mort ; La mort se préparait déjà à l'emporter, tuant avec elle la Nouveauté qu'elle avait apportée au monde, à savoir que Dieu a donné sa bénédiction à une Révolution mondiale omnisciente, qui, touchant toutes les branches de l'arbre de la connaissance, doit faire bondir la Société de la Plénitude des Nations d'un modèle fondé dans l'Antiquité, et repris par la Modernité, à une Société fondée sur les Principes éternels et immuables sur lesquels Dieu a élevé son Royaume.

Christ Raoul donna la main à Hannah, la libéra de l'étreinte de la Mort, et comme la colombe percée par la flèche d'un ennemi, mortellement blessée mais non mortellement, une fois guérie de sa blessure, ouvre ses ailes et retourne au ciel en liberté, ainsi Hannah continua son chemin jusqu'à l'Heure où la Volonté de Dieu remplirait la Terre, et appelant Ses enfants à la Bataille Finale, les rassemblerait à nouveau. Voici donc quelques-unes des choses qui vont se produire dans les années à venir.

 

Unification de toutes les églises chrétiennes autour du tronc catholique ;

Dissolution de la Fédération de Russie, et conversion de Moscou ;

Chute de Bruxelles et de Berlin ;

Extinction des religions : L'islam et l'hindouisme ;

Indépendance du Tibet et démembrement de la Chine et de l'Inde en de nombreux États avec leurs nations ;

Extinction de l'athéisme scientifique et révolution des sciences médicales et des sciences de l'énergie ;

Chute de l'ONU et création de l'arbre de la plénitude des nations avec une juridiction universelle contre la guerre et les dictatures ;

Abolition de toutes les couronnes, européennes, africaines et asiatiques ;

Création de la Communauté des États d'Amérique latine et multiplication du Brésil dans différents États avec leurs nations;

Création d'un Corps Judiciaire et Policier Mondial pour lutter contre le crime et les organisations criminelles internationales ;

Révolution agricole mondiale : extinction des plants de tabac, de cocaïne et de marijuana ; contrôle des plants de café, de vigne et de pavot ;

Reforestation de la planète ;

Fin du communisme, sous toutes ses formes, politiques et idéologiques ;

Adhésion de l'État d'Israël à l'Alliance militaire de la Plénitude des nations chrétiennes ;

Adhésion des États-Unis d'Amérique à la Cour pénale internationale ;

Abandon des énergies destructrices de la planète : pétrole, charbon et gaz ;

Évolution des États vers des administrations soumises au devoir d'accomplir les droits de la famille ;

L'évolution de l'argent liquide et du papier-monnaie vers l'argent numérique et l'assujettissement de son mouvement au corps de la justice ;

L'accès gratuit pour tous les hommes à l'enseignement universitaire et aux moyens de développer leurs capacités créatives;

Création de trois communautés africaines internationales : l'Afrique blanche ou australe, l'Afrique noire ou moyenne et l'Afrique méditerranéenne, libérées des monopoles et oligarchies européens, asiatiques et américains.

 

Après cette période de deux ans à marcher dans le noir, et sachant que mon Heure était encore loin dans le temps, mon Dieu a dit au revoir à la femme qui m'avait tendu la main pour aller à Paris.

Après m'être enfermé dans les livres pendant trois ans, j'ai pris une épouse, qui m'a donné un fils. Moi, Christ Raoul, j'ai pris la femme et l'enfant et je suis parti en Crète, où, à l'âge de 86 ans, mû par l'Esprit, j'ai jeté ma vieille Bible au feu. Emergeant de ce feu, le Fils de Dieu m'a montré l'histoire de l'incréation, de l'infini, de l'éternité et du Dieu qui, depuis le début sans commencement de l'incréation, était la cause métaphysique du cosmos, puis, formé par la Sagesse, comme il est écrit "Je suis Dieu, j'ai été formé seul, et après moi il n'y en aura pas d'autre", est devenu la cause physique du nouveau cosmos : sa création.

"Écris tout ce qui t'est montré", m'a dit le Seigneur Jésus. Moi, Christ Raoul, je l'ai fait.

De retour chez mes parents, je laissai avec eux la femme et l'enfant ; je sautai à Paris, de Paris à Londres, de Londres à Jérusalem, et de Jérusalem à Madrid. Là, le Roi du Ciel m'a dit : "Envoie la femme et son enfant dans la maison de ses parents, car sa maison n'aura aucune part dans ta maison". Moi, Christ Raoul, je l'ai fait.

Je suis retourné à Londres, je me suis installé à Finsbury Park, où j'ai reçu la visite de la Mère du Christ, qui m'a ouvert les yeux sur ce que contenait son Cœur : « "Le Cœur de Marie ».

Ayant écrit tout ce que la Mère de Jésus-Christ avait gardé dans son Cœur depuis le jour de son Ascension au Ciel, et à peine avais-je commencé à jouir de la victoire, que la Mort frappa à la maison de mes parents. Comme il n'était pas bon pour moi d'être seul, Dieu m'a donné une compagne, qui a conçu une fille, mais Dieu m'a dit : « Sors de sa maison, car ta maison ne sera pas comptée par elle ». C'est ce que j'ai fait.

 

Le vent s'est levé et j'ai traversé l'océan ; je suis resté un mois au Mexique, et neuf mois aux États-Unis. À mon retour, et après la mort de l'homme qui m'a mis au monde, je suis retourné en Crète, où je suis resté un an. Après cette année-là, le vent a repris et m'a transporté d'Athènes à Vienne, Prague, Budapest, Bratislava, Berlin, Copenhague, Stockholm, Helsinki, Oslo et Rome, où j'ai célébré le bimillénaire de la naissance du Christ. Mais mon heure, bien que proche, n'était pas encore venue.

À l'aube du nouveau jour, je suis retourné dans la maison où je suis né et je me suis mis au travail. Pendant que j'y étais, une femme est entrée dans ma vie, et Dieu m'a dit : « C'est par elle que ta maison sera comptée », et je l'ai emmenée avec moi à Berlin. Mais la femme, tentée par le Diable, s'est laissée séduire. Cherchant à me détruire afin d'enterrer cette histoire divine dans la poussière du temps, le Diable a utilisé cette femme pour injecter dans mon âme le poison d'une haine qui appelle le sang. Mais Dieu m'a dit : « Tu ne verseras pas de sang ; mais si elle touche le tien, tu seras libéré de son sang ». J'ai obéi. J'ai renvoyé la femme et l'ai envoyée avec ses enfants chez ses parents.

Allongé sur le sol, je suis resté trois fois et demie. Quand je me suis rétabli, j'ai vu le Roi des Cieux à la tête de la Maison des fils de Dieu, la Maison de Yahvé et de Sion, venant conquérir pour le Royaume de Dieu la Plénitude des Nations de l'Humanité, et s'adressant à moi, il m'a dit : « Lève-toi, mon fils, et puisque tu n'as pas versé le sang de tes ennemis, sans sang je délivrerai le monde, et tes enfants seront les témoins devant les nations que c'est Moi qui l'ai fait : Il y aura une Révolution Mondiale, il n'y aura pas de Guerre Mondiale ! Prends courage, mon fils, et sois fort, car ton Heure est proche ».

Je me suis levé et, rempli de l'esprit, je me suis exclamé : « Que le monde s'éveille à la Vérité ».

C'était en 2014 lorsque, dans un jugement injuste, j'ai été dépouillé de tout ce que j'aimais en ce monde ; j'ai demandé justice à Dieu, mon Sauveur, qui m'a délivré des ténèbres et m'a ramené dans la maison de mes parents, où j'ai été fortifié. A la porte du printemps 2016, j'ai suivi mon Roi là où tout a commencé, en Galice, à Ferrol. Et en ouvrant les yeux, j'ai lu : « Sois zélé, et achète de moi de l'or glacé au feu, et achète-toi des vêtements neufs ». En m'émerveillant de ce que je lisais, je savais qu'avant de commencer le chemin, Il en connaissait déjà la fin. Et non seulement depuis ce jour, mais depuis le début des temps, Il connaissait déjà la nature du chemin que le vainqueur, Son fils, aurait à vivre.

Prenant des forces, j'ai acheté l'or de la loi de Sa Parole. Et j'ai entendu la voix de Dieu le Père tout-puissant, qui disait : « Qu'on ne trouve pas de place sur la terre pour le Diable »

Regardez-moi ici sur la Place des Piliers, car en moi se trouve l'Esprit d'Intelligence pour appeler tous les enfants de Dieu à la Bataille Finale pour la Liberté de la Plénitude des Nations de l'Humanité, et ainsi s'accomplit, comme au Ciel sur la Terre, la Volonté de Dieu, que ne trouvant aucune place dans Sa Création le Malin soit jeté dans l'Enfer préparé pour lui et ses frères au fond de l'Abîme recouvert de Ténèbres.

Quant à ceux qui, au service du Diable, ont essayé de détruire le Vainqueur, voici que je ne m'interposerai pas entre un être quelconque et la porte du Paradis, mais contre lui, elle et ceux qui s'interposent entre l'homme et Dieu, je me lèverai avec la liberté de la gloire du Vainqueur, et là, que chacun soit jugé pour son propre crime.

 

ÉPILOGUE UNIVERSEL

 

Au moment de la création de nos cieux et de notre terre, la bataille finale entre Dieu et la mort était dans l'air. Les mesures que Dieu le Père prendrait contre une Troisième Guerre Universelle entre Ses enfants, à savoir L'ouverture de la Création des Mondes à Ses enfants, et leur participation à la Formation des Peuples appelés à la vie éternelle, a laissé dans l'air la Bataille finale dont la Victoire devrait laisser Sa Création installée sur le Rocher.

Le processus de formation auquel Dieu avait été soumis par la Sagesse, l'effet de son désir d'élever la vie mortelle à la condition de sa propre vie, ce désir, le défi de Dieu à la Sagesse incréatrice, l'impliquait, cette bataille finale. Le fait que Dieu ait adopté ces deux mesures révolutionnaires : l'Ouverture de la Création et la Participation à la Formation des Peuples, dit tout sur la nécessité pour la Sagesse d'ouvrir les yeux de Dieu à la vision du véritable Ennemi de sa Création.

Plus vite Dieu découvrira la Mort en tant que Force active dès le début de la Création, plus vite la Création sera revêtue de l'Indestructibilité de son Créateur.

Que Dieu ait senti la présence d'une Force non soumise à son Bras derrière et à l'origine des Guerres de ses enfants, c'est un fait que la Sagesse avait ressenti. Il fallait que Dieu voie son Ennemi, la Mort, face à face. Mais quant à savoir quand cette Vision se produirait, la Sagesse ne pouvait le dire.

La Sagesse, pour qui Dieu était son Seigneur, ne pouvait pas hâter cette Vision. La mort se laisse voir.

Comme Salomon l'a écrit à propos de la Sagesse, elle était dès le début de la création de l'humanité au service de son Seigneur, partageant avec Dieu sa confiance dans le succès de sa réponse à l'avenir de son empire.

Ainsi, les Cieux et la Terre créés, le doute de la véracité divine du Roi des rois et Seigneur des seigneurs, Dieu le Fils unique et premier-né, Jésus, a été levé, non par des théologies ou des arguments métaphysiques, mais sur le rocher des Actes, car tous les fils de Dieu étaient présents lorsqu'Il ouvrit la Bouche et dit : " Que la Lumière soit ", et la Lumière fut faite ; Dieu le Père continua à établir son Empire sur la Loi, de sorte qu'en élevant sa Loi à la Nature Divine, en faisant de sa Parole le Rocher sur lequel bâtir pour la Justice un Palais Incorruptible, par la Crainte de l'Incorruptibilité de son Esprit, Dieu crut préserver ses enfants de la Tentation de manger de l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal, c'est-à-dire de se livrer à la Guerre.

Si, par le manque d'Amour de Paix, la Tentation mettait le feu à l'Empire de Dieu, par la Peur du Verbe, exposé à sa Destruction en cas de Transgression, Ses enfants se maintiendraient dans l'Obéissance, chemin par lequel la Race Humaine atteindrait la Citoyenneté Eternelle pour laquelle l'Homme a été créé.

 

LA BATAILLE FINALE

 

Tous les enfants de Dieu, "non issus de cette Création", ont en effet vu la Gloire du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs du Paradis de Dieu, la Gloire de Dieu le Fils Unique, "Incréé, incréé, de même nature que le Père", selon le Dogme révélé au monde par Dieu le Père par, dans et par l'Eglise catholique de Rome.

Ainsi, après avoir levé le doute sur la véracité divine du Roi des rois et Seigneur des seigneurs de l'Empire du Ciel, par lequel la Mort, dans et par la bouche de Satan, un de ces fils "qui ne sont pas de cette création", a mis le feu au Paradis, Dieu a appelé tous ses enfants à fléchir le genou devant sa Loi.

La confiance de Dieu le Père que l'obéissance qui vient de l'amour serait renforcée par celle qui vient de la peur, a laissé le processus de formation de l'homme entre les mains de ses enfants, "les dieux d'autrefois", parmi lesquels se trouvait, en tant que fils de Dieu, le même Satan qui "encornait déjà" la Paix dans le Ciel pendant les Jours de la Création, avant la création de nos Cieux et de notre Terre.

Et pourtant, la bataille finale entre Dieu et la Mort était toujours dans l'air.

Même lorsque la mort se cachait, attendant une meilleure occasion pour porter son coup fatal, et que l'humanité atteignait l'immortalité, tôt ou tard, la mort étendait à nouveau sa force sur la création pour la conduire à sa destruction.

Restait à savoir si les enfants de Dieu, conscients de la Nature de la Loi, élevés à la Nature de la Parole, tomberaient dans la Tentation et, se réfugiant dans l'Amour de Dieu pour Ses enfants, invoqueraient le Père en Dieu contre le Juge en Dieu.

Le fait est que tous les enfants de Dieu devaient avoir leur mot à dire sur le modèle de création que la Mort et Dieu, chacun, avaient placé sur la table de l'infini et de l'éternité : Vérité, Justice et Paix, ou Mensonge, Corruption et Guerre.

Dieu, confiant dans la crainte de sa Parole, a laissé l'avenir de l'humanité entre les mains de ses enfants, les dieux d'autrefois. Car depuis l'origine du temps de la vie sur Terre, les enfants de Dieu descendaient du Ciel vers la Terre et revenaient de la Terre vers le Ciel avec toute la liberté du monde.

Le temps était venu de laisser les guerres du ciel dans le passé. En faisant connaître sa Loi, "et la Loi est la Parole, et la Parole est Dieu", Dieu a laissé ses enfants libres d'adhérer à la Loi ou de s'élever contre elle dans la plénitude de leurs facultés mentales et intellectuelles.

Et ce que Dieu n'a jamais voulu qu'il arrive arriva, et la Sagesse incréatrice savait qu'il arriverait, mais que les yeux de son Seigneur n'étant pas ouverts à la vision de son Ennemie, la Mort, elle ne pouvait pas l'empêcher d'arriver.

Les fils de Dieu qui ont conspiré pour ouvrir les portes du Paradis du Ciel à l'Enfer, ont conspiré à nouveau, utilisant l'Homme comme une hache de guerre, pour déclarer la guerre au Modèle de Création que la Loi a cherché à construire pour l'Eternité.

L'homme, formé à l'image de Dieu, ayant sa propre parole pour loi, "à l'image et à la ressemblance de Dieu", ignorant la science du bien et du mal, qui connaissait comme on connaît une histoire vécue par d'autres, mais dont il n'avait jamais mangé le fruit, la guerre, a mangé sans le savoir du fruit défendu : la guerre sainte.

Historiquement parlant, nous avons l'effet final de la formation des familles de l'humanité à l'image et à la ressemblance des fils de Dieu dans la création du premier royaume connu du monde, le royaume du premier Homme, l'Adam biblique, cet Alulim sumérien "sur la tête duquel est descendue la couronne qui est descendue du Ciel".

Ainsi, une fois consommée la Révolution néolithique qui a forgé les premières cités mésopotamiennes, l'approche des peuples de la Terre au royaume de Dieu, projet à assumer au fil des siècles sous le règne de la Loi, la Perversion de ces fils de Dieu qui en plein usage de leurs facultés intellectuelles ont décidé de forcer Dieu à légitimer la Guerre comme Privilège des rois de son Empire : les a conduits à tromper le Premier Homme en utilisant leur amour de la Parole comme une lance pour percer le flanc de Dieu.

Ne connaissant pas le Mensonge, l'Homme ne pouvait pas voir dans la Parole de Satan, "le serpent ancien", mais la Parole de Dieu. C'est ainsi que le premier Homme s'est levé en guerre sainte contre toutes les familles de la Terre afin de les conduire toutes dans le royaume de Dieu.

La ruse du serpent ne pourrait pas être plus détestable en raison de l'ignorance par l'homme du mal et de la cause qui a poussé "le serpent d'autrefois" à se servir de lui comme d'une hache de guerre.

Non pas l'homme, la loi était l'ennemi du serpent au sein de Satan.

Mais si son triomphe avait un goût de miel, sa Transgression révélait sa Folie : une simple créature osait défier le Dieu Incréé, Créateur du Champ des galaxies et des dieux du Ciel, dans une guerre totale ? Le Dragon Satanique n'avait-il pas pu vaincre les dieux, créatures comme elles sont, et osait-il déclarer la Guerre à Dieu Lui-même, Créateur des dieux ? Quelle était cette folie ?

La bataille finale venait d'être déclarée. L'immensité de la folie de ses enfants rebelles, la Sagesse le savait, ne pouvait qu'ouvrir les yeux de son Seigneur. Tant que la Mort ne sera pas déconnectée de la Vie, la Création sera toujours en guerre. Une force aveugle, la Mort, depuis le début de l'Eternité agissant en complémentarité avec la Vie, continuerait à faire pleuvoir l'enfer sur le Paradis.

Elle l'a déjà fait deux fois, elle le fera pour la troisième fois, et continuera à le faire jusqu'à ce qu'elle trouve sa place dans la Création.

Seul Dieu pouvait lui apporter la déconnexion entre la vie et la mort. Ainsi, la Sagesse, connaissant son Seigneur, a vu venir la bataille finale.

La guerre déclarée, la chute de l'homme un fait accompli, la folie de ses enfants rebelles devant ses yeux, Dieu a ouvert les yeux sur son véritable Ennemi, l'Ennemi de sa Création, et a agi en conséquence.

Si par Amour pour son fils Adam, entraîné dans son ignorance dans la transgression, Dieu pardonnait son Crime : l'élévation de la Loi à la Nature Divine tomberait, et son Royaume serait exposé aux passions de ses enfants. L'homme avait mangé, et son royaume, élevé en guerre sainte, devait subir la pénalité due au crime.

Mais l'homme ignorant la véritable cause de la manipulation à laquelle il a été soumis, et considérant que s'il avait connu la méchanceté du "serpent", l'homme n'aurait jamais transgressé : dans sa justice, Dieu ne pouvait que soumettre sa peine à la rédemption.

Mais s'il a soumis la pénalité à la rédemption, cette pénalité devait faire son temps.

Maintenant, puisque l'histoire de la Rédemption est écrite, nous devons nous en tenir à l'effet de la vision de Dieu sur son ennemi, la mort, et à la façon dont cette vision devait affecter toute sa création.

 

L'INCARNATION DU FILS DE DIEU

 

La haine de Dieu pour la science du bien et du mal est enracinée dans une expérience éternelle. Si Sa Maison en a connu le fruit : la guerre, le fait est que Sa Maison n'avait pas connu les effets de la Science du bien et du mal avant d'avoir vécu cette haine, qu'Il avait connue dans sa Jeunesse, une haine enracinée dans un dégoût viscéral sans limite contre le Mensonge, la Corruption, le Pouvoir pour le Pouvoir.....

Toute Sa Création devait vivre cette Haine, vivre cette répugnance, entrer dans Son Être et ressentir l'Enfer qu'Il a vécu et que, ne désirant pour personne, ni jamais revivre, Sa Création devait connaître.

Et si sa Création, combien plus son Fils unique.

En effet, l'astuce du "serpent satanique" consistait à tenter l'Unique et le Premier-né de Dieu avec le fruit de la science du bien et du mal et, en le gagnant à sa cause, en suscitant en lui la passion de la guerre, de l'amour du Fils, à obliger le Père à bénir la conversion de son Empire en une Cour de dieux au-delà du bien et du mal.

Si le Fils de Dieu rejoignait les "dieux rebelles", que ferait alors son Père ?

La cible de la mort était finalement le Fils.

Mais si Dieu avait ouvert les yeux sur son Ennemi, son Fils devait les ouvrir aussi.

La Chute étant un événement irréversible en raison de la Divinité du Verbe, la Rédemption étant l'effet naturel de l'Ignorance de l'Homme, la Nécessité même d'ouvrir son Esprit à toute sa Maison, conduirait le Fils de Dieu à voir son Ennemi, et, étant "Dieu Vrai de Dieu Vrai de Dieu Vrai", le Fils de Dieu verrait son Ennemi, étant "Vrai Dieu de Vrai Dieu", Son Père ne doutant pas de la dernière parole de Son Fils sur et contre la Mort, depuis la rédemption de la Maison d'Adam, l'Histoire de la Race Humaine passerait à l'Histoire du Salut de la Plénitude des nations de la Terre.

En effet, depuis l'événement de l'Enfant au Temple, nous voyons comment, en entrant dans notre Histoire, revêtu du sang et de la chair d'Adam, son père en Joseph et Marie, le Fils de Dieu est descendu du Ciel, mû par le zèle du Verbe, et, en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs, il est venu conquérir la Terre avec les armes de David, et chassant de son royaume l'ennemi de sa Couronne, Satan et ses anges rebelles, il a étendu la citoyenneté du Ciel à tous les peuples du genre humain. C'est dans cet esprit qu'Il est entré dans le Temple de Jérusalem, car c'est dans cet esprit qu'Il est descendu du Ciel.

Les Actes se sont déroulés de cette manière.

L'événement de la chute de l'homme a amené Dieu, considérant comme acquise sa victoire sur la mort, à prendre de nouvelles mesures révolutionnaires pour rétablir son royaume. La première de toutes était la Nécessité que son Fils voie l'Ennemi de sa Couronne, et la seconde que le Fils découvre le Dieu de l'Incréation dans le Père. Car l'avenir de la création dépendait exclusivement de la réponse du Fils à la connaissance du Dieu de l'incréation par le Saint-Esprit.

C'est ainsi que, conformément à l'Apocalypse, par laquelle Dieu a fermé son Livre et dont il a scellé la Porte pour que personne d'autre que l'Héritier du Christ ne l'ouvre, le Père a pris le Fils et l'a sanctifié par sa Parole, que le Fils, une fois fait homme, nous fera connaître à tous dans l'Évangile.

Aussitôt, il nous l'a envoyé et, s'incarnant dans le sein de la Vierge, dont nous connaissons tous le nom, Marie de Nazareth, il l'a donné à toutes les familles de la terre comme le Champion qui, né de la fille d'Eve, se lèverait pour écraser la tête du Serpent et racheter le péché de tous les hommes.

Ceci fait, l'Incarnation, par l'œuvre et la grâce du Saint-Esprit s'étant réalisée, car "le Fils est Dieu, et Dieu est le Saint-Esprit", le Père Éternel s'assit sur son trône, et appelant tous ses enfants "qui ne sont pas de cette création", décréta que tous les princes de son empire déposeraient leurs couronnes à ses pieds.

Mais Satan et ses alliés de l'Axe du Serpent ont refusé.

N'ayant pas trouvé de place pour Satan au Ciel, Dieu ordonna son expulsion et le jeta sur la Terre où, sachant que le Jour de Yahvé, le Jour de la vengeance, était né, Satan se mit à persécuter la Vierge qui devait concevoir le Rédempteur, "Prince de la paix, Conseiller merveilleux, Père éternel, Dieu avec nous".

Nous savons ce qui s'est passé.

Joseph de Bethléem, en qui Dieu avait laissé le gardien et la garde de son Fils, prit la Mère et l'Enfant et, traversant les eaux, cacha l'Enfant et la Mère dans le quartier juif d'Alexandrie du Nil.

Nous savons déjà ce qui s'est passé lors du retour de la Sainte Famille en Israël. Et pourquoi l'Enfant a désobéi à "ses parents" et est entré dans le Temple pour se faire connaître comme le Messie.

Cet épisode a changé le Fils de Dieu pour toujours. Jésus a découvert le Christ, et dans le Christ, Jésus a découvert le Dieu de l'incréation.

Ce que le Christ Jésus a vu est ce que le Christ Raoul a écrit dans l'Histoire Divine.

 

FONDATION DU ROYAUME UNIVERSEL DE DIEU

 

Le Fils a vu son Ennemi, la Mort. Et Il connaissait les mesures révolutionnaires que le Père avait prises pour refonder Sa Création sur le Rocher Incorruptible et Indestructible de l'Esprit Saint, qui est dans le Père et dans le Fils.

Dieu abolissait l'Empire et fondait un Royaume universel dont la Couronne éternelle lui était donnée, à Lui, Jésus-Christ, Dieu le Fils unique et premier-né.

De même que ses frères "qui ne sont pas de cette création" avaient déposé leurs couronnes aux pieds de Dieu, il appartenait au Roi des rois et au Seigneur des seigneurs de faire de même et, en tant que citoyen du Royaume de Dieu, de fléchir les genoux devant la Sagesse du Seigneur Dieu de l'infini et de l'éternité.

Et le Fils l'a fait.

Le Fils est entré dans notre monde en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs de l'Empire du Ciel, il est mort comme un autre citoyen du Royaume de son Père, et il est monté au Ciel pour s'asseoir sur le trône du Roi universel entre les mains duquel Dieu a placé toute sa création. C'est pourquoi Dieu a dit : "Je l'ai glorifié et je le glorifierai encore".

En effet, Chef de tous les Peuples, tous les Citoyens du royaume de Dieu doivent obéissance uniquement et exclusivement au Roi, Jésus-Christ ; tout décret qui porte atteinte à cette obéissance à la Loi du Roi - la loi de la Paix et de la Vie - est une Trahison à la Couronne de Dieu, sa Punition est l'Expulsion du transgresseur des frontières de la Création.

Avec la Couronne Universelle Éternelle, le Fils a hérité de tous les Attributs naturels de celui qui s'assied sur le Trône de Dieu : la Toute-Puissance et la Sagesse pour s'élever comme Juge Universel devant le Sceptre duquel répondent tous les Peuples de la Création, ceux qui existent comme ceux qui existeront, incluant dans cette Gloire le Pouvoir d'Absolution Universelle de la Race Humaine à l'origine de l'Espérance du Salut Universel.

Mais si cette première mesure révolutionnaire, l'abolition de l'Empire et sa transfiguration dans le Royaume universel éternel, a conduit le Christ Jésus à la Croix, faisant de la loi humaine un miroir dans lequel se reflète son Obéissance à la Loi du Ciel, avec sa Résurrection Dieu a introduit dans son Royaume un Corps sacerdotal dont la Religion est celle de l'Esprit Saint fait Homme : le Christ.

Dans le Christ, l'Esprit Saint, qui est dans le Père et dans le Fils, a acquis un corps visible, afin qu'ayant été élevé dans les feux de la connaissance du bien et du mal, le Paradis de Dieu soit à jamais immunisé contre le mensonge et le péché.

Roi universel, et Juge tout-puissant, et Souverain Pontife universel, qui vivant en Dieu, car en Lui est Dieu, s'approche du Père revêtu de l'Esprit Saint pour sanctifier toutes les églises en faisant d'elles toutes Son Corps.

En effet, dans le Seigneur Jésus, toutes les églises de tous les Peuples de la Création sont unies dans une seule Religion. Ainsi, de même que les enfants de Dieu ont été rendus participants de la Juridiction Universelle sur tout le Royaume, - en ce qui concerne la Politique et la Défense, - de même le Corps des Serviteurs du Seigneur Jésus acquiert la Juridiction Universelle en ce qui concerne la Religion sur toutes les églises du Royaume du Saint-Esprit, qui est dans le Père et dans le Fils

Des mesures révolutionnaires qui impliquaient, en fait, la poursuite de la tragédie de la race humaine ; mais qui, étant donné la nécessité pour Dieu, une fois ses yeux ouverts sur la mort, de refonder sa création, étaient inévitables. Il fallait, en effet, que toute la Création voie de ses yeux la fin vers laquelle la Science du bien et du mal conduit tout monde fondé sur sa loi : la loi de la guerre entre nations et de la haine entre frères.

Mais non seulement les enfants du Ciel, mais aussi les enfants de Dieu sur la Terre devaient voir la Mort face à face, afin qu'en acceptant la Loi du Roi, Dieu détermine, par la Foi, la Non-nécessité de la Consummation du Péché.

 

LE PREMIER MILLÉNAIRE DE L'ÈRE DU CHRIST

 

Afin que la Mort puisse être vue par les enfants de Dieu dans le Ciel, Dieu a ordonné, après l'élévation de Son Fils au Trône du Roi Universel, que le Diable, Satan, l'ancien serpent, soit enchaîné et retiré de la Terre pendant le Premier Millénaire de l'Age du Christ ; et afin de hâter la Consumation du Péché, Dieu a ordonné qu'au début du Second Millénaire de notre Age, le Diable soit libéré de sa prison et mis en liberté sur la Terre.

Dieu avait aussi besoin que ses enfants, tant au ciel que sur terre, voient de nos yeux que la disposition de Satan contre le Saint-Esprit est éternelle. Car Dieu est miséricordieux, comme le Père Créateur, pour embrasser ceux qui, s'étant égarés, implorent le pardon de leurs actes insensés et mauvais.

A peine libéré de sa prison, en l'an Mille, le Diable s'est livré à la destruction de son Ennemi.

Briser l'unité des églises était une nécessité diabolique afin de diviser les nations et de les entraîner dans les guerres mondiales qui ouvriraient la porte à la destruction de l'humanité. Comme Dieu l'avait déjà prophétisé, le Malin allait semer l'ivraie de la division de l'Église.

Expulsé d'abord du Ciel puis de la Terre pendant Mille ans, ce mauvais semis commencerait après la Milleième année.

 

LE SCHISM DE L'EST

 

La Haine dissimulée pendant les Mille ans d'emprisonnement a trouvé en un méchant homme, Michel Cerularius, son plus fidèle instrument.

La mort avait préparé le terrain dans lequel son Prince maléfique allait semer ses tares maudites. D'une part, nous avons, au Xe siècle, la pornocratie vaticane et, d'autre part, l'erreur antichrétienne dans laquelle était tombée l'Église orthodoxe en niant l'existence du Saint-Esprit dans le Fils. Une négation qui implique la négation de la Divinité du Fils, une négation que Satan lui-même tenait avant la Création de notre Ciel et de notre Terre, et qui a déclenché les guerres du Ciel. Car le Saint-Esprit étant Dieu, et le Fils est Dieu, nier que le Saint-Esprit est répandu dans les églises en raison de Celui qui est leur Chef, le Seigneur Jésus, cette négation est une rébellion ouverte contre la Divinité du Père et du Fils. Déni qui déterminera la destruction de l'Église orthodoxe byzantine, destruction qui a atteint son successeur, l'Église orthodoxe russe, et destruction vers laquelle s'achemine l'Église orthodoxe grecque si elle reste en division. Déni dans lequel, s'il persiste, Dieu se lèvera contre les églises orthodoxes d'origine byzantine pour les arracher de l'arbre des églises et les jeter dans le feu préparé pour le diable et ses anges rebelles.

Cependant, la destruction de Byzance était déjà dans l'air depuis le jour où, désobéissant au décret de Dieu qui ordonnait à toutes les églises de se séparer de l'Empire romain, l'église orthodoxe byzantine s'est donnée à l'empereur de Constantinople comme servante et garante de son empire. Par amour pour elle, l'église byzantine a prétendu forcer Dieu à annuler son décret contre l'Empire romain d'Orient.

En effet, c'est dans ce piège que le Diable a cherché à piéger Dieu en entraînant Adam dans sa chute. Un piège dans lequel Dieu n'est pas tombé, et dans lequel, en persévérant, l'Église orthodoxe byzantine a conduit le peuple grec médiéval à sa ruine.

 

LA LUTTE DES INVESTITURES

 

Se dirigeant vers l'Occident, cherchant toujours à conduire les siècles vers l'affrontement universel absolu dans les feux apocalyptiques duquel toute vie sur terre devait disparaître, le Diable a trouvé dans le peuple allemand un serviteur des plus fervents.

Peuple barbare dès son berceau, ennemi de la civilisation dès ses débuts, le peuple allemand a commis le terrible péché de vouloir faire de l'Église catholique, Épouse du Seigneur Jésus, la prostituée impériale de son Empereur, écrivant son échec dans l'Événement appelé la Lutte des Investitures.

 

LA RÉFORME

 

A peine vaincue par Grégoire VII, un peuple meurtrier depuis son adolescence, l'Allemagne se soulève contre l'Italie pour porter le feu de l'enfer aux portes mêmes de la Maison du Christ sur Terre. Un feu infernal cultivé par le Diable entre les murs des palais des princes qui, ne pouvant tolérer d'autre religion ou loi que celle du fer et du feu de la guerre, se donnèrent à Satan corps et âme et, engendrant cet avorton du Diable appelé Martin Luther, parce que l'Allemagne ne pouvait faire de l'Épouse du Christ sa prostituée impériale, se souleva contre le Saint-Esprit pour détruire son Œuvre et entraîner toutes les nations chrétiennes d'Europe dans leur première guerre mondiale, la guerre dite de Trente Ans.

Mais si l'Allemagne s'est livrée à l'enfer, la Suisse n'a pas moins engendré ce serviteur du diable appelé Calvin, qui, revêtu de sagesse, accusait Dieu le Père d'avoir déterminé la chute et d'avoir choisi un de ses fils, Satan, pour cacher derrière ses vêtements sa main toute-puissante et éternelle.

Poursuivant son œuvre de destruction de l'Œuvre du Christ, le Diable engendra son Antéchrist, un certain Henri VIII d'Angleterre, qui, s'élevant à la tête de l'Église, se posa en Dieu des îles britannique

La moquerie résonne d'échos infernaux alors que le monstre britannique montre ses deux têtes, une mâle et une femelle.

Décapitant l'église anglaise, dont la tête était le Christ Jésus, chef de toutes les églises, et étant Dieu par sa Divinité et dans sa Divinité elles acquièrent toutes la Sainteté due à Dieu, le Diable remit à sa monstrueuse créature l'empire, avec lequel la division entre les nations chrétiennes devint absolue.

 

NAISSANCE DE L'EMPIRE ESPAGNOL

 

La Mort, qui a commandité en un jour la Chute, et en un autre jour la persécution contre les Chrétiens, d'une part, et la Destruction de la Chrétienté par les Barbares, d'autre part, tout comme elle a labouré la terre pour qu'au sortir de sa Prison son Prince trouve un sol fertile où son ivraie porterait ses fruits, a déplacé toutes ses forces sur la Terre pour profiter de la division des églises pour prendre d'assaut l'Europe chrétienne, bastion du Royaume de Dieu dans le monde. Les armées de la mort étaient prêtes à envahir la chrétienté, lorsque, aux portes de Vienne, Dieu a réveillé son esprit de victoire dans le peuple le plus fidèle que l'Église ait jamais eu, le peuple espagnol.

Comme un pion inoffensif sur lequel personne ne compte, mais qui est appelé à atteindre le but de son couronnement après la chute de sa reine, Dieu a revêtu l'Espagnol de sa force, et né pour vaincre la Mort à chaque fois, le Seigneur Dieu a mis à son service toutes les richesses des Amériques, avec lesquelles il a affronté les armées de la Mort au prix de la perte de ses meilleurs hommes et de richesses qui, si elles étaient restées dans son Trésor, auraient fait de l'Espagne la nation la plus puissante de la Terre pendant de nombreux siècles.

La mort vaincue dans ce combat, les serviteurs du diable se sont ensuite attaqués à la nation choisie par le Seigneur Dieu d'Abraham, pour s'entre-dévorer dans la guerre mondiale européenne des Trente Ans. Telles sont les grâces que le peuple espagnol a reçues des peuples qu'il a sauvés de la ruine et de la désolation que, si l'Espagne avait tourné le dos à l'Europe, les armées de la Mort auraient semées sur les terres de l'Allemagne, de l'Autriche et de la France.

 

GOG ET MAGOG

 

Avec la dissolution de l'unité entre les nations chrétiennes, la haine des uns contre les autres cultivée par le pouvoir hérité par Satan de la mort, la voie vers les guerres mondiales, vers la bataille entre Gog et Magog, était claire. L'Empire espagnol dissous, la perte de l'autorité doctrinale de l'Église catholique abandonnée à son sort, le Diable a tourné son regard vers les deux peuples dans lesquels ses Tares avaient trouvé un sol fertile, le peuple russe et le peuple allemand. Incapables de voir l'erreur dans laquelle ils sont tombés en se dressant contre l'Épouse du Christ, et s'affrontant pour l'hégémonie mondiale, Gog et Magog ont fait du vingtième siècle leur champ de bataille.

 

LE XXI SIÈCLE, LE JOUR DE LA GLOIRE DE LA LIBERTÉ DES FILS DE DIEU

 

Et pourtant, Dieu avait ordonné le temps de la Délivrance du Diable sur la Terre pour un Mille ans. Après quoi, suivant le modèle d'Abraham et de Sarah, le Roi engendrera une progéniture de son épouse, et avec cette progéniture naîtra le jour annoncé par le Saint-Esprit : le jour de la gloire de la liberté des fils de Dieu : le jour de la révolution mondiale ! Car Dieu ayant décrété l'expulsion du diable de la terre, en disant :

"Qu'il n'y ait pas de place pour Satan sur la terre",

le décret d'Abolition de toutes les Couronnes, qui impliquait le Ciel, devait être entendu.

Et en effet, le nouveau jour est né, ainsi parle Dieu :

"Que tous les rois de la Terre déposent leurs couronnes aux pieds du Trône du Roi du Ciel ; la nation qui désobéit sera détruite comme un vase battu par une verge de fer."

Et dans ma santé, moi, enfant de Dieu, je dis :

"Que le monde s'éveille à la Vérité".

 

 

 

Au nom de Jésus-Christ, Dieu le Fils unique, Roi universel et éternel, Seigneur et Chef sacerdotal de toutes les églises des peuples qui sont et qui seront. Que sa loi règne sur la terre comme au ciel.

 

 

 

“EL VENCEDOR EDICIONES”

RAÚL PALMA GALLARDO (RPI . Z 229-20 )

 

LA HISTORIA DIVINA DE JESUCRISTO:

LA BIBLIA DEL SIGLO XXI

AMAZON EDICIONES